Bonnes pratiques et expertises IT
Rechercher

Audits logiciels : une addiction malsaine pour les éditeurs

« Environ un quart du chiffre d’affaires est lié à des audits de licences, ce n’est pas une ressource accessoire, c’est une composante du business model des éditeurs », assure Thierry Borgel, directeur de projet chez SIA Partners, qui est intervenu sur ce sujet lors d’une conférence organisée par Flexera Software.

Pour les éditeurs, les audits constituent une source de revenus relativement facile à mettre en œuvre : selon la Business Software Alliance, environ 20 % des logiciels seraient utilisés sans licence, dans les entreprises.

« Sans les audits, le chiffre d’affaires des éditeurs ne progresserait pas, les audits sont des leviers de communication vis-à-vis des actionnaires des éditeurs, cela explique leur agressivité », ajoute Thierry Borgel. Et ce ne sont pas toujours ceux auxquels on pense qui se révèlent les plus pressants et certains qui paraissent inoffensifs sont en réalité très actifs, par exemple Autodek, McAfee ou Attachmate. « Ce dernier est considéré comme l’éditeur le plus agressif », souligne Stefano Fois, senior consultant chez SIA Partners, qui anticipe un « durcissement des pratiques d’audit, notamment pour Oracle, Adobe et IBM. » Les éditeurs les plus agressifs dans ce domaine ont un point commun : ils sont en train de faire évoluer leurs business models. « L’audit constitue un levier de négociation pour faire migrer les clients vers leurs nouvelles offres en SaaS », par exemple Office 365 pour Microsoft, Creative Cloud pour Adobe ou avec le changement des règles de licences chez Oracle, concernant les fonctionnalités de VMware vSphere. « Oracle considère désormais, mais c’est une règle non écrite, qu’il faut des licences pour tous les clusters, puisque les machines virtuelles peuvent être déplacées entre différents clusters », rappelle Thierry Borgel.

Le fait que les éditeurs de logiciels tireraient entre 25 et 50 % de leurs revenus de la conduite d’audits chez leurs clients révèle trois enseignements. Le premier est que beaucoup d’entreprises se résignent à payer en étant de bonne foi. Selon une enquête mondiale d’IDC, 21 % ont payé plus d’un million de dollars en 2014 et 56 % plus de 100 000 dollars. Vu la taille du marché mondial des logiciels (320 milliards de dollars en 2015) et la proportion d’entreprises auditées (63 % sur une période de deux ans), c’est une manne considérable pour les éditeurs. Le second enseignement est que, si ces revenus font partie intégrante du business model des éditeurs, il est à craindre qu’ils soient de plus en plus tentés de privilégier le chiffre d’affaire facile à générer à court terme, au détriment de leur capacité d’innovation : se payer sur la bête en exploitant les entreprises « vaches à lait » ou séduire des nouveaux clients avec des solutions innovantes ? Les grands éditeurs, tous cotés en bourse, n’hésiteront pas. Troisième enseignement : ces pratiques deviennent addictives pour les éditeurs qui, à l’image des drogués, ne peuvent plus revenir en arrière sous peine de voir chuter leur chiffre d’affaires et mécontenter leurs actionnaires. Ils vont donc, là encore à l’instar de drogués en manque, devenir plus agressifs pour se procurer leurs doses de chiffres d’affaires. Les DSI peuvent, et doivent, se défendre, nous y reviendrons dans un prochain numéro. Le principe appliqué en cas de prise d’otages (« aucune rançon ne sera payée ») vaut aussi pour les DSI...

Éditeur Fréquence des audits réalisés
dans les entreprises
depuis deux ans
Perception du risque d’audits
Microsoft 67 % 66 %
Adobe 42 % 33 %
Autodesk 29 % 3 %
Oracle 18 % 25 %
SAP 15 % 11 %
IBM 11 % 7 %
McAfee 9 % 3 %
Attachmate 7 % 0 %
VMware 5 % 18 %
Symantec 5 % 3 %
Source : Express Metrix - SIA Partners.


Cet article est une synthèse de plusieurs articles publiés par le service de veille Best Practices Spotlight.

Découvrir Best Practices Spotlight : cliquer ici

Pour en savoir plus :
  • « Audits logiciels : qui est le plus agressif ? » Best Practices Spotlight, n° 21, 1er juin 2015.
  • « Audits logiciels : difficile d’y échapper », Best Practices Spotlight, n° 18, 20 avril 2015.
  • « Qui sont les éditeurs de logiciels plébiscités par leurs clients ? » Best Practices Spotlight, n° 22, 15 juin 2015.
  • « Contrats de licence Oracle : les dix points d’attention », Best Practices Systèmes d’Information, n° 124, 24 février 2014.
  • « Comment rater ses comités de pilotage avec les fournisseurs », n° 132, Best Practices Systèmes d’Information, 16 juin 2014.
  • « Éditeurs de solutions de BI : qui sont les plus proches de leurs clients ? », Best Practices Systèmes d’Information, n° 136, 6 octobre 2014.
  • « Relations commerciales avec SAP : des clients désabusés », Best Practices Systèmes d’Information, n° 138, 3 novembre 2014.
  • « Rompre des relations commerciales : anticiper les risques en sept questions », Best Practices Systèmes d’Information, n° 144, 9 février 2015.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Philippe Rosé

Philippe Rosé

Docteur en sciences économiques et auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur le management des systèmes d’information, Philippe Rosé est rédacteur en chef des publications Best Practices.

Nos Ouvrages

  • IT Benchmark
Rapport annuel - 2019

    La Shadow Information, ensemble d’informations que l’on ne trouve pas dans les médias, mais qui présentent une valeur pour la gestion opérationnelle de l'écosystème de l'IT. Ces contenus sont bien sûr accessibles à tous, mais cela demande énormément de temps et de ressources pour les trouver, les lire et se les approprier : les équipes de IT Benchmark le font pour vous !

  • Best Practices
Relations fournisseurs

    La relation avec les fournisseurs est probablement ce qu’il y a de plus complexe à gérer pour un DSI. Autant, pour les problématiques technologiques, on peut s’appuyer sur des standards, autant les interactions avec les fournisseurs, qui comportent une part d’incertitude, d’ambiguïté et de liens personnels, sont délicates à normaliser.

  • Best Practices Spotlight
Symposium Gartner 2018

    Ce numéro de Best Practices Spotlight regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances qui ont été présentés lors du Symposium Gartner 2018, qui s’est tenu en novembre à Barcelone.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Services managés : où en sont les entreprises françaises ?

    Best Practices a réalisé une enquête auprès des entreprises et organisations publiques françaises. Avec plusieurs objectifs : cerner les enjeux associés aux systèmes d’information, mesurer les usages des services managés les budgets associés.

  • Pour en savoir plus sur l’externalisation

    Pourquoi externaliser ? Quels sont les avantages et les inconvénients ? Comment définir les règles du jeu ? Quels sont les points de vigilance ? Quelles sont les dix questions que posent systématiquement les directions générales aux DSI ?

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris