Bonnes pratiques et expertises IT
Rechercher

L'Argus de la presse met en place une architecture orientée services

Pour maîtriser ses flux applicatifs, l’Argus de la presse a refondu son système d’information autour d’une architecture SOA pour y intégrer toutes ses applications.« Dans trois à cinq ans, plus de 80 % de l’information que nous traitons sera sous forme numérique, essentiellement via le Web et nous devrons capter, classer, analyser et restituer des volumes croissants de données », résume Georges Sawaya, DSI de l’Argus de la Presse, société de 520 personnes (43 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2011), créée en 1879 et spécialisée dans l’analyse des médias (veille médias, contacts médias

Historiquement, le système d’information de l’Argus de la presse a été développé avec des applications maison. Aujourd’hui, la direction des systèmes d’information compte 27 personnes avec l’intervention de prestataires extérieurs et le parc informatique compte plus de 600 serveurs. Pour l’Argus de la presse, le système d’information doit accompagner la croissance et la transformation des activités, en particulier « pour simplifier et maîtriser la cohabitation des applications historiques et nouvelles, contrôler l’ensemble des flux applicatifs pour améliorer la maintenabilité de son parc applicatif et garantir la qualité de sa production », précise Georges Sawaya. D’autant que les volumes de données manipulées annuellement par l’Argus de la Presse se mesurent en pétaoctets.

Outre cette croissance exponentielle des volumes d’informations à gérer, notamment avec l’explosion des médias sur le Web, « les clients sont devenus de plus en plus exigeants, à la fois pour les niveaux de services et pour l’accompagnement via nos prestations de conseil », souligne Georges Sawaya. Le système d’information de l’Argus de la Presse est actuellement en cours de refonte dans le cadre de trois programmes majeurs. D’abord un Content Management System, pour la refonte des processus de production, ensuite « Claris » pour la refonte du circuit administratif, depuis l’avant-vente jusqu’à la facturation et, enfin, « Datacenter 2012 » dédié à la refonte des infrastructures techniques.

En juin 2011, après avoir effectué une analyse des besoins et rédigé un cahier des charges, l’Argus de la presse a fait le choix des solutions Tibco afin de mettre en place une architecture SOA. Cet objectif a été atteint en particulier avec des recrutements de compétences en ESB (Enterprise Service Bus), l’accompagnement d’un intégrateur (RS2I) et de Tibco Software qui a dessiné l’implémentation de la plate-forme technique. Pour valider que le fonctionnement de la plate-forme de Tibco Software soit neutre sur la production, l’Argus de la presse a mis en place, en décembre 2011, des flux pilotes « à blanc ».

Depuis, d’autres projets ont été réalisés et, progressivement, les applications existantes et celles nouvellement développées par l’Argus de la presse s ‘appuient sur la plate-forme de Tibco Software. Ainsi, fin avril 2012, l’application de captation du flux numérique, pour les magazines au format numérique, a été intégrée. Le prochain projet concernera la GRC et les campagnes marketing utilisant Salesforce.com. Ainsi, à terme, tous les flux passeront par la plate-forme Tibco Software et toutes les applications utilisées par l’Argus de la presse intègreront la plate-forme de Tibco Software : référentiel clients, référentiel sources, gestion de la facturation, gestion des abonnements, gestion de la production assistée par ordinateur ainsi que tous les projets de content management.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

La rédaction

La rédaction

La rédaction de Best Practices fédère les meilleurs experts sur le management des systèmes d’information.

Nos Ouvrages

  • La cybersécurité 
en 250 questions

    Les cyberattaques n’ont jamais occasionné autant de dégâts dans les entreprises. Et les perspectives n’encouragent pas à l’optimisme. Comment nmieux se protéger ? Ce guide pratique regroupe les 250 questions que doivent se poser les responsables sécurité, les DSI et les directions générales. Avec des
    réponses concrètes…

  • IT Benchmark
Rapport annuel - 2019

    La Shadow Information, ensemble d’informations que l’on ne trouve pas dans les médias, mais qui présentent une valeur pour la gestion opérationnelle de l'écosystème de l'IT. Ces contenus sont bien sûr accessibles à tous, mais cela demande énormément de temps et de ressources pour les trouver, les lire et se les approprier : les équipes de IT Benchmark le font pour vous !

  • Best Practices
Relations fournisseurs

    La relation avec les fournisseurs est probablement ce qu’il y a de plus complexe à gérer pour un DSI. Autant, pour les problématiques technologiques, on peut s’appuyer sur des standards, autant les interactions avec les fournisseurs, qui comportent une part d’incertitude, d’ambiguïté et de liens personnels, sont délicates à normaliser.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Services managés : où en sont les entreprises françaises ?

    Best Practices a réalisé une enquête auprès des entreprises et organisations publiques françaises. Avec plusieurs objectifs : cerner les enjeux associés aux systèmes d’information, mesurer les usages des services managés les budgets associés.

  • Pour en savoir plus sur l’externalisation

    Pourquoi externaliser ? Quels sont les avantages et les inconvénients ? Comment définir les règles du jeu ? Quels sont les points de vigilance ? Quelles sont les dix questions que posent systématiquement les directions générales aux DSI ?

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris