Le management du digital
Rechercher

Franck Cohen, SAP : "Analyse et collecte des données, vecteurs de compétitivité majeurs

Lors de la Convention annuelle de l’USF (Association des utilisateurs francophones de SAP), Best Practices a recueilli le point de vue de Franck Cohen, Président de SAP pour la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique). Celui-ci défend une stratégie axée sur l’analyse et la consommation de données en temps réel, estimant que le temps des bases relationnelles est révolu.

« Plus que jamais, l’analyse et la collecte de données deviennent stratégiques pour les entreprises », souligne Franck Cohen. Une conviction que confirme le récent rachat par SAP de KXen, un acteur spécialisé dans l’analyse prédictive. En ligne de mire, c’est bien une vision axée sur l’analyse en temps réel que promeut SAP, avec la construction d’une plate-forme technologique complète autour de Hana, son système de base de données en mémoire.

Ces technologies d’analyse en temps réel viennent bousculer la vision classique du data mining, nécessitant de nouvelles approches. Il en va ainsi de la qualité des données : « A partir du moment où l’on veut du temps réel, la problématique de qualité des données n’est plus du tout la même : il faut s’assurer que la donnée est fiable dès son entrée dans le système d’information », explique Franck Cohen. « L’intégrité des données doit être assurée de bout en bout, ce qui passe notamment par des solutions de gouvernance des données de référence (Master Data Governance).

Ce changement de paradigme a d’autres implications : « Aujourd’hui, le simple fait de devoir consolider une information à partir de plusieurs systèmes séparés est devenu un frein à sa consommation en temps réel.» Mais Franck Cohen ne s’arrête pas là, estimant qu’en matière de systèmes de gestion de bases de données, « l’approche best of breed » elle-même devient un frein, « en particulier le fait d’avoir d’un côté une base analytique et de l’autre une base transactionnelle ».

Faut-il alors s’attendre à voir bientôt les systèmes transactionnels et décisionnels s’appuyer tous deux sur une seule et même base ? C’est en tout cas bien la stratégie poussée par SAP avec Hana, que l’éditeur intègre progressivement à ses différentes applications. Franck Cohen va jusqu’à affirmer que les bases relationnelles ne sont plus nécessaires, taclant au passage son concurrent Oracle : « Sur le marché des bases de données, nous n’avons rien à défendre, nous pouvons proposer une technologie différente, une base non relationnelle et en mémoire » et estimant que « la bataille avec Teradata va devenir intéressante ». L’éditeur, numéro quatre en 2012 du marché des bases de données relationnelles selon IDC, espère désormais rattraper le trio de tête (Oracle, IBM et Microsoft) dans les prochaines années [NDLR : on peut néanmoins s’interroger sur le choix de l’analyste d’inclure les revenus liés à des bases non relationnelles dans ce classement.]

Pour illustrer les possibilités de ces nouvelles approches, le Président de SAP EMEA a cité lors de son discours aux adhérents de l’USF l’exemple de la société John Deere, un fabricant de tracteurs qui a doté ses véhicules de plus de 150 capteurs. « En analysant les données ainsi recueillies, l’entreprise peut par exemple prédire les pannes et fabriquer en amont les pièces nécessaires aux réparations, ou indiquer aux agriculteurs les meilleurs trajectoires pour planter ou irriguer les champs ». Revenant sur ce cas, Franck Cohen résume : « L’ERP nouvelle génération, c’est un ERP temps réel, capable d’intégrer des données issues de multiples sources et capteurs » Il nuance tout de même ce point de vue, précisant qu’ « il n’y a pas d’intérêt à rentrer dans l’ERP une donnée toutes les millisecondes ».

En France, les possibilités offertes par Hana intéressent les entreprises, comme l’illustrent les différents retours d’expérience recueillis par l’USF pour sa note de perspective sur Hana. Néanmoins, dans les grands groupes, les premiers déploiements concernent en majorité les applications décisionnelles, et quelques freins ralentissent encore l’adoption. Parmi eux, le coût du matériel, mais « celui-ci baisse tous les trimestres », selon Franck Cohen, pour qui c’est surtout « le peu de solutions et de partenaires autour de Hana » qui entre en compte, « l’écosystème faisant la différence ». Malgré ces obstacles, Franck Cohen affirme que « 100 % des clients SAP sont convaincus que cette plate-forme est le bon choix. Néanmoins, certains ont des investissements à rentabiliser, et le passage à Hana représente un certain coût, aussi pour ces entreprises cela va prendre plus de temps ».

Si les grandes entreprises ayant migré l’ensemble de leurs applications de gestion sur Hana sont encore rares (on peut néanmoins citer Ericsson et plus récemment ArcelorMittal), les nouveaux entrants constituent un autre terrain privilégié pour l’adoption de la base en mémoire, particulièrement sur le marché des PME-PMI. Dans ces entreprises qui ont moins de prérequis et de contraintes en termes de migration, « 65 % des nouveaux clients choisissent SAP sur Hana en mode cloud, s’affranchissant ainsi du coût du matériel », mentionne ainsi Franck Cohen.

Les ventes de Hana au beau fixe, selon SAP

SAP vient d’annoncer ses résultats pour le troisième trimestre 2013. Parmi les faits notables, la croissance des ventes de Hana : + 90 % entre 2012 et 2013 à monnaie constante. L’éditeur affiche également une hausse globale de 13 % pour les ventes de licences et souscriptions, « une croissance à deux chiffres pour le treizième trimestre consécutif », précise Franck Cohen.

L’éditeur confirme également la signature d’un gros contrat avec CMA-CGM, un acteur majeur du transport maritime de conteneurs basé à Marseille. SAP va co-développer avec l’entreprise un nouveau système d’information utilisant notamment les technologies en mémoire. Cette solution sera notamment chargée de gérer les processus commerciaux de manière autonome et d’automatiser les processus de gestion et de prise en charge des 10,6 millions de conteneurs transportés chaque année par le Groupe CMA CGM. La portée de ce projet étant globale, elle concernera les 3 360 000 commandes annuelles de CMA CGM et couvrira l’ensemble des étapes de la gestion des marchandises, depuis leur stockage et leur gestion dans les ports et à bord des navires, jusqu’à leur transport, leur transbordement et leur déchargement.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

La rédaction

La rédaction

La rédaction de Best Practices fédère les meilleurs experts sur le management des systèmes d’information.

Nos Ouvrages

  • Benchmark Digital&Business - 
numéro 115

    Symposium Gartner 2019 - Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances qui ont été présentés lors du Symposium Gartner 2019, qui s’est tenu en novembre à Barcelone.

  • Benchmark Digital&Business - 
numéro 114

    Symposium Gartner 2019 - Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances qui ont été présentés lors du Symposium Gartner 2019, qui s’est tenu en novembre à Barcelone.

  • ERP - 145 réponses aux questions de votre direction générale

    Les ERP constituent encore la colonne vertébrale des systèmes d’information dans la plupart des moyennes et grandes entreprises. Malgré leur degré de maturité technologique, leurs performances métiers et la puissance des écosystèmes, les ERP suscitent encore de nombreuses questions de la part des DSI, qui ne trouvent pas toujours aisément de réponses.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Services managés : où en sont les entreprises françaises ?

    Best Practices a réalisé une enquête auprès des entreprises et organisations publiques françaises. Avec plusieurs objectifs : cerner les enjeux associés aux systèmes d’information, mesurer les usages des services managés les budgets associés.

  • Pour en savoir plus sur l’externalisation

    Pourquoi externaliser ? Quels sont les avantages et les inconvénients ? Comment définir les règles du jeu ? Quels sont les points de vigilance ? Quelles sont les dix questions que posent systématiquement les directions générales aux DSI ?

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris