Le management du digital
Rechercher

Le Crefor qualifie ses données et simplifie leurs accès

Le groupement d’intérêt public spécialisé dans les questions de l’emploi et de la formation professionnelle en Haute Normandie vulgarise ses données pour améliorer les échanges avec ses partenaires. Interview de Daniel Sanchez, chef de projets au Crefor.

Organisme para-public, le Centre de Ressources Emploi Formation de Haute Normandie (Crefor) intervient dans les domaines de l’emploi, de la formation professionnelle, de l’orientation et de l’illettrisme. Dirigée par Luc Chevalier, l’équipe comprend une vingtaine de personnes réparties dans trois pôles : le pôle information et accompagnement à la professionnalisation des acteurs, le pôle lutte contre l’Illettrisme, et enfin le pôle observation et prospective où Daniel Sanchez, chef de projet, est en charge des études statistiques et des bases de données depuis 2009.

« Je suis chargé de récupérer des données collectées auprès de partenaires tels que le rectorat, Pôle Emploi ou le ministère de l’agriculture, pour ensuite produire et diffuser de l’information ». Et si cette information s’adresse dans un premier temps aux professionnels de l'orientation, de la formation, de l'insertion et de l'emploi, le Crefor envisage d’élargir son public et de permettre aussi aux consultants, aux chargés d'étude, aux techniciens ou encore aux étudiants, de s’informer et de se professionnaliser. Avec pour effet, la création d’une plate-forme baptisée Sésame (Système d’Etudes Statistiques et d’Analyse des Métiers et des Emplois).

Concrètement, Sésame est une interface en ligne permettant d'accéder aux informations sur l'emploi, la formation et le marché du travail sous forme de graphique, de tableaux. « Avant Sésame, les utilisateurs avaient à leur disposition des données traitées et qualifiées accessibles via différents niveaux d’informations », précise Daniel Sanchez. Mais l’accès aux données recueillies par le Crefor est loin d'être simple. Les données ne sont pas dynamiques, les tableaux de bord s’affichent correctement, mais il est impossible d’interroger la base de données directement. « Il fallait récupérer les données brutes avec PostgreSQL et ensuite les traiter séparément », avoue Daniel Sanchez. « Nous utilisions Access pour interroger nos sources, ce qui pouvait entraîner des risques en terme de qualité de données ». Pour y remédier, le Crefor envisage dès janvier 2013 de moderniser cette première version de Sésame en automatisant les processus de pilotage et en facilitant l'opérationnalité.

Lors de la phase de remaniement du portail Web Sésame, Daniel Sanchez ne perd pas de vue les enjeux : qualifier les données, fiabiliser l’accès, produire des rapports dans les délais, et satisfaire les usagers en leur apportant un nouveau service. Mais, surtout, ce que recherche le chef de projet, « c’est la possibilité de traiter de nouvelles informations de façon dynamique, d’automatiser la création des rapports, et, enfin, de permettre aux chargés d’étude de créer des requêtes ». Une fois les enjeux définis, il s’attaque aux critères de sélection. Car en tant qu’organisme public « soucieux des dépenses particulièrement dans le contexte actuel », l’aspect financier pèse fortement sur le choix. Le recours au logiciel libre est aussi considéré pour des questions d’ouverture, d’évolutivité et de facilité de prise en main.

Aidé de son partenaire historique, Proxiad Axe Seine, l’équipe projet du Crefor sélectionne plusieurs fournisseurs. Tout d’abord, Business Objects, rapidement écarté en raison du coût et de la surcapacité du logiciel par rapport à ses besoins réels. Puis Pentaho, lui aussi éliminé. Mais ce qui va retenir l’attention du Crefor, c’est Jaspersoft. « C’est lors du JasperEuropean Tour 2013 et notamment dans le cadre des ateliers et conférences que nous avons vu que les solutions JasperReport Server et le L’outil iReport pouvaient apporter une réponse à notre problématique BI », reconnait Daniel Sanchez. En plus de la démarche d'observation et d'analyse, Proxiad Axe Seine reste aux côtés du Crefor pour des services de benchmarking, d’accompagnement, de modélisation, de formation de l’outil, d’AMO, et enfin d’intégration. « Il était important pour moi d’avoir le regard d’un professionnel de BI », admet Daniel Sanchez.

En six mois, le projet est opérationnel. Janvier 2013, le projet démarre à la demande du directeur du Crefor. « Pendant cette période, j’ai pu formaliser la demande et définir une méthodologie », indique Daniel Sanchez. Puis, tout se précise en mars lors de la conférence organisée par l’éditeur. Après différents échanges avec l’équipe américaine de Jaspersoft, la feuille de route est rédigée. Puis, les équipes de l'organisme parviennent à intégrer la solution de Jaspersoft au CMS Drupal afin de pouvoir gérer du contenu autour de ces derniers Et, en juin, le chef de projet génère ses premiers rapports et construit le projet pour une première livraison en décembre.

Selon Daniel Sanchez, l’outil a apporté un nouvel élan et a suscité un intérêt auprès des partenaires : « Les utilisateurs disposent désormais de nombreuses données auxquelles ils n’avaient pas accès directement dans le passé. Ils peuvent aussi accéder aux informations par famille de métiers ». Le chef de projet souligne aussi le gain de productivité apporté par l’automatisation des traitements. « Les équipes n’ont plus à créer des rapports et peuvent se concentrer sur la rédaction d'analyses plus pertinentes ». Parmi les autres avantages de la BI, on peut citer le gain de temps, l'accès interactif, la qualité des données, l’amélioration du processus décisionnel. « Les données extraites sont désormais vulgarisées et présentées dans des rapports plus facilement lisibles. Sous forme de statistiques ou de schémas, accompagnées d’analyses descriptives dynamiques, ils constituent une aide à la décision pour nos conseillers », met en avant Daniel Sanchez qui ajoute que les données sans cesse renouvelées permettent aux usagers d’enrichir et de valoriser leurs informations.

Aujourd'hui encore, le Crefor travaille à l’amélioration de son outil. Car dans la logique de Daniel Sanchez, « d’ici juin 2014, nous aurons la possibilité de choisir les informations par secteur d’activité et d’intégrer de la cartographie dans les rapports ».

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

La rédaction

La rédaction

La rédaction de Best Practices fédère les meilleurs experts sur le management des systèmes d’information.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner Rétrospective 2017-2021

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 157

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2021, qui s’est déroulé en novembre, à distance.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 156

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2021, qui s’est déroulé en novembre, à distance.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Comment rater...
sa stratégie Big Data

    Une stratégie Big Data ne s'improvise pas. Quoique... Ce nouveau titre de la collection "Comment rater..." propose les douze commandements pour tous ceux qui veulent vraiment rater leur stratégie Big Data.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris