Le management du digital
Rechercher

Décisionnel : la fin des tableaux de bord ?

« Les tableaux de bords classiques ressemblent à des photos sous verre : ils sont parfaits à contempler occasionnellement, mais rien de plus », affirment les auteurs d’une étude de CTO Research sur la Business Intelligence appliquée aux utilisateurs métiers. Il est vrai que cette approche historique du décisionnel souffre de plusieurs inconvénients, notamment un aspect interactif qui manque à la plupart des tableaux de bord traditionnels, conçus de manière centralisée avec des données relativement statiques, même si la mise à jour est fréquente.

Selon l’étude CTO Research, « les tableaux de bord sont victimes de la dynamique « transmettre plutôt qu’extraire » établie entre la business intelligence et les utilisateurs. Dans la plupart des entreprises, les systèmes de BI transmettent un ensemble de rapports (certains sous forme de tableaux de bord) aux utilisateurs, concernant les ventes réalisées dans chaque région par exemple. Ces informations sont, sans aucun doute, très utiles, mais elles suscitent toujours plus de questions, comme la raison pour laquelle l’Amérique du Nord n’atteint pas ses prévisions. Malheureusement, les utilisateurs métiers n’ont pas la possibilité de poser de nouvelles questions, ni d’examiner les données selon leurs besoins. »

Les évolutions entre les deux types de tableaux de bord sont significatives et signes de rupture dans la conception des approches décisionnelles. Ainsi les tableaux de bord classiques sont basés sur des outils pilotés par la DSI, sont conçus de manière centralisée, ils sont souvent l’aboutissement d’un processus (descendant et centralisé) avec un objectif d’afficher une source prédéfinie unique, considérée comme « la vérité ». Alors que les tableaux de bord classiques affichent des indicateurs clés de performances et des fiches d’évaluation récapitulatifs, les tableaux de bord dynamiques affichent des métriques opérationnelles et des indicateurs clés.

De même, les tableaux de bord classiques évoluent au fil du temps, en semaines ou mois, les tableaux de bord dynamiques évoluent en heures ou en jours, ce qui est beaucoup efficace pour la prise de décision par les utilisateurs métiers. Surtout, alors que les tableaux de bord peuvent être analysés dans une direction préalablement définie, les tableaux de bord dynamiques peuvent être analysés selon les demandes.

Plus précisément, et contrairement à ses prédécesseurs, le tableau de bord dynamique permet aux utilisateurs d’effectuer les actions suivantes :

  • Poser des questions et y répondre seul, sans recourir à des requêtes, ni un intermédiaire du service informatique.
  • Ajouter de nouvelles sources de données sans limite et à tout moment, dans n’importe quelle combinaison requise pour la tâche en cours.
  • Obtenir rapidement des réponses, presque instantanément. N’attendez plus pour exécuter vos rapports.
  • Modifier seuls la configuration du tableau de bord à la volée, sans l’assistance du service informatique.
  • Partager leur tableau de bord avec d’autres utilisateurs. Pourquoi créer de nouveaux indicateurs clés de performance et métriques s’il est impossible de les partager ?

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

La rédaction

La rédaction

La rédaction de Best Practices fédère les meilleurs experts sur le management des systèmes d’information.

Nos Ouvrages

  • Benchmark Digital&Business - numéro 156

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2021, qui s’est déroulé en novembre, à distance.

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Comment rater...
sa stratégie Big Data

    Une stratégie Big Data ne s'improvise pas. Quoique... Ce nouveau titre de la collection "Comment rater..." propose les douze commandements pour tous ceux qui veulent vraiment rater leur stratégie Big Data.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris