Le management du digital
Rechercher

Banque et assurances dans la course à l’agilité

36,00 € HT
soit 43,20 € TTC
Pour lire la suite de cet article :
Banque et assurances dans la course à l’agilité

Sur des marchés matures, marqués par la profusion d’opportunités technologiques et de nouvelles offres, de nouveaux acteurs très agiles et par une évolution des attentes des consommateurs, les banquiers et les assureurs doivent réviser leurs stratégies. Au menu : Time to Market, agilité, réactivité et qualité du pilotage opérationnel.

Aujourd’hui, le marché de l’assurance est parvenu à maturité, l’un des signes est la concentration des acteurs. Il en est de même pour le secteur bancaire, comme le montrent les données de l’Insee, pour qui ce secteur connaît une diminution de sa valeur ajoutée et de ses marges. A cette conjoncture relativement difficile s’ajoute l’offensive des Fintechs et des Assurtechs, pure players très agressifs pour capter de nouveaux clients face aux acteurs historiques. Les levées de fonds pour ces Fintechs et Assurtechs ont bondi de 36 % en 2017, selon une étude Willis Towers Watson et le mouvement se poursuit. D’autres acteurs se positionnent également, tels les opérateurs de télécommunications (Orange Bank…) ou les GAFA, qui ont affiché leurs velléités de proposer des systèmes de paiement, chasse gardée des établissements bancaires qui doivent réagir face à ces « néo-banques ».

Selon une étude du cabinet Xerfi, après la banque et la finance, le secteur de l’assurance est à son tour gagné par l’effervescence technologique, alimentée par plusieurs initiatives de start-up qui dessinent les contours de l’assurance de demain. Assurance P2P, à la demande, à l’usage ou ponctuelle, achats groupés, parcours d’achat 100 % digitalisés : « Au-delà de la refonte des offres, ces jeunes pousses imaginent de nouvelles formes de mutualisation, réinventent les modalités d’accès aux produits et élèvent les standards de l’expérience client. Débarrassés des coûts de structure des acteurs traditionnels, les AssurTechs ont également un positionnement tarifaire agressif », souligne Sabine Gräfe, auteure de l’étude Xerfi.

Une conjonction d’éléments favorables a ainsi crédibilisé le phénomène « tech », à commencer par une action législative orientée vers une plus grande ouverture à la concurrence de nombreux marchés de l’assurance, laquelle a d’ailleurs porté concrètement un coup aux pratiques de tacite reconduction et facilité la mobilité des assurés. « En outre, des profils clients de plus en plus habitués aux expériences digitales portées par les géants du numérique et qui expriment de nouvelles attentes et exigences en matière d’instantanéité, d’autonomisation, mais aussi de simplicité d’accès, constituent un autre élément favorable », estime Sabine Gräfe.

D’après une étude du cabinet Deloitte sur les Français et les nouveaux services financiers en 2019, les Français sont de plus en plus nombreux (38 %) à porter un regard positif sur le degré d’innovation du marché des banques et des assurances. Ils sont ouverts à l’idée que leur banque ou leur assureur leur propose de nouveaux services, même non financiers.

36,00 € HT
soit 43,20 € TTC
Pour lire la suite de cet article :

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

L'avis de la rédaction

L'avis de la rédaction

La rédaction de Best practices propose son point de vue, ses recommandations et ses analyses sur l’actualité et le management des systèmes d’information.

Nos Ouvrages

  • Benchmark Digital&Business - 
numéro 115

    Symposium Gartner 2019 - Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances qui ont été présentés lors du Symposium Gartner 2019, qui s’est tenu en novembre à Barcelone.

  • Benchmark Digital&Business - 
numéro 114

    Symposium Gartner 2019 - Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances qui ont été présentés lors du Symposium Gartner 2019, qui s’est tenu en novembre à Barcelone.

  • ERP - 145 réponses aux questions de votre direction générale

    Les ERP constituent encore la colonne vertébrale des systèmes d’information dans la plupart des moyennes et grandes entreprises. Malgré leur degré de maturité technologique, leurs performances métiers et la puissance des écosystèmes, les ERP suscitent encore de nombreuses questions de la part des DSI, qui ne trouvent pas toujours aisément de réponses.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Services managés : où en sont les entreprises françaises ?

    Best Practices a réalisé une enquête auprès des entreprises et organisations publiques françaises. Avec plusieurs objectifs : cerner les enjeux associés aux systèmes d’information, mesurer les usages des services managés les budgets associés.

  • Pour en savoir plus sur l’externalisation

    Pourquoi externaliser ? Quels sont les avantages et les inconvénients ? Comment définir les règles du jeu ? Quels sont les points de vigilance ? Quelles sont les dix questions que posent systématiquement les directions générales aux DSI ?

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris