Le management du digital
Rechercher

Clubs d’utilisateurs : les quatre modèles

Clubs d’utilisateurs : les quatre modèles

Dès lors qu’une solution logicielle acquiert une certaine importance sur le marché, avec une base installée conséquente, la création d’un club d’utilisateurs constitue un prolongement naturel dans l’écosystème. De même, la fédération de DSI au sein de clubs, de communautés et d’associations a été concomitante de leur importance dans les organisations.

 On peut distinguer quatre modèles différents de clubs :

- le modèle d’indépendance, que l’on trouve par exemple avec le Cigref, l’USF (association des utilisateurs de solutions SAP) ou le Crip (cercle de confiance des responsables infrastructure, technologies et production IT), caractérisé par une capacité d’influence dans l’écosystème, la richesse des échanges, des livrables nombreux et un engagement des membres (parce qu’ils financent).

- le modèle hybride, dans lequel coexistent des entreprises utilisatrices et des fournisseurs. On les trouve généralement en régions. C’est, par exemple, l’approche suivie par l’Adira (Association pour le Digital en Région Auvergne-Rhône-Alpes), qui fédère 500 entreprises du monde de l’IT, ou de l’ADN’Ouest, qui regroupe 500 adhérents en Pays de Loire et en Bretagne.

- le modèle féodal, caractérisé par une dépendance très étroite à l’égard d’un éditeur, qui finance le club, voire l’abrite dans ses locaux. Il en oriente donc les échanges et les contenus, même si ce n’est pas toujours très visible, c’est un modèle de dépendance qui décourage notamment des prises de position tranchées vis-à-vis de l’éditeur, du fait d’une contrainte de financement et de la subordination à l’égard d’un éditeur.

- le modèle commercial, qui se caractérise par un business model de recherche de rentabilité, avec un financement quasi-exclusif de la part des fournisseurs, les cotisations des membres étant tout au plus symboliques mais le plus souvent inexistantes. Ce modèle se caractérise par un fonctionnement sous forme d’évènements, sponsorisés. Il n’y a pas de structure ad hoc, encore moins de permanents, encore moins de contenus/publications et encore moins d’influence.

Bien évidemment, aucun modèle n’est, en soi, mauvais. Chaque configuration présente ses avantages et ses inconvénients, en fonction des besoins. Mais si tous présentent un intérêt, force est de constater que le modèle de clubs qui dure, qui produit des contenus, de l’influence, organise au mieux les échanges entre les membres, qui valorise les retours d’expérience et dont les opinions comptent est celui de l’indépendance : financière, organisationnelle, commerciale, juridique et politique.

Clubs et communautés d’utilisateurs : avantages et inconvénients

Modèle

Avantages

Inconvénients

Indépendance

Liberté de parole, influence

Coût, nécessité de s’impliquer dans les groupes de travail

Hybride

Fédération d’un  écosystème (régional, par exemple)

Féodal

Accès plus facile aux fournisseurs, anticipation des roadmaps

Dépendance financière et logistique, Pression commerciale des fournisseurs

Commercial

Développer le réseau professionnel, se restaurer à bon compte

Pauvreté des contenus, pression commerciale des fournisseurs, peu de pérennité

Source : Best Practices Digital & Business.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Philippe Rosé

Philippe Rosé

Docteur en sciences économiques et auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur le management des systèmes d’information, Philippe Rosé est rédacteur en chef des publications Best Practices.

Nos Ouvrages

  • Benchmark Digital&Business - 
numéro 115

    Symposium Gartner 2019 - Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances qui ont été présentés lors du Symposium Gartner 2019, qui s’est tenu en novembre à Barcelone.

  • Benchmark Digital&Business - 
numéro 114

    Symposium Gartner 2019 - Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances qui ont été présentés lors du Symposium Gartner 2019, qui s’est tenu en novembre à Barcelone.

  • ERP - 145 réponses aux questions de votre direction générale

    Les ERP constituent encore la colonne vertébrale des systèmes d’information dans la plupart des moyennes et grandes entreprises. Malgré leur degré de maturité technologique, leurs performances métiers et la puissance des écosystèmes, les ERP suscitent encore de nombreuses questions de la part des DSI, qui ne trouvent pas toujours aisément de réponses.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Services managés : où en sont les entreprises françaises ?

    Best Practices a réalisé une enquête auprès des entreprises et organisations publiques françaises. Avec plusieurs objectifs : cerner les enjeux associés aux systèmes d’information, mesurer les usages des services managés les budgets associés.

  • Pour en savoir plus sur l’externalisation

    Pourquoi externaliser ? Quels sont les avantages et les inconvénients ? Comment définir les règles du jeu ? Quels sont les points de vigilance ? Quelles sont les dix questions que posent systématiquement les directions générales aux DSI ?

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris