Bonnes pratiques et expertises IT
Rechercher

Architecture d’entreprise : une démarche agile chez Chorégie

6,67 € HT
soit 8,00 € TTC
Pour lire la suite de cet article :

Dans l’univers de plus en plus concurrentiel de la protection sociale, le GIE Chorégie accompagne ses mutuelles adhérentes dans la transformation des systèmes d’information. Avec un socle fédérateur : une approche pragmatique et agile de l’architecture d’entreprise.

Le monde de la protection sociale est marqué par une forte concentration. Selon le dernier rapport de l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution), publié en novembre 2013, il existait en France 1 158 mutuelles en 2006, mais seulement 630 en 2012, soit 45 % de moins. L’une des justifications de ce mouvement de fond porte sur des exigences de mutualisation et de réduction de coûts. En 2005, trois grands acteurs de la protection sociale (MGEN, LMDE et MFP Services) ont créé le GIE (Groupement d’intérêt économique) Chorégie afin de gérer leurs systèmes d’information, pour la conception, le développement, l’exploitation, l’assistance et le conseil aux utilisateurs.

« L’objectif de Chorégie est de doter ses partenaires et les mutuelles d’une plate-forme SI pour la gestion des prestations d’assurance à la personne, de santé (régimes obligatoires et complémentaires), de prévoyance, ainsi que le système d’information des établissements de santé, explique Gérard Russeil, directeur général de Chorégie, les systèmes d’information gérés couvrent les activités de front office, back office, ainsi que les activités de support. Chorégie participe à l’identification des besoins des mutuelles, depuis la proposition et le choix de solutions, jusqu’à leur intégration et leur exploitation dans le respect des engagements de services. »

Un univers de plus en plus concurrentiel

Pour les mutuelles, les systèmes d’information s’avèrent stratégiques : « Non seulement ils portent l’évolution réglementaire, constituent un vecteur d’efficacité dans la gestion, mais ils sont surtout de plus en plus déterminants pour développer de nouvelles offres de services », assure Gérard Russeil. C’est même d’autant plus déterminant que des acteurs, tels que les groupes d’assurance, investissent le terrain de la santé ou élargissent leurs gammes de prestations. Avec des modèles économiques qui fragilisent les mutuelles de protection sociale qui ont basé leurs approches sur les valeurs de l’économie sociale. « Cette culture de l’économie sociale, au sens noble, se traduit par des offres globales avec peu de sélection des assurés, selon le principe "chacun paie selon ses revenus et reçoit en fonction de ses besoins" », caractéristique de notre secteur », rappelle Gérard Russeil, pour qui ce modèle va être bousculé par les concurrents qui miseront sur des offres plus ciblées basées, sur des segmentations d’assurés beaucoup plus fines. « Comment adapter le positionnement sans perdre son âme, d’autant que certaines mutuelles gèrent également, par délégation, le régime obligatoire ? Tel est l’enjeu de nos actions chez Chorégie », précise son directeur général.

Une profonde évolution des offres

De fait, pour accompagner les mutuelles et anticiper leurs besoins, Chorégie a engagé plusieurs transformations de ces offres. « Nous travaillons, à travers nos catalogues de services techniques et fonctionnels, à proposer la couverture la plus complète possible pour s’aligner sur les différents métiers d’une mutuelle », résume Jean-Luc Merelli, responsable de l’urbanisation fonctionnelle et des référentiels chez Chorégie. Ainsi, le GIE a, par exemple, fait évoluer son système de « facturation » (cotisation) et s’est engagé dans la refonte du système de gestion de la relation mutualistes (avec des devis en ligne, la gestion des campagnes, la gestion multi-contacts). « Nous nous orientons vers l’omni-canal, en replaçant l’assuré mutualiste au cœur du dispositif, ce qui suppose un outil de gestion de la relation client plus performant, organisé non pas en silos, mais avec une réelle approche multi-canal », poursuit Gérard Russeil. Chorégie est intervenue en tant que maître d’œuvre pour le compte de plusieurs mutuelles.

6,67 € HT
soit 8,00 € TTC
Pour lire la suite de cet article :

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Philippe Rosé

Philippe Rosé

Docteur en sciences économiques et auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur le management des systèmes d’information, Philippe Rosé est rédacteur en chef des publications Best Practices.

Nos Ouvrages

  • La cybersécurité 
en 250 questions

    Les cyberattaques n’ont jamais occasionné autant de dégâts dans les entreprises. Et les perspectives n’encouragent pas à l’optimisme. Comment nmieux se protéger ? Ce guide pratique regroupe les 250 questions que doivent se poser les responsables sécurité, les DSI et les directions générales. Avec des
    réponses concrètes…

  • IT Benchmark
Rapport annuel - 2019

    La Shadow Information, ensemble d’informations que l’on ne trouve pas dans les médias, mais qui présentent une valeur pour la gestion opérationnelle de l'écosystème de l'IT. Ces contenus sont bien sûr accessibles à tous, mais cela demande énormément de temps et de ressources pour les trouver, les lire et se les approprier : les équipes de IT Benchmark le font pour vous !

  • Best Practices
Relations fournisseurs

    La relation avec les fournisseurs est probablement ce qu’il y a de plus complexe à gérer pour un DSI. Autant, pour les problématiques technologiques, on peut s’appuyer sur des standards, autant les interactions avec les fournisseurs, qui comportent une part d’incertitude, d’ambiguïté et de liens personnels, sont délicates à normaliser.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Services managés : où en sont les entreprises françaises ?

    Best Practices a réalisé une enquête auprès des entreprises et organisations publiques françaises. Avec plusieurs objectifs : cerner les enjeux associés aux systèmes d’information, mesurer les usages des services managés les budgets associés.

  • Pour en savoir plus sur l’externalisation

    Pourquoi externaliser ? Quels sont les avantages et les inconvénients ? Comment définir les règles du jeu ? Quels sont les points de vigilance ? Quelles sont les dix questions que posent systématiquement les directions générales aux DSI ?

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris