Bonnes pratiques et expertises IT
Rechercher

Et l’IA était associée à un animal ?

Et l’IA était associée à un animal ?

Lors du dernier Gala des DSI, organisé par Agora Fonctions et dont Best Practices était partenaire, Jean-Daniel Lévy, directeur du département Politique et Opinion d’Harris Interactive, a présenté les résultats d’une étude sur la perception de l’intelligence artificielle par les jeunes générations, de 18 à 34 ans.

Selon Harris Interactive, les jeunes générations sont plutôt informées sur l’intelligence artificielle : 96 % affirment être capables d’en parler. « Les personnes les plus diplômées et les femmes sont les plus inquiètes de l’impact de l’intelligence artificielle, les étudiants étant les plus optimistes », souligne Jean-Daniel Lévy, qui précise que « les jeunes français associent majoritairement l’intelligence artificielle au développement technologique, notamment via les robots, créant certaines interrogations sur le futur de l’humain. » Ainsi, pour 77 % des jeunes interrogés (mais 82 % pour les diplômés au-delà de Bac+2), le développement de l’intelligence artificielle est « une bonne chose ». Une majorité (81 %) s’accorde d’ailleurs à penser que l’intelligence artificielle va prendre une place encore plus grande dans le futur.

Ils sont également plutôt optimistes quant à l’impact sur le monde du travail (68 % estiment que c’est une bonne chose) et sur leur carrière professionnelle, même si les résultats sont plus nuancés : 40 % des jeunes anticipent que l’IA est plutôt une mauvaise chose pour leur carrière. « On a du mal à imaginer une intelligence artificielle qui ne nous ressemble pas, on est davantage dans la pluralité que dans la singularité », a commenté Alexandre Cadain, fondateur d’Anima, start-up spécialisée dans l’intelligence artificielle.

Lorsqu’il est demandé quels sont les mots clés qui correspondent le mieux à l’intelligence artificielle, les termes « robotisation », « automatisation », « déshumanisation », « transformation du travail » et « gain de temps » sont ceux qui ont été les plus cités. Le moins cité étant « création d’emplois », par seulement 12 % des jeunes interrogés. Près d’un jeune sur deux (45 %), estime que l’intelligence artificielle va surtout avoir des conséquences sur les métiers les moins qualifiés (techniciens, ouvriers, employés…) et seulement 17 % pour les métiers les plus qualifiés (professions libérales, cadres, enseignants…). « Je ne perçois pas vraiment de destruction d’emplois dans l’industrie, mais plutôt dans les services », estime Gervais Pélissier, directeur général délégué à la transformation du groupe Orange et Président d’Orange Business Services, qui est intervenu lors du débat associé à la présentation de l’étude d’Harris Interactive.

Les jeunes générations sont d’ailleurs favorables (à 67 %) à une certaine régulation des usages de l’intelligence artificielle dans le monde du travail, 18 % étant opposés. « L’intelligence artificielle transforme un chaos d’information en connaissances actionnables. Il y a beaucoup de projets d’IA positive qui sont loin de la référence à Terminator », nuance Alexandre Cadain.

Et si l’intelligence artificielle était un animal ? Deux se singularisent, selon les jeunes interrogés par Harris Interactive : le chien et le singe. « C’est le chien qui se détache, parce qu’il représente un compagnon mais il peut quelquefois résister. Quant au singe, c’est l’animal qui ressemble le plus à l’homme et à son intelligence », explique Jean-Daniel Lévy. Les autres animaux spontanément cités étaient le renard (parce qu’il est rusé ?), le lion (pour son indépendance ?), la pieuvre (référence à Internet ?), le chat (pour sa capacité à retomber sur ses pattes ?), l’éléphant (une référence aux GAFA ?), le tigre (pour son côté prédateur ?), le loup (parce qu’il fait peur dans l’inconscient collectif ?), le dauphin (pour son intelligence ?), le serpent (pour sa capacité à étouffer ses proies ?) et le caméléon (pour sa capacité à se camoufler ?).

galadsi

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Philippe Rosé

Philippe Rosé

Docteur en sciences économiques et auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur le management des systèmes d’information, Philippe Rosé est rédacteur en chef des publications Best Practices.

Nos Ouvrages

  • ERP - 145 réponses aux questions de votre direction générale

    Les ERP constituent encore la colonne vertébrale des systèmes d’information dans la plupart des moyennes et grandes entreprises. Malgré leur degré de maturité technologique, leurs performances métiers et la puissance des écosystèmes, les ERP suscitent encore de nombreuses questions de la part des DSI, qui ne trouvent pas toujours aisément de réponses.

  • La cybersécurité 
en 250 questions

    Les cyberattaques n’ont jamais occasionné autant de dégâts dans les entreprises. Et les perspectives n’encouragent pas à l’optimisme. Comment nmieux se protéger ? Ce guide pratique regroupe les 250 questions que doivent se poser les responsables sécurité, les DSI et les directions générales. Avec des
    réponses concrètes…

  • IT Benchmark
Rapport annuel - 2019

    La Shadow Information, ensemble d’informations que l’on ne trouve pas dans les médias, mais qui présentent une valeur pour la gestion opérationnelle de l'écosystème de l'IT. Ces contenus sont bien sûr accessibles à tous, mais cela demande énormément de temps et de ressources pour les trouver, les lire et se les approprier : les équipes de IT Benchmark le font pour vous !

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Services managés : où en sont les entreprises françaises ?

    Best Practices a réalisé une enquête auprès des entreprises et organisations publiques françaises. Avec plusieurs objectifs : cerner les enjeux associés aux systèmes d’information, mesurer les usages des services managés les budgets associés.

  • Pour en savoir plus sur l’externalisation

    Pourquoi externaliser ? Quels sont les avantages et les inconvénients ? Comment définir les règles du jeu ? Quels sont les points de vigilance ? Quelles sont les dix questions que posent systématiquement les directions générales aux DSI ?

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris