Le management du digital
Rechercher

Scrum par la pratique

En génie logiciel, beaucoup de méthodes dites agiles sont apparues ces dernières années : Scrum, Lean, Extreme Programming... Prenant le contre-pied des méthodes traditionnelles prédictives, elles permettent d’éviter une définition trop précoce et figée des besoins grâce à leur souplesse et leur adaptabilité.

Parmi ces méthodes, Scrum s’est peu à peu imposée comme la méthode agile la plus populaire, bien loin maintenant devant les autres. Tous les rôles, événements et artefacts liés à ce cadre agile sont détaillés dans cet ouvrage, pour que les chefs de projet puissent acquérir les bases de cette méthode ou consolider leurs connaissances. « Ce qui séduit avant tout dans l’utilisation de Scrum, c’est sa capacité à pouvoir évoluer et s’adapter en fonction du contexte. Il ne s’agit pas là d’une méthode monolithique et totalement rigide, mais, au contraire, d’une boîte à outils qui vous propose des mécanismes ajustables en fonction de vos besoins », expliquent les auteurs.

Certes, Scrum apporte une base solide, mais encore faut-il pouvoir la mettre en œuvre de manière pertinente. Historiquement, les méthodes dites « classiques » étaient encore bien ancrées dans les formations universitaires et les pratiques professionnelles. « Loin de l’innovation qu’a pu apporter l’agilité par la suite, elle était, au début des années 2000, considérée comme expérimentale. Beaucoup la jugeaient inadaptée ou considéraient que ce type de méthode ne pouvait pas fournir de solution viable aux problématiques d’organisation projet », rappellent les auteurs. Le poids des approches traditionnelles est encore significatif, en particulier les méthodes les plus connues. D’une part, le waterfall (cascade) qui met bien en avant le processus linéaire de création logicielle traditionnel et propose une succession d’étapes simples, allant du recueil des besoins jusqu’au déploiement et à la maintenance du produit. D’autre part, le cycle en V : les étapes clés sont mises en relation 2 par 2. Ces relations marquent un lien de causalité entre les étapes : par exemple, l’étape de recette se base nécessairement sur les spécifications.

Ce sont en réalité deux styles qui se font face : d’un côté, les méthodes classiques sont de nature prédictive, le besoin est figé, tout est prévu et il n’y a guère de place pour le hasard. D’un autre côté, les méthodes agiles sont plus adaptatives : l’évolution du besoin est prise en compte au cours du développement, avec l’élaboration de briques incrémentales et itératives. Les méthodes agiles reposent sur quatre préceptes, qui sont ceux du Manifeste agile, élaboré au début des années 2000 :

  • Les individus et leurs interactions, plus que les processus et les outils : l’humain est au centre de la démarche, sans cloisonnement des équipes, car la création d’un logiciel se nourrit des échanges entre les différents concepteurs.
  • Des logiciels opérationnels, plus qu’une documentation exhaustive, même si, bien sûr, la documentation reste toujours utile. Il s’agit juste, selon les auteurs, « de la rendre plus rationnelle, plus légère, moins chronophage et plus simple à faire évoluer. »
  • La collaboration avec les clients, plus que la négociation contractuelle : « le client fait partie de l’organisation de manière active et il est impliqué dans toutes les phases de création de son produit. La relation contractuelle ne doit pas être remise en cause mais simplement adaptée à ce dispositif : redistribution des responsabilités, nécessité d’investissement de l’ensemble des acteurs (client compris), etc. », assurent les auteurs.
  • L’adaptation au changement, plus que le suivi d’un plan : attention toutefois, préviennent les auteurs, « être agile ne signifie pas appliquer tous les changements sans discernement dès que le client ou les utilisateurs le souhaitent. Le plan initial doit servir de ligne directrice, l’agilité permettant ensuite d’ajuster le projet au fur et à mesure des développements et d’être proactif sur les futurs besoins de l’application. »

Ces quatre préceptes se déclinent en douze principes :

  • Satisfaire le client en livrant rapidement et régulièrement des fonctionnalités à grande valeur ajoutée.
  • Exploiter le changement pour donner un avantage compétitif au client.
  • Livrer fréquemment un logiciel opérationnel, avec des cycles de quelques semaines à quelques mois et une préférence pour les plus courts.
  • Faire travailler ensemble, quotidiennement et tout au long du projet, les utilisateurs ou leurs représentants et les développeurs.
  • Faire confiance aux équipes pour atteindre les objectifs fixés.
  • La méthode la plus simple et la plus efficace, pour transmettre de l’information à l’équipe de développement et à l’intérieur de celle-ci, reste le dialogue en face-à-face.
  • Un logiciel opérationnel est la principale mesure d’avancement.
  • Les processus agiles encouragent un rythme de développement soutenable.
  • Une attention continue à l’excellence technique et à une bonne conception renforce l’agilité.
  • La simplicité, c’est-à-dire l’art de minimiser la quantité de travail inutile, est essentielle.
  • Les meilleures architectures, spécifications et conceptions émergent d’équipes auto-organisées.
  • À intervalles réguliers, l’équipe réfléchit aux moyens de devenir plus efficace, puis règle et modifie son comportement en conséquence.

Pour aider le lecteur dans son apprentissage, ce livre est complété par un dépliant détachable de quatorze pages qui regroupe l’ensemble des principes fondamentaux de Scrum.

258 scrumbiblio

Scrum, de la théorie à la pratique, par Bassem El Haddad et Julien Oger, Eyrolles, 2019, 254 pages.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

La rédaction

La rédaction

La rédaction de Best Practices fédère les meilleurs experts sur le management des systèmes d’information.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Services managés : où en sont les entreprises françaises ?

    Best Practices a réalisé une enquête auprès des entreprises et organisations publiques françaises. Avec plusieurs objectifs : cerner les enjeux associés aux systèmes d’information, mesurer les usages des services managés les budgets associés.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris