Le management du digital
Rechercher

Comment transférer les compétences stratégiques ?

2,50 € HT
soit 3,00 € TTC
Pour lire la suite de cet article :

Toutes les entités d’une entreprise, y compris la DSI, sont confrontées à des risques quant à la pérennité de leurs compétences. L’idéal est de pouvoir transférer celles-ci avant qu’il ne soit trop tard… Et avec la bonne approche. Le point de vue de Laurence Sarton et Robert Diez, auteurs d’un ouvrage sur le transfert de compétences.

BPSI Pourquoi faut-il s’intéresser aux transferts de compétences ?

Laurence Sarton.  Pendant longtemps, la notion de transmission du savoir-faire était inscrite dans la culture de la plupart des métiers. Ce principe a hélas été progressivement abandonné au profit de notions de qualification, de métiers et de compétences traduites en modèles de connaissances et de savoir-faire technique. Ainsi, les démarches traditionnelles en matière de compétences, notamment la GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences), ont souvent consisté à produire des référentiels qui sont en fait des outils de description synthétique des emplois, par leurs activités et leurs compétences induites à partir d’une vision partagée de l’organisation du travail.

À ces limites s’ajoutent d’autres facteurs qui incitent à s’intéresser aux transferts de compétences : d’abord des enjeux démographiques, avec de nombreux départs en retraite, donc des pertes potentielles de compétences et de savoir-faire. C’est hélas souvent au moment de leur départ en retraite que les entreprises prennent conscience de la véritable nature de l’apport des salariés expérimentés, et donc du rôle de l’expérience dans le développement de certaines compétences, notamment de compétences stratégiques, liées au maintien et au développement de la valeur ajoutée de l’entreprise. Ensuite, il y a des enjeux organisationnels dans la mesure où les environnements de travail exigent davantage de créativité et d’innovation. Et la formation ne suffit plus pour répondre aux besoins d’acquisition de compétences.

BPSI En quoi ces référentiels sont-ils insuffisants ?

Robert Diez. Ces référentiels ont certainement fait beaucoup progresser l’influence des services RH et permis de développer de nouvelles pratiques en matière d’évaluation, de recrutement, de formation. Mais, en réalité, il s’agit d’une approche très normative, résultat d’une vision taylorienne relativement figée du travail et de l’organisation. Et l’on constate que les effets attendus, notamment par les individus quant à la reconnaissance de leurs talents individuels, d’élargissement de leurs perspectives de carrière et d’ouverture de trajectoires professionnelles, ne se sont pas vraiment au rendez-vous. La signature d’accords de GPEC en tout genre laisse souvent les salariés très insatisfaits quant à leur besoin d’être reconnus dans leur travail.

2,50 € HT
soit 3,00 € TTC
Pour lire la suite de cet article :

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Philippe Rosé

Philippe Rosé

Docteur en sciences économiques et auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur le management des systèmes d’information, Philippe Rosé est rédacteur en chef des publications Best Practices.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Services managés : où en sont les entreprises françaises ?

    Best Practices a réalisé une enquête auprès des entreprises et organisations publiques françaises. Avec plusieurs objectifs : cerner les enjeux associés aux systèmes d’information, mesurer les usages des services managés les budgets associés.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris