Le management du digital
Rechercher

Répondre aux défis technologiques et sociétaux, c’est maintenant !

5,00 € HT
soit 6,00 € TTC
Pour lire la suite de cet article :

Qui sont les conquistadors du XXIe siècle ? Ce sont les GAFAs et les dragons chinois, qui « soumettent des pans entiers de l’économie à des transformations disruptives et écosystémiques qui portent sur des secteurs aussi variés que la banque de détail, l’industrie de la musique, les médias vidéo, le tourisme, les transports urbains, la presse et l’édition », avertissent les auteurs de cet ouvrage collectif.

Ils rappellent également qu’après « un siècle de taylorisme, qui est l’une des expressions de la modernité, nous entrons dans l’ère de la post-modernité caractérisée par la puissance des réseaux sociaux facilitant l’émergence d’aspirations égalitaires et démocratiques. »  

Certes, les applications numériques et les plateformes qui les hébergent, porteuses de changement, permettent également de lutter contre certains aspects négatifs du développement économique, le réchauffement climatique, la dégradation des terres et des océans. La digitalisation facilite également le développement de villes plus intelligentes dans lesquelles les citoyens peuvent s’impliquer plus facilement, et en devenir acteurs s’ils le souhaitent.

De nouvelles aspirations sociétales et organisationnelles

Les réseaux sociaux, qui constituent pour les entreprises des outils d’influence incontournables, portent également les attentes et les aspirations de communautés et groupes sociaux souvent laissés dans l’ombre. L’émergence de la finance participative et la montée en puissance des femmes dans les organisations en sont deux illustrations marquantes. Pour les auteurs, « les défis que représentent ces transformations sont caractéristiques de cette époque nouvelle qu’est la post-modernité portée par les aspirations égalitaires et simultanément des identités qui se veulent multiples, des droits réclamés à différents niveaux pour échapper à l’uniformité. »

Sur les quinze chapîtres de cet ouvrage, piloté par Daniel Bretonès, président de l’Andese (Association nationale des docteurs ès sciences économiques), neuf concernent les technologies, représentatives des changements à l’œuvre dans les organisations. Dans le domaine de la finance, on assiste à la fin du modèle de la banque universelle, selon l’économiste Michel Roux, ex-doyen de l’université de la Sorbonne, au profit d’une spécialisation par tâche, dans un contexte de taux bas et de désintermédiation. Les banques ont ainsi six challenges à relever : s’adapter aux régulations, composer avec les Fintechs, parier sur l’intelligence artificielle, la valorisation des données et l’analyse prédictive, sans oublier l’expérience client, dont on sait que c’est encore un point faible pour de nombreux acteurs de la finance. « La donnée jouera un rôle central dans la révolution des services bancaires, elle doit être utilisée pour améliorer la qualité du service et non pour déterminer le prix de la prestation », assure Michel Roux. Autre innovation sur laquelle les acteurs financiers, entre autres, peuvent capitaliser : la Blockchain pour créer un écosystème numérique de confiance. Pour Bertrand Peaudecerf, informaticien et co-fondateur de la start-up Logidoc-Solution, elle ne sera toutefois pas une « solution miracle et universelle répondant à tout. »

On retrouve également ces mutations pour les métiers du chiffre et du droit. Jean-Jacques Pluchart, professeur à l’université de Paris I, explique que ces métiers ont évidemment bien compris la nécessité de s’appuyer sur des stratégies de plateformes pour reprendre le contrôle de la chaîne de valeur : « Leur avenir digital passe donc par une diversification de leurs missions suivant une démarche "centre-périphérie", qui conjugue une "digitalisation" de leur spécialité ou cœur de métier, grâce à des plateformes internes ou externes, et une "phygitalisation" d’activités de conseil à haute valeur ajoutée répondant à certains besoins non satisfaits de leurs clients, de préférence grâce à des plateformes dédiées. »

La problématique de l’intelligence artificielle est abordée par le prospectiviste André-Yves Portnoff, un sujet « devenu un thème à la mode et le sujet de discours délirants, voire dangereux. » Selon lui, l’expression « intelligence artificielle » abuse du mot « intelligence », car « les machines ne pensent pas », malgré les progrès dans ce domaine, notamment avec le Machine Learning ou le Deep Learning. Face à un futur modelé par la compétition entre cinq groupes d’acteurs exploitant l’IA (géants du numérique, états totalitaires, mafias, financiers et politiciens, citoyens), André-Yves Portnoff plaide pour « une attitude de raison qui consiste à promouvoir des visions et des politiques de long terme, des entreprises et des administrations respectant et valorisant les hommes, le tout avec une mobilisation citoyenne renforçant l’Etat de droit pour le bien commun. »

5,00 € HT
soit 6,00 € TTC
Pour lire la suite de cet article :

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Laurence Essirart

Laurence Essirart

Nos Ouvrages

  • Benchmark Digital&Business - 
numéro 115

    Symposium Gartner 2019 - Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances qui ont été présentés lors du Symposium Gartner 2019, qui s’est tenu en novembre à Barcelone.

  • Benchmark Digital&Business - 
numéro 114

    Symposium Gartner 2019 - Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances qui ont été présentés lors du Symposium Gartner 2019, qui s’est tenu en novembre à Barcelone.

  • ERP - 145 réponses aux questions de votre direction générale

    Les ERP constituent encore la colonne vertébrale des systèmes d’information dans la plupart des moyennes et grandes entreprises. Malgré leur degré de maturité technologique, leurs performances métiers et la puissance des écosystèmes, les ERP suscitent encore de nombreuses questions de la part des DSI, qui ne trouvent pas toujours aisément de réponses.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Services managés : où en sont les entreprises françaises ?

    Best Practices a réalisé une enquête auprès des entreprises et organisations publiques françaises. Avec plusieurs objectifs : cerner les enjeux associés aux systèmes d’information, mesurer les usages des services managés les budgets associés.

  • Pour en savoir plus sur l’externalisation

    Pourquoi externaliser ? Quels sont les avantages et les inconvénients ? Comment définir les règles du jeu ? Quels sont les points de vigilance ? Quelles sont les dix questions que posent systématiquement les directions générales aux DSI ?

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris