Le management du digital
Rechercher

Internet des objets : nouvelles compétences exigées

par Benoît Andrade, associé du cabinet Arrowman Executive Search.
L’internet des objets suscite une abondante littérature, en particulier pour en montrer les opportunités. Mais la mise en oeuvre d'une stratégie dans ce domaine impose de reconfigurer les compétences.

Selon une étude Vanson Bourne, 82 % des PME américaines estiment que l’Internet des objets crée des nouvelles opportunités de business. De fait, l’Internet des objets est déjà une réalité technologique et business : fin 2013, l’IDATE estimait qu’en 2012 il existait déjà 15 milliards « d’objets » connectés dans le monde, toutes catégories confondues. Ce chiffre pourrait atteindre 80 milliards en 2020. Dans une étude publiée en juin 2014, IDC prévoit que le marché de l’Internet des objets pèsera 7 100 milliards de dollars US en 2020. Selon une étude d’IDC France sur les investissements des DSI pour 2015, l’Internet des objets figure en bonne place : un DSI sur deux a indiqué s’y intéresser.

De multiples applications

La spectaculaire diminution du prix des compo­sants électroniques, alliée aux possibilités de miniaturisation, offrent des relais de croissance pour les entreprises, en particulier pour l’électronique grand public et les industriels de l’électro-ménager, avec des produits plus intelligents, plus innovants, générateurs de marges, à terme, et de valeur ajoutée pour les consommateurs. Les objets connectés trouvent également leur place dans le monde de la santé, de la sécurité, de la maison connectée ou de la maintenance. L’Internet des objets constitue un terreau favorable pour l’éclosion de start-up. Beaucoup se sont positionnées sur ce créneau, où s’exerce d’ailleurs une forte créativité des ingénieurs, s’exprime des vocations d’entrepreneurs et fait émerger des compétences nouvelles. D’après le cabinet Gartner, à l’horizon 2017, 50 % des objets connectés seront issus de jeunes start-up de moins de trois ans. En tirant partie de l’électronique à faible coût, des possibilités de l’impression 3D et des logiciels Open Source, les start-up et les « makers » (inventeurs qui conçoivent et fabriquent des produits en s’appuyant sur des outils de conception numérique) pourraient ainsi être les moteurs de l’adoption et de l’utilisation de l’Internet des objets, estiment les spécialistes de Gartner.

Trois écueils à éviter

Mais, outre les contraintes techniques (sécurité, plateformes d’échanges de données...), les acteurs de l’Internet des objets se heurtent à trois difficultés majeures : ignorer la logique industrielle, ne pas intégrer le digital et sous-estimer la reconfiguration des compétences. Tout d’abord, l’Internet des objets relève d’une vraie logique industrielle, à la différence de business modèles basés seulement sur le Web que beaucoup de start-up privilégient. Une telle approche industrielle suppose une surface financière significative et des investissements conséquents en marketing et en logistique. Ensuite, il convient d’articuler cette approche industrielle avec une véritable stratégie digitale, elle aussi incontournable dans le monde de l’Internet des objets, dès lors que l’on s’adresse à une base élargie de consommateurs. Le digital permet non seulement de garder un contact étroit avec les consommateurs et les prospects, de renforcer leur expérience client, mais aussi d’exploiter d’énormes gisements de données générées par les capteurs sur les objets connectés.

Associer des compétences techniques, marketing et digitales

Enfin, l’Internet des objets redessine les contours des compétences. L’approche industrielle et l’approche digitale consomment des ressources humaines. De nouveaux métiers et compétences doivent être mis en place dans les entreprises, afin d’intégrer et de gérer les projets et applications basés sur l’Internet des objets. Ces nouveaux métiers concernent notamment la création et l’implémentation des objets et des interfaces, ainsi que la gestion des données. Cela concerne également les métiers d’ergonomes pour la création des objets connectés adaptés aux conditions de travail et d’usage. Et, évidemment, pour les profils d’ingénieurs, la prise en compte des dimensions marketing et digitale, sans lesquelles l’Internet des objets ne pourra tenir toutes ses promesses.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Nos Ouvrages

  • Benchmark Digital&Business - 
numéro 115

    Symposium Gartner 2019 - Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances qui ont été présentés lors du Symposium Gartner 2019, qui s’est tenu en novembre à Barcelone.

  • Benchmark Digital&Business - 
numéro 114

    Symposium Gartner 2019 - Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances qui ont été présentés lors du Symposium Gartner 2019, qui s’est tenu en novembre à Barcelone.

  • ERP - 145 réponses aux questions de votre direction générale

    Les ERP constituent encore la colonne vertébrale des systèmes d’information dans la plupart des moyennes et grandes entreprises. Malgré leur degré de maturité technologique, leurs performances métiers et la puissance des écosystèmes, les ERP suscitent encore de nombreuses questions de la part des DSI, qui ne trouvent pas toujours aisément de réponses.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Services managés : où en sont les entreprises françaises ?

    Best Practices a réalisé une enquête auprès des entreprises et organisations publiques françaises. Avec plusieurs objectifs : cerner les enjeux associés aux systèmes d’information, mesurer les usages des services managés les budgets associés.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris