Bonnes pratiques et expertises IT
Rechercher

Prise de parole sans prise de tête

Les DSI sont de plus en plus amenés à intervenir non seulement au sein de leur organisation, par exemple dans le cadre de comités de direction, de conventions internes ou de réunions avec les métiers ou les équipes de la DSI, mais également dans des salons, des conférences organisées par les fournisseurs ou des clubs utilisateurs.

Si beaucoup, par expérience, sont plutôt à l’aise dans cet exercice, pour d’autres, en revanche, c’est une épreuve dont ils aimeraient bien se passer. Les sondages montrent que « l’exposé oral arrive en tête des calamités les plus redoutées, devant les serpents, les montagnes et même la mort », rappelle l’auteur, Chris Anderson, qui organise et dirige les célèbres conférences TED.

Toujours avoir quelque chose à dire

Il a regroupé dans cet ouvrage toutes les techniques, trucs et bonnes pratiques qui permettent à n’importe qui de maîtriser sa prise de parole en public. Le principe de base, rappelé par l’auteur, est qu’il n’existe pas qu’une seule façon de donner une bonne conférence : « L’important, c’est d’avoir quelque chose à dire, de le formuler en restant authentique, à votre façon à vous, qui est unique. » L’auteur évacue une idée reçue selon laquelle l’éloquence serait innée : « Ce n’est pas un don réservé à quelques privilégiés qui ont eu la chance de voir de bonnes fées se pencher sur leur berceau, l’éventail des talents oratoires est très large (…). L’idée n’est pas de devenir un Winston Churchill ou un Nelson Mandela, mais d’être simplement soi-même. »

Tout est affaire de construction mentale. Partir d’un sujet qui importe vraiment à l’intervenant « et lui donner vie dans l’esprit de son public. Cette construction mentale, les auditeurs pourront s’y accrocher, pour repartir avec », précise Chris Anderson, qui certifie que toute personne ayant une idée méritant d’être partagée est capable d’une telle performance : « La seule chose vraiment importante dans la prise de parole en public, ce n’est ni votre degré d’assurance, ni votre présence sur scène, ni non plus votre côté enjôleur, ce qui compte c’est d’avoir quelque chose à dire. » Lorsque l’on assiste à de nombreuses conférences de fournisseurs, on est quand même frappé de voir que ce principe n’est pas encore bien assimilé : les discours creux, sans informations utiles, ou si peu, restent très répandus… Et c’est évidemment contre-productif : « Ne soyez pas ce type assommant qui cherche d’abord à se mettre en valeur. Toute forme d’autopromotion est à proscrire. Les spectateurs ne sont pas là pour se faire fourguer un produit », suggère Chris Anderson. Autre travers très répandu : le délayage : « Bâcler une présentation est une chose, le montrer ouvertement en est une autre. Cette façon de se moquer du temps que les spectateurs vous accordent a quelque chose d’insultant. » L’auteur insiste : « Vous seriez étonné du nombre effarant de conférenciers qui se perdent dans les méandres de leurs pensées sans avoir de ligne directrice, croyant fasciner leur auditoire en explorant vaguement quelques facettes d’une réflexion qu’eux-mêmes, bien sûr, jugent absolument brillante. » Il ne faut donc pas improviser…

Travailler l’épine dorsale de son propos

Chris Anderson suggère de se baser sur la notion d’épine dorsale, fil conducteur qui relie tous les éléments, à l’image d’une pièce de théâtre, d’un film ou d’un roman. Il faut s’obliger à rédiger ce fil conducteur en une quinzaine de lignes, de façon ni trop prévisible, ni trop commune. « Quand le public sait où vous allez, il est beaucoup plus facile de vous suivre », résume l’auteur, qui propose une check-list pour élaborer son fil conducteur. « On n’introduit pas de force les connaissances dans la tête des spectateurs, il faut que quelque chose les attire et qu’ils vous délivrent une sorte de laissez-passer », estime Chris Anderson. L’être humain n’étant pas un ordinateur, « il a conçu des armes redoutables pour se protéger des idées susceptibles de polluer sa vision du monde : le scepticisme, la méfiance, l’aversion, l’ennui, l’incompréhension. Vous devez avant tout établir un lien de confiance avec le public, pour qu’il accepte de laisser de côté cet arsenal défensif. » Ce que savent bien faire les grands orateurs, qui privilégient le déplacement sur la scène, le contact visuel, le sourire, voire l’humour, qu’il faut toutefois manier avec précaution.

Expliquer les phénomènes complexes

Les DSI sont souvent confrontés à l’explication de concepts complexes. Face à cette situation, Chris Anderson suggère quatre principes : éveiller la curiosité, introduire les concepts un par un, recourir à la métaphore et utiliser des exemples. Pour illustrer les technologies, comme une innovation, on peut également se baser sur quatre principes : un élément déclencheur, un contexte ou un historique, une démonstration et une conclusion évoquant les répercussions (une vision du futur…). L’auteur livre dans cet ouvrage de nombreux conseils pratiques, sur la mémorisation des idées, l’usage des slides, les répétitions, la manière de conclure, la préparation psychologique, l’habillement, la voix et la présence sur scène…

229 biblio ted couv

Parler en public, TED, le guide officiel, la méthode qui va révolutionner vos prises de parole, Flammarion, 347 pages.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

La rédaction

La rédaction

La rédaction de Best Practices fédère les meilleurs experts sur le management des systèmes d’information.

Nos Ouvrages

  • IT Benchmark
Rapport annuel - 2019

    La Shadow Information, ensemble d’informations que l’on ne trouve pas dans les médias, mais qui présentent une valeur pour la gestion opérationnelle de l'écosystème de l'IT. Ces contenus sont bien sûr accessibles à tous, mais cela demande énormément de temps et de ressources pour les trouver, les lire et se les approprier : les équipes de IT Benchmark le font pour vous !

  • Best Practices
Relations fournisseurs

    La relation avec les fournisseurs est probablement ce qu’il y a de plus complexe à gérer pour un DSI. Autant, pour les problématiques technologiques, on peut s’appuyer sur des standards, autant les interactions avec les fournisseurs, qui comportent une part d’incertitude, d’ambiguïté et de liens personnels, sont délicates à normaliser.

  • Best Practices Spotlight
Symposium Gartner 2018

    Ce numéro de Best Practices Spotlight regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances qui ont été présentés lors du Symposium Gartner 2018, qui s’est tenu en novembre à Barcelone.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Services managés : où en sont les entreprises françaises ?

    Best Practices a réalisé une enquête auprès des entreprises et organisations publiques françaises. Avec plusieurs objectifs : cerner les enjeux associés aux systèmes d’information, mesurer les usages des services managés les budgets associés.

  • Pour en savoir plus sur l’externalisation

    Pourquoi externaliser ? Quels sont les avantages et les inconvénients ? Comment définir les règles du jeu ? Quels sont les points de vigilance ? Quelles sont les dix questions que posent systématiquement les directions générales aux DSI ?

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris