Le management du digital
Rechercher

Chief Digital Officer : éviter les erreurs de recrutement

Plusieurs études révèlent un engouement des entreprises pour la fonction de Chief Digital Officer (CDO), dont la mission principale est d’accompagner la transformation numérique. Selon notre propre recensement dans les groupes du CAC 40, la moitié ont déjà nommé un CDO. On peut bien sûr s’interroger sur la pérennité d’une telle fonction dans les organisations et sur ses missions opérationnelles, dès lors que la transformation numérique se sera immiscée dans tous les métiers et tous les processus.

Si le rôle des CDO est de canaliser les énergies, de mobiliser les différentes parties prenantes, de fédérer les compétences, on imagine que leurs missions ont vocation à devenir obsolètes à plus ou moins long terme. Soit les CDO auront réussi ces challenges, difficiles, et l’on aura plus besoin d’eux lorsque tout le monde aura été mobilisé et que le numérique, banalisé, sera intégré dans les moindres interstices organisationnels des entreprises. Soit ils auront échoué et le CDO fera partie des « vieux métiers » du numérique.En attendant, on peut considérer leur utilité par leur rôle d’évangélisation, de coordination et d’appui stratégique.

Reste à gérer un risque, commun à toutes les fonctions : celui de la qualité du recrutement. Retenons trois erreurs à éviter. La première est de recruter un CDO qui sera trop « lisse » dans l’organisation et qui n’osera pas bousculer l’existant, la culture, les bastions et autres pré-carrés qui foisonnent dans les entreprises, notamment dans les couches de management intermédiaire.

La deuxième est de recruter un CDO paresseux, qui consacrera trop de temps et d’énergie à piloter des réunions au cours desquelles de bonnes idées seront émises, mais jamais mises en œuvre, ou à régler des problèmes diplomatiques entre les métiers, jaloux de leurs prérogatives et de leurs données, dont le partage pourrait pourtant créer de la valeur pour l’entreprise. La troisième erreur est de recruter un CDO trop aventurier, qui mènera l’entreprise à la catastrophe, par exemple en voulant croiser des données dans tous les sens « juste pour voir ce que ça donne ».

 

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Philippe Rosé

Philippe Rosé

Docteur en sciences économiques et auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur le management des systèmes d’information, Philippe Rosé est rédacteur en chef des publications Best Practices.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Services managés : où en sont les entreprises françaises ?

    Best Practices a réalisé une enquête auprès des entreprises et organisations publiques françaises. Avec plusieurs objectifs : cerner les enjeux associés aux systèmes d’information, mesurer les usages des services managés les budgets associés.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris