Bonnes pratiques et expertises IT
Rechercher

« Une machine pourra produire des idées qui ont de la valeur »

28,00 € HT
soit 33,60 € TTC
Pour lire la suite de cet article :
« Une machine pourra produire des idées qui ont de la valeur »

Ken Robinson, expert international en matière d'éducation et d'innovation, a livré son diagnostic sur le système éducatif, le management d’entreprise et la créativité, lors de la dernière édition de l’USI, série des conférences organisées par Octo Technology,.

Pourquoi, selon vous, nos systèmes éducatifs sont-ils inadaptés ?

Ken Robinson. Nos systèmes éducatifs actuels ont été pensés aux XVIIIème et XIXème siècles, afin de répondre aux besoins de la révolution industrielle. Mais, aujourd’hui, l’environnement, qui combine technologie et croissance démographique, est totalement différent, ainsi que les challenges auxquels nous et nos enfants sommes confrontés. Beaucoup sont persuadés qu’il faut aller à l’école pour apprendre une série de sujets, passer des examens et, avec de la chance, intégrer une bonne université, afin d’obtenir un bon job. Ce modèle a été construit pour des temps anciens et des challenges différents de ceux d’aujourd’hui.

Le système éducatif actuel est ainsi basé sur une distinction entre les matières « utiles », par exemple les mathématiques, les sciences physiques, les langues étrangères…, et celles qui sont considérées comme « inutiles ». Celles-ci ne sont pas forcément inintéressantes, par exemple l’art, qui stimule la créativité, mais elles ne mènent pas toujours à un emploi. Ainsi, l’éducation repose sur quatre logiques principales : la logique économique (préparer nos enfants à leur entrée sur le marché du travail), la logique sociale (les aider à comprendre le système social dans lequel ils se trouvent), la logique culturelle (éduquer ses enfants est bon pour eux) et la logique personnelle, si nous souhaitons que nos enfants réussissent mieux que nous.

Le système éducatif n’est pas conçu pour développer des individus, mais pour remplir ces quatre missions. Et, par souci d’efficacité, il prône donc une standardisation de l’apprentissage, ainsi que la mise en place d’une compétition entre les élèves. Le résultat, c’est que les systèmes éducatifs du monde entier partagent les mêmes principes erronés : ils sont basés sur la conformité, la docilité et la linéarité de l’apprentissage. Et ce système atteint, forcément, ses limites. Alors même qu’elle est conçue pour préparer la future population active, l’éducation ne parvient pas à répondre à la demande évolutive du marché. Dans certains pays d’Europe, le taux de chômage des jeunes dépasse même les 50 %.

Dans la suite de cet article, Ken Robinson répond aux questions suivantes : 

Comment adapter le système éducatif ?

Est-ce compatible avec l’organisation des entreprises, encore très hiérarchique ?

- Quelle est la différence entre l’imagination, la créativité et l’intelligence ? 

- Pensez-vous qu’une machine puisse être aussi créative qu’un humain ?

 

28,00 € HT
soit 33,60 € TTC
Pour lire la suite de cet article :

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Philippe Rosé

Philippe Rosé

Docteur en sciences économiques et auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur le management des systèmes d’information, Philippe Rosé est rédacteur en chef des publications Best Practices.

Nos Ouvrages

  • ERP - 145 réponses aux questions de votre direction générale

    Les ERP constituent encore la colonne vertébrale des systèmes d’information dans la plupart des moyennes et grandes entreprises. Malgré leur degré de maturité technologique, leurs performances métiers et la puissance des écosystèmes, les ERP suscitent encore de nombreuses questions de la part des DSI, qui ne trouvent pas toujours aisément de réponses.

  • La cybersécurité 
en 250 questions

    Les cyberattaques n’ont jamais occasionné autant de dégâts dans les entreprises. Et les perspectives n’encouragent pas à l’optimisme. Comment nmieux se protéger ? Ce guide pratique regroupe les 250 questions que doivent se poser les responsables sécurité, les DSI et les directions générales. Avec des
    réponses concrètes…

  • IT Benchmark
Rapport annuel - 2019

    La Shadow Information, ensemble d’informations que l’on ne trouve pas dans les médias, mais qui présentent une valeur pour la gestion opérationnelle de l'écosystème de l'IT. Ces contenus sont bien sûr accessibles à tous, mais cela demande énormément de temps et de ressources pour les trouver, les lire et se les approprier : les équipes de IT Benchmark le font pour vous !

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Services managés : où en sont les entreprises françaises ?

    Best Practices a réalisé une enquête auprès des entreprises et organisations publiques françaises. Avec plusieurs objectifs : cerner les enjeux associés aux systèmes d’information, mesurer les usages des services managés les budgets associés.

  • Pour en savoir plus sur l’externalisation

    Pourquoi externaliser ? Quels sont les avantages et les inconvénients ? Comment définir les règles du jeu ? Quels sont les points de vigilance ? Quelles sont les dix questions que posent systématiquement les directions générales aux DSI ?

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris