Top 10 des ESN : les DSI leur ont donné 14 milliards

  • Publié le : 19 mai 2019
  • Ecrit par : La rédaction
  • Exclusivement en ligne

9 ESN françaises du top 10 ont bénéficié d’une croissance cumulée supérieure à celle du marché, à 5,3 %, selon Teknowlogy Group. Alors que le marché avait été tiré par les ESN « mid-market » pendant plusieurs années, lorsque la conjoncture était moins bonne, cela fait maintenant trois ans que le top 10 bénéficie d’une dynamique positive qui tire le marché.

Un acteur, DXC, pénalise en effet un peu le top 10 à cause d’une légère décroissance. DXC vivait sa première année fiscale « post-fusion ». Ces grosses fusions créent toujours un creux dans l’activité, aussi bien à cause de l’incertitude que cela engendre chez les clients que des changements parfois profonds sur l’organisation, les processus, ou encore le management. Toutefois, la décroissance a été très faible et montre que le business a continué à se développer sans être trop impacté par la fusion.
 
Globalement, la conjoncture de 2018 a été favorable aux grandes ESN et ce de façon plus uniforme que les années précédentes : l’écart entre la plus forte et la plus faible croissance s’est nettement réduit. En 2017, les croissances variaient entre +1 % pour la plus faible à +15 % pour la plus forte, contre +2,5 % et +10 % en 2018. Cela est lié, pour les plus hautes, au fait qu’il y a eu moins de croissance externe en 2018. Cela montre aussi, pour les croissances les plus faibles (pour les acteurs plutôt positionnés sur les services d’infrastructures) que les services d’infrastructures ont été plus dynamiques en 2018 grâce à la transformation vers le cloud. Les ESN plutôt positionnées sur ce marché en ont toutes bénéficié.

Deux faits marquants sont tout de même à signaler. Après avoir fait son entrée l’année dernière sur le podium, Sopra Steria talonne aujourd’hui Atos grâce à sa croissance supérieure (+5,2% vs +2,8%). A ce rythme-là, Sopra Steria passerait devant Atos en 2019… A suivre. Autre élément notable, Orange Business Services s’empare seul de la 5e position après avoir partagé le siège avec Accenture en 2017. La principale raison est l’acquisition de Business & Décision en 2018 par Orange. En effet, sans ce rachat, la croissance organique d’Orange Business Services s’est établie autour de 5%.

Ces deux exemples confirment encore clairement cette année que les acteurs positionnés sur des problématiques de transformation digitale du côté services applicatifs bénéficient de la dynamique de ce segment (+5,5 % pour le marché des services applicatifs) même si la différence de croissance avec le marché des services d’infrastructure (+4,5 % pour ce marché) se réduit progressivement.

TO

 

 

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

La rédaction

La rédaction

La rédaction de Best Practices fédère les meilleurs experts sur le management des systèmes d’information.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris