Bonnes pratiques et expertises IT
Rechercher

Société 5.0 : le futur est déjà là

Dans cet ouvrage, Bruno Salgues, directeur d’études au sein de la direction de l’innovation de l’Institut Mines-Télécom, spécialiste des technologies de l’information et de la communication, dessine les contours de l’industrie du futur et de ses conséquences sociétales.

Selon lui, « cette société 5.0 est encore souvent mal appréhendée. Elle s’appuie sur une série de concepts : automatisation, dématérialisation, digitalisation, industrialisation, "servicisation", qui bousculent la vie économique et politique, occasionnant l’émergence de nouveaux acteurs, mais également la mort d’organisations puissantes et reconnues. » Il y est bien sûr question de technologies, parmi lesquelles l’intelligence artificielle, la robotique, les plateformes numériques et l’impression 3D, mais également de leurs conséquences sur les grands sujets de société que sont le vieillissement de la population, le management des entreprises, l’éducation et la formation, ou encore la gestion du réchauffement climatique. « Les mutations qui nous conduisent vers cette nouvelle société sont complexes, souvent brutales, mais bien réelles », souligne l’auteur.

Une place prépondérante pour l’innovation

Il rappelle d’ailleurs que le terme « Société 5.0 » est apparu au Japon en 2016, dans un document gouvernemental. Elle se définit comme « la société de l’intelligence dans laquelle l’espace physique et le cyberespace sont fortement intégrés. » Elle succède aux quatre autres sociétés : la société du chasseur-cueilleur, la société agricole, la société industrielle et la société de l’information. Dans la société 5.0, l’innovation occupe une place prépondérante. Ce fut le cas dans les étapes précédentes, mais ce qui en fait la spécificité est qu’elle « ne se définit pas par des vagues d’innovation, mais par la façon dont les innovations ont changé la société », précise l’auteur, pour qui « la société 5.0 apparaît comme la volonté d’équilibre des recherches d’optimum des quatre sociétés précédentes. » Cette société 5.0 laisse une place à l’industrie, qui, dans un contexte numérique, a quatre caractéristiques : la décentralisation des décisions, l’interopérabilité et l’automatisation, la transparence de l’information et la virtualisation, ainsi que l’assistance technique des humains par des robots. Bruno Salgues distingue plusieurs types d’usines du futur : l’usine 4.0 avec sa chaîne logistique intégrée ; l’usine « technologie-clé », fondée sur un procédé très différenciateur ; l’usine « artisan-industriel », qui fait du sur-mesure ; l’usine orientée client, dans laquelle c’est ce dernier qui actionne les processus ; enfin, l’usine low cost, qui repose sur une approche Open Source.

Le règne de la co-construction

Plus généralement, la société 5.0 est celle du « Co », comme co-construction, coopération, coordination, collaboratif… Cette approche est même devenue, selon l’auteur, un « mode de compréhension du consommateur », au lieu de la réductrice et simple analyse de satisfaction. Et modifie les stratégies marketing, avec, par exemple, le marketing de l’intrusion par les réseaux sociaux et les diverses plateformes ou le marketing de l’engagement et de la confiance. La société 5.0 est également celle de la « servicisation », par laquelle un produit, ou l’une de ses fonctionnalités, est associé à un service. On le voit avec les modèles basés sur l’abonnement, le paiement à l’usage ou la location, qui se substituent à l’acte d’achat. « C’est une évolution majeure de nos sociétés, elle a pour conséquence des changements dans les acteurs dominants et l’importance du rôle des plateformes », estime l’auteur.

Cependant, nous sommes dans une ère caractérisée par la fin des innovations majeures, contrairement aux XIXème et XXème siècles qui ont connu de nombreuses avancées technologiques (le téléphone, l’ampoule électrique, la télévision, l’ordinateur, le Web, le téléphone mobile…). C’est désormais l’innovation par le design, les usages, les services, l’ergonomie ou les interactions qui domine. Autrement dit, avance l’auteur, l’innovation a davantage la pensée marketing comme vecteur. Elle est fondée sur le postulat que la technologie s’impose au marché et a une influence sur les modes de vie. Pour Bruno Salgues, « le paradigme de l’innovation est celui d’un équilibre complexe entre viabilité, faisabilité et désirabilité. Ces trois mots-clés remettent en cause l’acceptabilité qui provenait d’un changement dans l’innovation incrémentale. »

Des modes de management moins contraints

La société 5.0 a évidemment un impact sur les modes de management. Pour l’auteur, « elle se caractérise par une vision holistique du management. Il s’agit d’abandonner les structures réfléchies par avance et sources de coûts de coopération et de dépenses dues aux nécessaires mises en relation et en cohérence. » Avec le développement, par exemple des concepts de corporate hacking, de sociocratie ou d’entreprise libérée, fondée sur l’intelligence collective, l’auto-organisation, la prise de décision distribuée. Peut-on, raisonnablement, dégager une vision prospective ? L’auteur ne le pense pas : « La société 5.0 est inéluctable, le poids des acteurs économiques qui s’y engagent et l’influence non contrôlable des technologies qui en sont le support sont indéniablement ses deux points forts. Il faut malheureusement constater que la prévision est inapplicable, car la société 5.0 est en rupture. Il en est de même des méthodes de prospective. »

225 biblio salgues

Société 5.0, industrie du futur, technologies, méthodes et outils, par Bruno Salgues, ISTE Editions, 2018, 294 pages.

 

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Dominique Herbert

Dominique Herbert

Consultant en systèmes d’information depuis plus de vingt ans, Dominique Herbert collabore à Best Practices sur les thématiques de gouvernance, d’organisation de la DSI et de stratégie SI.

Nos Ouvrages

  • IT Benchmark
Rapport annuel - 2019

    La Shadow Information, ensemble d’informations que l’on ne trouve pas dans les médias, mais qui présentent une valeur pour la gestion opérationnelle de l'écosystème de l'IT. Ces contenus sont bien sûr accessibles à tous, mais cela demande énormément de temps et de ressources pour les trouver, les lire et se les approprier : les équipes de IT Benchmark le font pour vous !

  • Best Practices
Relations fournisseurs

    La relation avec les fournisseurs est probablement ce qu’il y a de plus complexe à gérer pour un DSI. Autant, pour les problématiques technologiques, on peut s’appuyer sur des standards, autant les interactions avec les fournisseurs, qui comportent une part d’incertitude, d’ambiguïté et de liens personnels, sont délicates à normaliser.

  • Best Practices Spotlight
Symposium Gartner 2018

    Ce numéro de Best Practices Spotlight regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances qui ont été présentés lors du Symposium Gartner 2018, qui s’est tenu en novembre à Barcelone.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Services managés : où en sont les entreprises françaises ?

    Best Practices a réalisé une enquête auprès des entreprises et organisations publiques françaises. Avec plusieurs objectifs : cerner les enjeux associés aux systèmes d’information, mesurer les usages des services managés les budgets associés.

  • Pour en savoir plus sur l’externalisation

    Pourquoi externaliser ? Quels sont les avantages et les inconvénients ? Comment définir les règles du jeu ? Quels sont les points de vigilance ? Quelles sont les dix questions que posent systématiquement les directions générales aux DSI ?

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris