Bonnes pratiques et expertises IT
Rechercher

Gartner - Les directeurs financiers plébiscitent le décisionnel

Selon une étude conjointe de Gartner et de la Financial Executives Research Foundation (FERF), les directeurs financiers placent la BI et l’analytique en tête de leurs investissements en 2014. Pour le vice-président des études de Gartner, John Van Decker, « en 2013, les investissements des directions financières seront davantage axés sur la BI, l’analytique et les applications d'entreprise afin de répondre aux lacunes technologiques qui subsistent. »

En effet, selon les directeurs financiers (CFO), sur 19 processus métiers nécessitant un meilleur support technologique, 15 sont directement concernée par la BI, l’analytique et les technologies de gestion de la performance.

L’étude révèle aussi que l’aide à l'analyse et à la prise de décision se classe comme une priorité des directeurs financiers en termes d’investissements technologiques (59% en 2013 contre 57% en 2012), devant le contrôle des performances de l'entreprise (50%), la collaboration et la gestion des connaissances (45%). Du point de vue de l’entreprise, les investissements dans la BI et les applications métiers se poursuivent, même s’ils ne sont pas aussi importants qu’en 2012. Cette baisse s’expliquerait, selon le cabinet, par la convergence accrue entre quatre univers technologiques (mobilité, social, big data et cloud computing). L’étude indique également que les directeurs financiers accordent une priorité plus élevées aux applications métiers que les DSI.

D'après Bill Sinnett, directeur de recherche de la Financial Executives Research Foundation, « si le DSI ne prend pas en compte cet élément, le CFO pourrait alors prendre ses propres initiatives, sans nécessairement se coordonner avec la DSI. » Ce qui démontre, selon l’analyste, que la BI dépend de moins en moins du DSI mais est de plus en plus sous la responsabilité du directeur financier. Pour les CFO, la gestion des performances de l'entreprise (CPM : Corporate performance management) est une des priorités, la CPM englobant, selon Gartner, le reporting, l’analyse budgétaire, la planification et les prévisions, la consolidation financière, et l’analyse de rentabilité.

A noter également que les domaines technologiques dans lesquels vont investir les CFO concernent principalement la mobilité, le cloud (y compris le SaaS) et la gestion de l'information. « Les directeurs financiers s’intéressent fortement au cloud et à la mobilité. Le concept SaaS commence aussi à influencer les applications d'entreprise. Nombre de directeurs financiers utilisent les mobiles et souhaitent accéder à des informations commerciales clés via ces outils », constate John Van Decker. Dans la logique du Gartner, il serait également intéressant d'impliquer le CFO dans le déploiement des terminaux mobiles afin qu’il d'accède aux informations financières et aux tableaux de bord. « L'influence du directeur financier est logique et prend de plus en plus d’ampleur dans les entreprises. L’étude révèle d’ailleurs que 39% des organisations informatiques dépendent du directeur financier », indique John Van Decker qui précise que, si le directeur financier doit être sensibilisé aux apports des technologies, le DSI et le CFO doivent partager une vision commune sur la façon d’utiliser les technologies comme levier business.

Business intelligence : marché en croissance de 7% en 2013

En tout cas, les investissements en matière de Business Intelligence ne sont guère touchés par la crise. Le chiffre d'affaires mondial des logiciels de Business Intelligence devrait atteindre 13,8 milliards de dollars cette année, soit une augmentation de 7%, pronostique Gartner. Le marché devrait même atteindre 17 milliards de dollars en 2016. « L'informatique décisionnelle est désormais le quatrième plus gros segment de logiciel d’autant plus que les utilisateurs finaux donnent la priorité aux projets centrés BI et gestion de l’information », explique Dan Sommer, analyste chez Gartner.

"Face à l’explosion du volume des données, les modèles d'affaires ont besoin de se réinventer, et il est de plus en plus évident que l’analyse des données et leur maîtrise sera un des facteurs clés dans l'économie dans les prochaines années », ajoute l’analyste. Cependant, Gartner note qu’à court terme l’évolution sera freinée par la stagnation des indicateurs macro-économiques et par le ralentissement des cycles de vente des projets de BI. Résultat, la croissance dans les années à venir sera plutôt à un chiffre alors qu’elle atteignait 16% en 2011. Mais, malgré la maturité du marché, la demande est encore loin d’être satisfaite.

Selon Gartner, outre la finance, de nombreux domaines comme les ressources humaines, le marketing et le social ont beaucoup à tirer des solutions de BI. Le cabinet prédit même une croissance notamment dans des domaines encore non exploités tels que le déploiement de diagnostic et de prévision, ainsi qu’un développement auprès des moyennes entreprises. Par ailleurs, l'émergence des données en tant que service (Data as a Service) pourrait augmenter de façon significative le marché de la BI et des plateformes d'analyse. Les entreprises pourraient souscrire de plus en plus à des services proposant des données spécifiques à leur industrie et embarquant des capacités analytiques et décisionnelles.

Cette tendance devrait aussi se développer à l’avenir, d’après Gartner. Du côté des DSI, les investissements en matière de BI et d’analytique figurant aussi parmi leurs prioroités, si l’on en croit les analyses de Gartner, même si seulement 30% des utilisateurs utilisent vraiment ces outils, constate Gartner. Toutefois, la situation pourrait évoluer car les entreprises s’attachent à rendre les analyses plus transparentes, accessibles et facilement exploitables. Le volume sans cesse grandissant des données est de plus en plus difficile à gérer par manque de temps, remarque Gartner. Pourtant les analyses sont vitales. « Plus les analyses seront utilisées par les utilisateurs professionnels, les clients et les consommateurs, plus l’impact en temps réel sur les activités commerciales, la compétitivité, l'innovation et la productivité sera significatif ", ajoute Rita Sallam, analyste chez Gartner.

Des analyses transparentes pour une meilleure efficacité

Pour être plus performants, les professionnels de la BI et des solutions analytiques doivent rendre les analyses invisibles et transparentes pour leurs utilisateurs, soit par le biais d’interfaces en langage naturel pour l'exploration de données, soit par le biais d’applications analytiques intégrées au moment de la prise de décision ou de l'action. Plus les analyses seront conviviales, transparentes et donc invisibles pour les utilisateurs, plus vite elles seront adoptées, en particulier par les utilisateurs peu habitués à ce type d’outils, et plus fort sera l’impact sur les activités commerciales. Même si simplifier l’approche du point de vue de l’utilisateur implique une réelle puissance informatique, des capacités de traitement et des compétences étendues, ainsi qu’une performance dans les systèmes de gestion de l'information. D’autant que le volume de données à traiter ne cesse de croître tandis que le temps pour prendre des décisions et réagir diminue. Les entreprises doivent donc se décharger de la capture de données des événements, du filtrage, des calculs mathématiques pour donner aux directions métiers une meilleure vision de leurs activités, par exemple avec des indicateurs qui permettent d’anticiper les menaces, avant qu'elles ne surviennent, ou les opportunités afin d’être plus proactif.

Références :

"Survey Analysis: CFOs' Top Imperatives From the 2013 Gartner FEI CFO Technology Study.

" Actionable Analytics Will Be Driven by Mobile, Social and Big Data Forces in 2013 and Beyond".

"Forecast Analysis: Enterprise Application Software, Worldwide, 2011-2016, 4Q12 Update".

“Magic Quadrant for Business Intelligence and Analytics Platforms”.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Laurence Blanlœil

Laurence Blanlœil

Anciennement responsable communication dans le secteur des nouvelles technologies pendant 20 ans, Laurence Blanloeil intègre l’équipe de Best Practices comme journaliste en 2013.

Nos Ouvrages

  • La cybersécurité 
en 250 questions

    Les cyberattaques n’ont jamais occasionné autant de dégâts dans les entreprises. Et les perspectives n’encouragent pas à l’optimisme. Comment nmieux se protéger ? Ce guide pratique regroupe les 250 questions que doivent se poser les responsables sécurité, les DSI et les directions générales. Avec des
    réponses concrètes…

  • IT Benchmark
Rapport annuel - 2019

    La Shadow Information, ensemble d’informations que l’on ne trouve pas dans les médias, mais qui présentent une valeur pour la gestion opérationnelle de l'écosystème de l'IT. Ces contenus sont bien sûr accessibles à tous, mais cela demande énormément de temps et de ressources pour les trouver, les lire et se les approprier : les équipes de IT Benchmark le font pour vous !

  • Best Practices
Relations fournisseurs

    La relation avec les fournisseurs est probablement ce qu’il y a de plus complexe à gérer pour un DSI. Autant, pour les problématiques technologiques, on peut s’appuyer sur des standards, autant les interactions avec les fournisseurs, qui comportent une part d’incertitude, d’ambiguïté et de liens personnels, sont délicates à normaliser.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Services managés : où en sont les entreprises françaises ?

    Best Practices a réalisé une enquête auprès des entreprises et organisations publiques françaises. Avec plusieurs objectifs : cerner les enjeux associés aux systèmes d’information, mesurer les usages des services managés les budgets associés.

  • Pour en savoir plus sur l’externalisation

    Pourquoi externaliser ? Quels sont les avantages et les inconvénients ? Comment définir les règles du jeu ? Quels sont les points de vigilance ? Quelles sont les dix questions que posent systématiquement les directions générales aux DSI ?

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris