Chief Quelque chose Officer

  • Publié le : 30 janvier 2017
  • Ecrit par : Philippe Rosé
  • Revue / Numéro : Best Practices SI n°186

On se souvient de la célèbre phrase attribuée à Georges Clémenceau : « Si vous voulez enterrer un problème, nommez une commission. » On retrouve ce réflexe dans les entreprises, qui pourrait se formuler de la façon suivante : « Si vous voulez marginaliser un manager, créez une fonction similaire, avec une autre dénomination. »

On a ainsi vu naître la fonction de Chief Digital Officer à côté du CIO et celle de Chief Innovation Officer en parallèle des responsables R&D. On voit aujourd’hui émerger la fonction de Chief Happiness Officer, dont les missions empiètent sur celles en principe dévolues aux DRH. Il y aurait ainsi 150 « responsables du bonheur dans l’entreprise » en France, selon Arnaud Collery, spécialiste de cette fonction. Tout se passe comme si les métiers historiques n’étaient pas capables d’intégrer des transformations. On oppose ainsi informatique et digital, R&D et innovation, gestion des ressources humaines et engagement des salariés... Bref, l’ancien monde hiérarchique, bâti sur le modèle Command & Control, au nouveau, dont l’ADN est la collaboration. Elle s’exprime à travers les réseaux sociaux, les écosystèmes, le foisonnement d’idées hors des structures de R&D et dans des valeurs de partage et de légitimité. On peut comprendre que les DRH soient dépassés par les événements ou que les ingénieurs de R&D ne soient pas assez réactifs face au foisonnement de l’innovation. Et même qu’une partie des DSI ne puissent suivre le mouvement de transformation numérique. Mais quand tous les managers auront, face à eux, leur clone avec des missions proches, voire carrément identiques, on peut d’ores et déjà anticiper de multiples désorganisations et luttes de pouvoir et la maxime de Clemenceau pourrait devenir : « Si vous voulez régler un problème, réglez-le, au lieu de créer des clones. »

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Philippe Rosé

Philippe Rosé

Docteur en sciences économiques et auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur le management des systèmes d’information, Philippe Rosé est rédacteur en chef des publications Best Practices.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris