ERP : quelle satisfaction à l’égard des solutions et des éditeurs ?

  • Publié le : 01 septembre 2017
  • Ecrit par : La rédaction
  • Exclusivement en ligne

Les utilisateurs d’ERP sont-ils satisfaits de leurs solutions et des éditeurs ? Une enquête du CXP dresse un bilan dans les entreprises françaises. Pour les éditeurs, il reste des points d’amélioration, notamment pour l’innovation, la simplicité et la prise en compte des nouveaux usages, en particulier la mobilité.

Le CXP a publié les résultats d’une étude réalisée auprès d’un millier d’entreprises françaises, en amont du Salon ERP qui se tiendra dans le cadre des salons Solutions du 26 au 28 septembre 2017 à Paris Expo Porte de Versailles. L’échantillon est composé de DSI (58 %), de DAF (28 %) et de responsables métiers (14 %). Le CXP constate tout d’abord que le mode cloud progresse, par rapport aux études précédentes. Il représente 17 % des hébergements, en hausse de deux points par rapport à 2016. Logiquement, le mode On Premise, toujours dominant, perd du terrain (81 % contre 82 %). Le CXP a mesuré le degré de satisfaction des utilisateurs vis-à-vis des solutions, des éditeurs et des intégrateurs.

Les ERP sont plutôt bien notés quant à leur fiabilité (7,1 sur 10), leur richesse fonctionnelle (6,9) et leur adéquation aux besoins (6,7). En revanche, ils le sont moins pour les critères d’évolutivité (facilité à faire évoluer), de simplicité de migration et de possibilité d’utiliser des fonctions en mobilité, pour lesquels les notes sont inférieures à 6 sur 10. On note d’ailleurs très peu d’amélioration par rapport aux enquêtes précédentes.

Côté éditeurs, ceux-ci sont considérés comme plutôt bons pour leur capacité à maintenir le logiciel conforme à la réglementation (c’est quand même un minimum...) et pour la qualité des solutions. L’étude met en exergue trois points faibles (avec des notes inférieures à 6 sur 10) : la prise en compte dans ses offres des nouveaux usages et tendances du marché, le respect du calendrier des évolutions annoncées (roadmap) et la capacité à intervenir sur les projets en cas de besoin.

Quant aux intégrateurs, ils sont plutôt bien perçus pour la maîtrise des solutions par les consultants, des aspects métiers et la compréhension des contraintes. Leurs points d’amélioration concernent la capacité d’accompagnement dans la transformation numérique, la conduite du changement et le pilotage des risques projet (assurance qualité).

Globalement, le retour sur investissement des ERP se situe plutôt en termes d’organisation (optimisation des processus), de relations avec des tiers (clients, fournisseurs) et de gestion financière. Et un peu moins pour la réduction des coûts... Pour les projets futurs (essentiellement des changements de versions, des évolutions dans les modules ou les fonctionnalités), les entreprises envisagent à 73 % de faire appel au même éditeur et à 60 % au même intégrateur.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

La rédaction

La rédaction

La rédaction de Best Practices fédère les meilleurs experts sur le management des systèmes d’information.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris