Le management du digital
Rechercher

Les administrations fiscales se convertissent aussi à l’analyse prédictive

L’efficacité des administrations fiscales est souvent jugée à partir d’indicateurs. Ainsi, le fisc canadien (Canada Revenue Agency) utilise quatre mesures globales pour évaluer le rendement de l’administration par rapport aux objectifs stratégiques :

le pourcentage des contribuables qui produisent leurs déclarations de revenus dans les délais, le pourcentage des entreprises qui se sont inscrites conformément à la loi, le pourcentage des contribuables qui ont payé les montants dus avant la date limite et la proportion de contribuables qui fournissent des renseignements complets et exacts afin de s’acquitter de leurs obligations fiscales. On s’en doute, ces ratios n’atteignent jamais les 100 %. Par exemple, le ratio de la dette fiscale en souffrance par rapport aux recettes brutes est en croissance régulière depuis plusieurs années, atteignant 5,6 % en 2007. « Notre principale orientation consiste à nous assurer que les contribuables respectent leurs obligations et à protéger l’assiette fiscale du Canada », souligne Lyne Sincennes, directeur Integrated Revenue Collections de la Canada Revenue Agency, organisme chargé de collecter les impôts et de gérer certains programmes de protection sociale. Un objectif d’autant plus stratégique que l’impôt sur le revenu compte pour près de la moitié du budget de l’Etat. Le fisc canadien, pour améliorer son efficacité, a mis en œuvre une stratégie reposant sur l’analyse prédictive (et les solutions de SPSS). Avec des objectifs multiples : « Détecter les anomalies, prévoir le comportement des contribuables, accroître le taux de collecte des impôts et optimiser la base imposable », précise Lyne Sincennes.

Il s’agit, concrètement, d’identifier les fraudeurs et surtout ceux qui sont susceptibles de payer rapidement s’ils sont identifiés. Notamment en distinguant ceux qui sont de toute façon insolvables, par exemple pour cause de faillite. Autres usages : élaborer des profils de fraudeurs et optimiser l’utilisation des ressources internes, notamment pour éviter que les agents du fisc ne passent trop de temps avec des fraudeurs procéduriers. Il est également possible de prévoir la probabilité qu’un agent du fisc a de recourir à des méthodes coercitives (action en justice) pour recouvrir l’impôt ou encore l’efficacité des relances téléphoniques. L’administration fiscale prévoit d’installer la plate-forme analytique PES (Predictive Enterprise Services) de SPSS pour automatiser davantage les décisions. « L’objectif est de gérer toutes les données de data mining quel que soit l’environnement technique », précise Lyne Sincennes. Un projet pilote de recouvrement de dettes fiscales est en cours : « Nous espérons, une fois en production, générer 180 millions de dollars de rentrées fiscales supplémentaires », estime Lyne Sincennes. En Belgique, il s’agit aussi de collecter davantage d’impôts. Le service public fédéral des finances s’est ainsi engagé à récupérer, chaque année, 75 millions d’euros d’impôts impayés et a construit un entrepôt de données sur les contribuables qui ne paient pas l’impôt. « L’objectif est de réduire le volume des arriérés fiscaux, et le délai entre l’émission de l’avis d’imposition et le paiement effectif », précise Véronique Vandamme, manager de programme au FOD Financien (Federale Overheidsdienst Financien).

Plus de six millions d’euros récupérés

Les résultats ont dépassé les objectifs : « Nous avons récupéré quatre millions d’euros au cours d’une première vague de contrôles, qui s’est déroulée en juin 2007, et 2,7 millions durant une seconde phase, en septembre 2007 », avoue Véronique Vandamme. Le système est en production depuis mai 2008, basé sur les solutions Clementine et PES (Predictive Enterprise Server) de SPSS. Le projet « data warehouse et analyse des risques » concerne la mise en oeuvre d’un environnement de business intelligence et data warehouse (visant dans une première phase les champs d’application personnes physiques, marchandises et personnes morales), à l’appui de l’analyse des risques, du contrôle, du recouvrement, de l’assistance et du service. « Le projet comporte la mise en place de la plate-forme technologique et des logiciels nécessaires. Cela comprend la construction de la banque de données, mais aussi l’installation des outils de data mining. Parallèlement, l’environnement de data warehouse et de data mining intégrera aussi les fonctions nécessaires au support décisionnel », précise Louis Collet, directeur du service d’encadrement ICT dans son « plan de support 2008 ».

Analyse prédictive : trois acteurs principaux sur le marché

La dernière étude publiée, en avril 2008, par le cabinet d’études Yphise, spécialisé dans l’analyse des logiciels, identifie trois acteurs principaux sur le marché de l’analyse prédictive : KXEN (Data Mining Automation Solution), SAS (Analytics) et SPSS (Predictive Enterprise Services). Le cabinet a réalisé une évaluation des différentes solutions selon quatre critères, résultat de l’agrégation de 190 fonctionnalités et caractéristiques techniques : alignement des décisions sur les objectifs commerciaux, amélioration du processus décisionnel au fil du temps, diminution des risques informatiques pour la prise de décisions et accélération du processus décisionnel. Verdict : « SPSS offre la meilleure couverture de notre liste de critères », affirme Laetitia Bardoul, analyste chez Yphise France.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

La rédaction

La rédaction

La rédaction de Best Practices fédère les meilleurs experts sur le management des systèmes d’information.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Services managés : où en sont les entreprises françaises ?

    Best Practices a réalisé une enquête auprès des entreprises et organisations publiques françaises. Avec plusieurs objectifs : cerner les enjeux associés aux systèmes d’information, mesurer les usages des services managés les budgets associés.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris