Autodiagnostic : la gestion des compétences dans la DSI

  • Publié le : 13 décembre 2021
  • Ecrit par : La rédaction
  • Revue / Numéro : Best Practices SI n°288
40,00 € HT
soit 48,00 € TTC

Le rythme d’évolution des technologies, qui ne va évidemment pas fléchir, impose à plus ou moins terme une reconfiguration des compétences de la DSI, surtout dans un contexte où les métiers et les directions générales font pression pour accélérer la transformation numérique.

Anticiper devient vital pour éviter des dysfonctionnements, des surcoûts, voire une « ringardisation » des compétences des équipes de la DSI. Une grille d’autodiagnostic permet, en vingt-cinq questions, d’auditer la situation.

La transformation numérique ne change pas seulement la manière dont travaillent les métiers, elle modifie également les missions et les pratiques des DSI. Dans une étude récente, menée par le cabinet Vanson Bourne pour le compte de Brocade, 91 % des DSI reconnaissent que la DSI est actuellement perçue comme un acteur très important, voire essentiel, pour l’innovation et la croissance de l’entreprise. Les DSI peuvent être un appui précieux pour les expérimentations menées par les métiers autour de l’Internet des objets, du Big Data, de l’intelligence artificielle ou des plateformes collaboratives. Elles ont également un rôle de conseil sur certains domaines stratégiques, comme la sécurité ou le choix d’une plateforme technologique.

Dans le même temps, une part de plus en plus importante des activités opérationnelles de l’IT bascule vers le cloud, ce qui nécessite également d’acquérir de nouvelles connaissances. Pourtant, certains métiers sont sous tension et marqués par une pénurie de compétences (voir tableau), en proportions significatives, comme l’a montré une étude publiée par les cabinets Harvey Nash et KPMG.

Les DSI sont donc en pleine phase de transition. Elles ont l’opportunité de passer d’un centre de coûts à un pôle de création de valeur, à condition d’acquérir ou de renforcer leur expertise dans certains domaines et technologies clés. Or, dans l’IT plus qu’ailleurs, cette expertise repose directement sur les collaborateurs, leurs compétences et leur adaptabilité.

Ces enjeux RH peuvent se révéler rapidement critiques, en raison de la vitesse à laquelle évoluent les technologies. A l’instar des sociétés de services ou des entreprises de conseil, les managers IT doivent donc piloter avec soin leurs ressources humaines, travaillant de pair avec les DRH pour acquérir et développer les compétences dont leurs entreprises ont besoin. En effet, ce sont bien les savoir-faire et l’expertise des équipes IT qui font (et feront) la valeur de la DSI et lui permettront d’être compétitive par rapport à des prestataires externes.

La suite de cet article propose une grille d'autodiagnostic (25 questions), des points d'attention à prendre en compte, une grille de maturité de la gestion des ressources humaines, ainsi que des recommandations pour mieux gérer les compétences dans la DSI.

40,00 € HT
soit 48,00 € TTC

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

La rédaction

La rédaction

La rédaction de Best Practices fédère les meilleurs experts sur le management des systèmes d’information.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris