Le management du digital
Rechercher

L’analyse SWOT

2,00 € HT
soit 2,40 € TTC
Pour lire la suite de cet article :

L’analyse SWOT (Strengths, Weaknesses, Opportunities, Threats) permet d’identifier le positionnement stratégique d’une organisation ou d’un produit. Elle est aussi applicable aux systèmes d’information.

La plupart des managers apprécient et requièrent une vision simple d’une situation, même complexe. Il existe peu d’outils à même de répondre à cette demande légitime qui nécessite avant tout un esprit de synthèse plutôt qu’analytique. C’est tout l’intérêt de la démarche SWOT qui peut s’appliquer à quasiment tous les contextes, même si, à l’origine, elle était destinée principalement à la planification stratégique. C’est une des techniques de diagnostic les plus employée aujourd’hui, en particulier par les consultants. Cependant, malgré sa simplicité apparente, peu en connaissent vraiment les arcanes et savent la manier avec justesse...

1. Présentation de la Best Practice

L’origine

La paternité de la méthode SWOT varie, selon les auteurs, entre deux des plus prestigieuses universités américaines : Stanford et Harvard. Certains affirment que ce serait Albert Humphrey qui, lors d’une convention au Stanford Research Institute, aurait évoqué l’approche SWOT pour l’analyse des premières entreprises américaines. Humphrey ne l’aurait jamais revendiquée et n’a laissé aucune trace. Plus vraisemblablement, ce serait deux professeurs de la Harvard Business School, George Albert Smith Jr et C. Roland Christensen, qui auraient modélisé la matrice SWOT au début des années 1950. Plus tard, Kenneth Andrews développa son utilisation, avant qu’elle ne soit popularisée et généralisée dans les années 1960, au sein de la fameuse école de management. Il est à noter que l’encyclopédie Wikipedia.fr, contrairement à son homologue anglo-saxonne, donne la paternité à quatre professeurs de la Harvard Business School, dont deux déjà cités : R. Christensen et K. Andrews, mais aussi E. Learned et W. Guth. C’est pourquoi l’on rencontre parfois la SWOT sous la dénomination « modèle LCAG », des initiales des quatre professeurs ou « modèle de Harvard », qui serait plus juste, et moins soumis à controverse. Contrairement à ce que de nombreux auteurs affirment, elle trouve son origine dans l’école de la stratégie et non du marketing.

Une définition

À la base, une analyse SWOT est un outil d’analyse stratégique qui permet d’évaluer les forces, faiblesses, opportunités et menaces d’une entreprise, d’un projet d’investissement ou d’un produit ou service. Le terme SWOT vient de l’anglais :

  • Strengths (forces) : les atouts de l’entreprise, ou d’un projet, qui lui donnent un avantage sur les autres.
  • Weaknesses (faiblesses) : les spécificités qui placent l’entreprise, ou un projet, en situation de désavantage par rapport aux concurrents.
  • Opportunities (opportunités) : les éléments que l’entreprise, ou le projet, pourraient exploiter à leur avantage
  • Threats (menaces) : les éléments de l’environnement qui pourraient engendrer des risques ou occasionner des problèmes pour l’entreprise, ou le projet.
2,00 € HT
soit 2,40 € TTC
Pour lire la suite de cet article :

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner Rétrospective 2017-2021

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 157

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2021, qui s’est déroulé en novembre, à distance.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 156

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2021, qui s’est déroulé en novembre, à distance.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Comment rater...
sa stratégie Big Data

    Une stratégie Big Data ne s'improvise pas. Quoique... Ce nouveau titre de la collection "Comment rater..." propose les douze commandements pour tous ceux qui veulent vraiment rater leur stratégie Big Data.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris