Le management du digital
Rechercher

L’organisation apprenante est-elle un mythe ?

2,50 € HT
soit 3,00 € TTC
Pour lire la suite de cet article :

Le principe de l’amélioration continue est largement reconnu et accepté par les entreprises. Hélas, dans la réalité, les organisations n’apprennent pas de leurs erreurs. Plusieurs raisons expliquent ce décalage. Quatre biais sont en particulier dévastateurs pour l’amélioration continue. Pourquoi les entreprises ne capitalisent-elles pas suffisamment sur leurs erreurs passées ?

À l’heure où l’amélioration continue devient un standard dans les bonnes pratiques pour gérer n’importe quel projet et capitaliser pour le futur, il est paradoxal de constater que, sur le terrain, tout ne se passe pas comme prévu. Deux universitaires américains, Francesca Gino (Harvard Business School) et Bradley Staats (université de Caroline du nord) expliquent cette situation par quatre biais qui touchent toutes les organisations.

1. Le biais lié au succès : la peur de l’échec

Deux attitudes sont significatives : d’une part, la peur de l’échec, parce que cette perspective « crée de l’angoisse, de la colère, de la honte, voire favorise des états dépressifs », soulignent les auteurs, « la plupart des individus cherchent à éviter les erreurs ou, lorsqu’elles se produisent, à les "cacher sous le tapis". » D’autant, ajoutent les auteurs, que « les directions générales ont, souvent inconsciemment, institutionnalisé cette peur de l’échec. De fait, il n’y a pas de budget ni de temps pour expérimenter et les bonus dépendent du suivi du plan établi. »

D’autre part, l’attitude à l’égard du succès. Les auteurs distinguent une attitude déterministe et une autre dite « d’ouverture » (growth mindset). La première se base sur l’idée que l’intelligence et le talent sont avant tout une affaire de génétique : certains en ont, d’autres pas. « Les individus qui privilégient cette attitude ne veulent pas échouer, de peur de paraître incompétents, cela limite leur capacité à apprendre parce qu’ils se focalisent trop sur la performance à atteindre. » La seconde pose que les individus recherchent des challenges et des opportunités d’apprendre et ils sont persuadés que l’on peut toujours s’améliorer.

169 biblio 1

« Why Organizations Don’t Learn », par Francesca Gino et Bradley Staats, Harvard Business Review, novembre 2015.

2,50 € HT
soit 3,00 € TTC
Pour lire la suite de cet article :

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Laurence Essirart

Laurence Essirart

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Services managés : où en sont les entreprises françaises ?

    Best Practices a réalisé une enquête auprès des entreprises et organisations publiques françaises. Avec plusieurs objectifs : cerner les enjeux associés aux systèmes d’information, mesurer les usages des services managés les budgets associés.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris