Nouveau modèle de licensing SAP : l’USF monte au créneau

  • Publié le : 28 mai 2019
  • Ecrit par : La rédaction
  • Exclusivement en ligne

À l'occasion du SAPPHIRE 2019, SAP a publié le Digital Access Adoption Program. L’USF (association des utilisateurs francophones de solutions SAP) a précisé la position de l’association sur ce programme. L'USF réfute certaines affirmations de SAP et conteste la présentation qui est faite par l'éditeur de cette initiative qui a un impact majeur sur les coûts de licences.

Dans un document joint au communiqué publié par l’éditeur, SAP a écrit en page 7 : "Endorsed by our User Groups, the Digital Access Adoption Program provides greater clarity to our Customers". L'USF, en tant que groupe utilisateurs, tient à préciser qu'elle « n'approuve pas la présentation faite par SAP de ce dossier, au travers de la phrase citée précédemment : "endorsed" ne représente absolument pas la position de l'USF. » Même si l'USF reconnaît que des progrès ont été faits en termes de clarté depuis un an, l'USF n'approuve pas pour autant le Digital Access Adoption Program en l'état. L'USF continue à travailler pour influencer SAP afin d'atteindre un modèle de licence transparent, équitable et acceptable, « ce qui n'est pas encore le cas », précise l’association. L'USF partage aussi les positions énoncées par l'UKISUG et le VNSG, autres membres du SUGEN (SAP User Group Executive Network). « Contrairement aux affirmations de SAP, aucun de ces trois groupes utilisateurs ne pilote ce programme d'adoption », assure l’USF.

Rappelons que SAP a introduit un nouveau modèle de licensing et d’audit, autour de deux grands principes. D’une part, l’introduction d’une tarification basée sur le nombre de documents générés dans l’ERP. D’autre part, une séparation des forces de ventes et de celles en charge des audits de licences. L’USF a fait partie, il y a déjà plusieurs années, des tous premiers clubs utilisateurs dans le monde à alerter l’éditeur sur la problématique des « usages indirects » et l’insatisfaction grandissante dont ils font l’objet chez les utilisateurs. L’USF a également été en pointe pour mettre en exergue les dérives liées à une trop forte proximité des équipes de ventes et d’audit.

Si ce nouveau modèle s’appliquera à tout nouveau client SAP, les clients existants, eux, devront choisir leur modèle librement. SAP devrait mettre en place les instruments nécessaires pour que les clients puissent effectuer leur analyse : pour l’USF, il est effectivement indispensable que les clients puissent évaluer le nouveau modèle avant de l’adopter en toute confiance et sans surprise, notamment avant de basculer sur la solution S/4HANA, pour laquelle le nouveau modèle deviendrait automatiquement applicable.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

La rédaction

La rédaction

La rédaction de Best Practices fédère les meilleurs experts sur le management des systèmes d’information.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris