Le management du digital
Rechercher

La bourse et le profit

L’Autorité des marchés financiers (AMF) a publié un rapport consacré à la cybercriminalité boursière. Objectif : comprendre les enjeux, les modes opératoires et les problématiques de potentiels manquements boursiers auxquels le régulateur pourrait être confronté.

La cybercriminalité représente une des formes de criminalité les plus coûteuses avec un ordre de grandeur de 0,5 % du PIB mondial. Les différentes études estiment que cet impact varie entre -1 % et -5 %. Le secteur financier et la sphère boursière, plus particulièrement, n’échappent pas à cette menace, mais il semble plus difficile de leur associer un coût spécifique. En excluant la cybercriminalité liée aux cryptomonnaies, l’étude montre que la cybercriminalité boursière s’articule autour des trois manquements suivants : cybermanquement d’initié (par exemple : piratage informatique visant l’obtention d’informations privilégiées), cyberdiffusion de fausses informations financières (par exemple : création de « faux » sites Internet ou fausses rumeurs diffusées à travers les réseaux sociaux afin d’influer sur le cours d’une société cotée) et cybermanipulation de cours (par exemple : piratage de comptes de trading visant la mise en place de schémas de type « pump&dump »). L’analyse des cas de cybermanquements d’initié ou de cyberdiffusion de fausses informations montre que toute la chaîne des acteurs du monde financier peut être touchée :  émetteur, banque, diffuseur d’information, régulateur boursier, bourse, etc. De leur côté, les cas de cybermanipulation de cours analysés découlent principalement du piratage de comptes de trading de particuliers. Le rapport montre l’étendue de la cybercriminalité boursière et ses conséquences importantes, dans un contexte où, malgré la prise de conscience généralisée du risque cyber et des nouvelles lois relatives à la cybersécurité, à la protection des données personnelles ou aux « fake news », la coopération internationale des régulateurs reste difficile et le cadre juridique international encore peu adapté. La poursuite de la mobilisation des régulateurs, à l’instar de la SEC qui dès juillet 2017 créait sa « cyberunit » ou de l’AMF, la participation active aux différents groupes de travail internationaux dédiés à la cybersécurité financière et l’implication des institutions européennes apparaissent donc primordiales, afin d’enrayer cette cybercriminalité boursière.

 245 AMF

La cybercriminalité boursière, définition, cas et perspectives, par Alexandre Neyret, Autorité des Marchés Financiers, 70 pages. www.amf-france.org/

notre avisNotre avis. Cette étude est un peu ardue à lire, mais elle regroupe de nombreuses données chiffrées, des références de sources d’informations (pas moins de 221…), ainsi que des études de cas qui sont autant de points de repères, non pas sur ce qui peut survenir, mais sur ce qui est réellement arrivé. Ce document, malgré son titre, ne s’adresse pas qu’aux entreprises cotées en bourse : les scénarios d’attaques, dont beaucoup reposent sur des vols d’information, concernent toutes les entreprises.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

La rédaction

La rédaction

La rédaction de Best Practices fédère les meilleurs experts sur le management des systèmes d’information.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Services managés : où en sont les entreprises françaises ?

    Best Practices a réalisé une enquête auprès des entreprises et organisations publiques françaises. Avec plusieurs objectifs : cerner les enjeux associés aux systèmes d’information, mesurer les usages des services managés les budgets associés.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris