Finance : poids des tableurs et cloisonnement de l'information

  • Publié le : 18 mai 2011
  • Ecrit par : La rédaction
  • Exclusivement en ligne

Une étude publiée par Oracle et conduite par Dynamic Markets révèle que les décideurs opérationnels et informatiques des grandes entreprises, au niveau mondial, déplorent un manque de visibilité sur leurs profits, ce qui pénalise leurs performances financières, le moral du personnel et la réussite de leur entreprise.

Intitulée “Gestion des performances : une vision incomplète,” cette étude met également en lumière les problèmes importants rencontrés dans les processus de collecte des données, qui expliquent en grande partie le dangereux "décalage de quatre mois" constaté sur les données disponibles.

Conduite par Dynamic Markets, cette enquête s'appuie sur des entretiens menés avec 1 499 décideurs de grandes entreprises réparties dans 13 pays à travers le monde. 82% des entreprises admettent ne pas disposer d'une visibilité complète sur leurs profits par ligne d'activité (85% en France). De plus, 46% (42% en France) craignent que cette situation n'entraîne des décisions opérationnelles potentiellement erronées, 40% (29% en France) pensent qu'elle peut pénaliser leurs performances financières et 38% (30% en France) qu'elle induit une planification imparfaite qui entravera la réussite de l'entreprise.

Les décideurs passent plus d'un tiers (36%, 39% en France) de leur semaine à manipuler des chiffres sur un tableur. Concrètement, 82% (81% en France) des décideurs chargés de la planification des scénarios utilisent des tableurs pour manipuler et étudier leurs données à cet effet.

En gérant les données de cette façon elles deviennent rapidement périmées. En moyenne, les données utilisées pour prendre les décisions ont plus de quatre mois et, pire encore, 28% des décideurs ne savent même pas de quand datent les données qu'ils utilisent. La planification des scénarios ne se porte guère mieux, avec des données souvent vieilles de six mois, et près d'un tiers (30%, 28% en France) des décideurs ne connaissant même pas l'ancienneté des données les plus critiques. Il n'est donc pas surprenant que 95% (chiffre identique en France) des personnes interrogées travaillant sur ces processus rencontrent des problèmes.

Il faut parfois un an et demi pour identifier et corriger un processus opérationnel ou un projet défaillant, et 83% (88% en France) des entreprises admettent être pénalisées par cette situation. Un tiers (33%, 42% en France) déplorent des plans obsolètes, 55% (50% en France) subissent des coûts superflus et 43% (52% en France) constatent un impact négatif sur le moral du personnel. 87% des décideurs opérationnels dénoncent la faiblesse du partage des données et des échanges entre services, et 71% qualifient les liens entre les objectifs stratégiques, les plans opérationnels et les budgets de “partiels”.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

La rédaction

La rédaction

La rédaction de Best Practices fédère les meilleurs experts sur le management des systèmes d’information.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris