Le management du digital
Rechercher

IP Management : des enjeux cruciaux pour l’entreprise

Une simple erreur dans la gestion d’une adresse IP, une mauvaise configuration d’un serveur DNS ou DHCP a un impact économique qui peut se chiffrer en millions d’euros. Mais combien de directions générales en sont conscientes ? L’heure n’est plus à la gestion artisanale mais à l’automatisation.

Selon le Clusif (Club de la sécurité de l’information français), les trois-quarts des entreprises estiment être très dépendantes de leur système d’information et, de fait, d’Internet, qui assure l’essentiel des activités économiques. Cette forte dépendance à l’égard des réseaux TCP/IP induit, sur le plan économique, un risque majeur, si la gestion se révèle peu optimisée, voire déficiente. La prolifération d’adresses IP à gérer, du fait de la complexité des réseaux, devient ainsi un casse-tête pour les directions informatiques et les responsables réseaux. Ainsi, on trouve dans une entreprise plusieurs milliers, voire plusieurs dizaines de milliers de terminaux utilisant IP et plusieurs dizaines de serveurs DNS. Et dont il faut gérer les adresses sous peine de voir s’arrêter les activités. Une direction générale peut-elle imaginer que son entreprise fonctionne sans système financier, sans chaîne logistique, dans gestion de la relation client, sans site Web ? Non et pourtant, tout repose sur une bonne gestion des adresses IP, des serveurs DNS et DHCP.

L’IP management se définit comme l’allocation, l’administration, le reporting et la traçabilité des espaces IP et des terminaux qui y sont associés. Les difficultés sont à la fois d’ordre technique, organisationnel et la gestion des adresses IP génère des coûts, dont la plus grande partie est cachée. Selon une étude réalisée par Computerworld, le coût de gestion des adresses IP est loin d’être négligeable. Il s’établissait, en 2008, en moyenne, à 8,1 dollars par an et par adresse IP. Et la gestion d’une adresse IP nécessite entre six et neuf actions différentes, pour un temps minimum estimé à une demi-heure et un délai de plusieurs jours est nécessaire. Ce coût est bien sûr étroitement corrélé avec la taille de l’entreprise, la gestion des adresses IP ne bénéficiant pas d’économies d’échelle : il est ainsi plus élevé pour les grandes entreprises (9,19 par an et par adresse) et légèrement plus faible (7,12 dollars) pour les moyennes entreprises. Problème : la plupart des entreprises (les deux-tiers selon l’enquête de Computerworld) utilisent encore des méthodes artisanales et manuelles de gestion des adresses IP, des DNS et des DHCP, en particulier des tableurs ou des logiciels très basiques dans leurs fonctionnalités.

Outre les difficultés d’obtenir un reporting cohérent et opérationnel, cette approche de management des adresses IP présente évidemment des risques. Par exemple, en cas de nécessité de patcher très rapidement les serveurs DNS lorsque des alertes de sécurité sont diffusés par les CERT (Computer Emergency Response Team), comme ce fut le cas en juillet 2008 : l’approche manuelle ne permet pas une réactivité suffisante. De même, se pose, avec une gestion artisanale des adresses IP, le problème de la qualité et de l’intégrité des données, ainsi que la réelle difficulté d’établir les reporting utiles et les délégations pertinentes.

L’évolution des réseaux et des usages d’Internet contraint donc les entreprises à ne plus conserver cette approche, les outils traditionnels n’étant plus adaptés. Sur le plan économique, l’enjeu est d’automatiser, avec l’utilisation de solutions performantes, donc de diminuer les coûts, en passant du « traitement manuel au clic de souris ». Sur le plan organisationnel, l’enjeu est d’optimiser les processus et de dégager des ressources de sorte que les responsables réseaux se consacrent à d’autres tâches à plus forte valeur ajoutée. Enfin, sur le plan technologique, il s’agit d’allier fonctionnalités étendues (cf. article sur les critères de choix des solutions) et performances des outils. Ce point est fondamental surtout dans des environnements où Internet et le protocole IP (et la nécessité de gérer les adresses IP) va essaimer sur des terminaux multiples tels que les lecteurs RFID, les périphériques vidéo ou les téléphones IP... Les responsables réseaux n’auront plus droit à l’erreur et devront traquer l’usage des adresses IP, éliminer les doublons, pouvoir réallouer l’espace IP et éviter les erreurs de configuration de DNS et de DHCP. 

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

La rédaction

La rédaction

La rédaction de Best Practices fédère les meilleurs experts sur le management des systèmes d’information.

Nos Ouvrages

  • Benchmark Digital&Business - 
numéro 115

    Symposium Gartner 2019 - Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances qui ont été présentés lors du Symposium Gartner 2019, qui s’est tenu en novembre à Barcelone.

  • Benchmark Digital&Business - 
numéro 114

    Symposium Gartner 2019 - Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances qui ont été présentés lors du Symposium Gartner 2019, qui s’est tenu en novembre à Barcelone.

  • ERP - 145 réponses aux questions de votre direction générale

    Les ERP constituent encore la colonne vertébrale des systèmes d’information dans la plupart des moyennes et grandes entreprises. Malgré leur degré de maturité technologique, leurs performances métiers et la puissance des écosystèmes, les ERP suscitent encore de nombreuses questions de la part des DSI, qui ne trouvent pas toujours aisément de réponses.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Services managés : où en sont les entreprises françaises ?

    Best Practices a réalisé une enquête auprès des entreprises et organisations publiques françaises. Avec plusieurs objectifs : cerner les enjeux associés aux systèmes d’information, mesurer les usages des services managés les budgets associés.

  • Pour en savoir plus sur l’externalisation

    Pourquoi externaliser ? Quels sont les avantages et les inconvénients ? Comment définir les règles du jeu ? Quels sont les points de vigilance ? Quelles sont les dix questions que posent systématiquement les directions générales aux DSI ?

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris