Le profil du DSI 5.0

  • Publié le : 20 janvier 2020
  • Ecrit par : Philippe Rosé
  • Revue / Numéro : Best Practices SI n°248
40,00 € HT
soit 48,00 € TTC

La dernière matinée CIO, organisée par l’éditeur de logiciels Cast, dont Best Practices et Benchmark Digital & Business étaient partenaires, a abordé les caractéristiques du DSI 5.0. Le DSI 5.0 existe-t-il ?

Si cette posture n’est pas encore aboutie, ni même définissable précisément, on en connaît les contours. Pour Jean-Christophe Lalanne, DSI d’Air France-KLM, les changements les plus profonds concernent les liens avec les utilisateurs : « Nous n’avons plus certains obstacles du passé, tels que les problèmes techniques, mais la compréhension du digital progresse, de sorte que l’on a plus à maîtriser l’appétit des utilisateurs qu’à les convaincre. Les DSI sont des créateurs de liens et il est préférable de construire des ponts plutôt que des murs. » Une position partagée par Christophe Leray, DSI du Groupement des Mousquetaires : « Le DSI 5.0 n’excelle pas seulement dans l’exécution, mais il doit porter des convictions, créer du liant, avec une parole vulgarisatrice. Le problème reste que la DSI porte les coûts, alors que la valeur est dans les métiers : les DSI doivent déplacer le projecteur vers la valeur qui n’est pas intégrée dans nos budgets. »

Laurent Kocher, directeur exécutif en charge des nouvelles mobilités de Keolis, estime pour sa part que les entreprises « ont besoin de DSI qui se positionnent dans l’exploration, même si ce n’est pas simple, du fait de biais culturels et du formatage des organisations. J’attends du DSI qu’il dise ce qu’il faut changer sans pour autant tout casser, qu’il explique ce que cela implique pour les utilisateurs. Le DSI doit interpeller l’organisation, il est un révélateur. » Jean-Michel André, DSI du groupe Seb, plébiscite le principe « deux fois plus vite, deux fois moins cher ». « Mes équipes n’aiment pas ce slogan », reconnaît-il, « un DSI ne peut y arriver seul, mais je reste persuadé qu’il est préférable de livrer 80 % des fonctionnalités d’une application en six mois que 100 % en un an. Les DG ont besoin de nous pour leur expliquer le SI et le numérique de façon simple, mais le DSI n’est plus un héros, il doit partager une vision business avec la direction générale, sans oublier de piloter la sécurité, car les menaces explosent. »

La suite de cet article est réservée aux abonnés. Il décrit les caractéristiques du DSI 5.0 par rapport aux autres positionnemens des DSI, les cinq domaines à maîtriser ainsi que les trois challenges à relever.

40,00 € HT
soit 48,00 € TTC

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Philippe Rosé

Philippe Rosé

Docteur en sciences économiques et auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur le management des systèmes d’information, Philippe Rosé est rédacteur en chef des publications Best Practices.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris