Transformation numérique : turbulences en vue pour les entreprises

  • Publié le : 26 janvier 2015
  • Ecrit par : Aurélie Chandèze
  • Revue / Numéro : Best Practices SI n°143
2,50 € HT
soit 3,00 € TTC

Le cabinet de conseil en stratégie Oliver Wyman publie une synthèse des ruptures issues du numérique, avec l’analyse des nouvelles dynamiques concurrentielles, de la transformation numérique des entreprises et des nouveaux comportements des consommateurs.

En 2025, plus de 80 % de la population mondiale sera connectée. C’est sur ce chiffre que s’ouvre une étude du cabinet de conseil en organisation Olivier Wyman, consacrée à la transformation numérique en cours. Pour son auteur, Bruno Despujol, partenaire au sein du cabinet, « la France, tout comme l’Europe, a pris un retard considérable dans ce nouveau monde digital. » En effet, la révolution numérique provoque d’ores et déjà des turbulences pour les entreprises existantes, remettant en cause les modèles économiques de très nombreux secteurs : automobile, distribution, immobilier, assurance, tourisme, services, industrie...

L’étude commence par présenter et analyser les principaux signaux de cette transformation, en s’appuyant sur de nombreux chiffres : plus de 230 millions de nouveaux utilisateurs d’Internet dans le monde chaque année, notamment en Asie ; 80 milliards d’objets connectés dans le monde en 2025 ; 17 % de croissance pour le e-commerce entre 2011 et 2016 ; 30 % de gains de productivité attendus dans les usines numériques... Les marchés potentiels sont donc immenses et les bénéfices non négligeables, mais, pour autant, le vieux continent semble mal armé pour saisir cette opportunité. En effet, 80 % des sites les plus fréquentés dans le monde sont américains, alors que 81% des utilisateurs sont hors des états-Unis. Pour rattraper ce retard, l’étude propose donc diverses clefs aux dirigeants, afin de les aider à comprendre les tenants et les aboutissants de cette révolution.

Une évolution des rapports de force

Dans une première partie illustrée d’exemples concrets, Bruno Despujol détaille tout d’abord les implications en termes d’usages et de comportements chez les consommateurs. Pour qualifier ces changements, un maître mot : la rupture. Celle-ci intervient tout d’abord au niveau de la demande, qui se porte sur des services et des offres ultra-personnalisés. « En contrepartie, l’exigence est beaucoup plus forte que par le passé : le rapport de force entre le client et l’entreprise a changé. »

La seconde rupture est l’exigence plus forte du client et une sensibilité accrue au prix. « Chaque erreur sur le prix ou la qualité se paye beaucoup plus chère que par le passé : le pouvoir d’information, de prescription, de nuisance et de négociation des clients est infiniment supérieur et communicable en temps réel », observe Bruno Despujol.


143 Biblio

Révolution digitale : nouvelles expériences clients, nouveaux modèles économiques, nouvelles transformations, Oliver Wyman, décembre 2014, 42 pages.

2,50 € HT
soit 3,00 € TTC

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Aurélie Chandèze

Aurélie Chandèze

Titulaire de deux masters en informatique et en sciences de l’information, Aurélie Chandèze a débuté en tant que journaliste IT. Après avoir été analyste chez Yphise puis consultante chez Acadys, elle a rejoint Best Practices fin 2009.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris