Le management du digital
Rechercher

Médias sociaux en voie d'adoption

Les médias sociaux ne sont pas utilisés de manière uniforme en Europe. En applicant son modèle de classification Social Technographics aux échanges sociaux entre plus de 13 000 internautes européens, Forrester Research révèle des différences dans l’utilisation des technologies dites ‘sociales’.

Toute entreprise souhaitant mettre en place une stratégie de marketing social doit identifier et comprendre ses cibles au sein des nouveaux canaux intéractifs, avant même de pouvoir investir dans une ou plusieurs technologies sociales.

L’étude Social Technographics de Forrester fournit un comparatif que les responsables marketing peuvent utiliser pour évaluer l’implication par pays des consommateurs dans les technologies sociales. La méthode détermine le profil des consommateurs selon six niveaux de participation, entre désengagement total et implication hyperactive dans le création de contenus originaux :
- Creators – Seuls 10% des internautes européens créent du contenu de médias sociaux.
- Critics – 19 % des internautes européens participent à des activités comme laisser un commentaire sur un blog ou donner son avis sur une revue de produit.
- Collectors – Seuls 9% des internautes européens aiment cataloguer et organiser du contenu Web.
- Joiners - 13% des internautes européens participent aux réseaux sociaux.
- Spectators – 40% des internautes européens regardent et lisent le contenu de médias sociaux.
- Inactives - 53% des internautes européens ne sont engagés dans les réseaux sociaux en aucune manière.
« Si vos consommateurs ne lisent pas les blogs ou n’utilisent pas les flux RSS, et s’ils ne pensent pas le faire dans les trois prochaines années, alors les médias sociaux n’appellent pas d‘investissement significatifs pour votre entreprise», commente Rebecca Jennings, analyste senior pour Forrester Research et auteur du rapport. « Concentrez plutôt votre budget sur des dépenses ciblées afin de tisser un lien fort avec les personnes vraiment impliquées, même si vos concurrents investissent fortement. Il ne faut pas regarder quelle entreprise est la plus avancée en matière de technologies ou médias sociaux. Il faut plutôt arriver à lier un engagement de valeur avec votre propre cible ».

Au niveau national, l’enquête a révélé des différences considérables en matière d’adoption en Europe. Ainsi, les consommateurs britanniques aiment le réseautage, mais pas les français. Au Royaume Uni, 21% des internautes participent au phénomène des réseaux sociaux, comparé à une moyenne de 13% en Europe. Cependant, en France, seuls 4% des internautes appartiennent à ce groupe.

Les internautes néerlandais sont les plus créatifs et les allemands le moins. Aux Pays-Bas, 17% des internautes créent eux-mêmes du contenu sur la toile, chiffre considérablement plus élevé que la moyenne européenne. Avec 8%, les internautes allemands ont le plus petit pourcentage de Creators, mais ils sont plus engagés que la moyenne.

Les européens du sud sont en général moins intéressés par les médias sociaux. En Espagne, les internautes sont moins actifs dans tout type d’activités sociales, avec un niveau de Joiners représentant à peine un peu plus du tiers de ce qu’est la moyenne européenne. Les italiens démontrent une plus grande volonté que la moyenne à être Creators mais sont fortement moins enclins à être Collectors.

La Suède a l’audience la plus active. Près de 60% des internautes suédois s’engagent dans une forme de technologie sociale, même s’il s’agit juste de lire un forum, ce qui fait de la Suède le pays européen le plus actif. Les suédois sont particulièrement sur-représentés dans la catégorie des Collectors, et le pays compte presque le double de Joiners que la moyenne européenne.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

La rédaction

La rédaction

La rédaction de Best Practices fédère les meilleurs experts sur le management des systèmes d’information.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner Rétrospective 2017-2021

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 157

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2021, qui s’est déroulé en novembre, à distance.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 156

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2021, qui s’est déroulé en novembre, à distance.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Comment rater...
sa stratégie Big Data

    Une stratégie Big Data ne s'improvise pas. Quoique... Ce nouveau titre de la collection "Comment rater..." propose les douze commandements pour tous ceux qui veulent vraiment rater leur stratégie Big Data.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris