Évaporation

  • Publié le : 05 octobre 2009
  • Ecrit par : Philippe Rosé
  • Revue / Numéro : Best Practices SI n°31

Le cloud computing (ou l’informatique en nuage) et son cortège d’applications à consommer en mode SaaS, suscitent des inquiétudes parmi les DSI. Inquiétudes bien légitimes qui s’expriment dans au moins trois domaines (les infrastructures, les applications, le réseau) et vis-à-vis de trois catégories (les utilisateurs, les informaticiens et la direction générale).

Que devient le métier de DSI si celui-ci ne maîtrise plus les infrastructures, l’ergonomie et la structure fonctionnelles des applications, ni l’architecture et les performances des réseaux ? Sur le papier, le métier de DSI est condamné à une disparition à plus ou moins court terme. Par évaporation de ses compétences. Les systèmes d’information seront-ils l’équivalent de la mer d’Aral, asséchés par le détournement des fleuves d’information ? Peut-être... Au profit des gestionnaires de comptes super-puissants des « opérateurs de services », puisque c’est comme cela qu’il faudra appeler les éditeurs de logiciels qui prendront le virage du SaaS. Comme le soulignait fort justement Luc de Brabandère dans sa remarquable conférence lors de la dernière université des systèmes d’information, coorganisée par Octo Technology et le Boston Consulting Group (à voir sur www.universite-du-si.com), face à une menace, on trouve, a postériori, deux types de réactions. La première, pour ceux qui n’ont pas anticipé, se résume à « Caramba ! », expression qui traduit une certaine résignation et probablement un regret de n’avoir pu anticiper une tendance facile à identifier. Seconde réaction : « Eurêka ! », pour ceux qui ont non seulement anticipé mais également trouvé le moyen de transformer une menace en opportunité et en nouvelles idées. Cloud Computing et Saas ne sont, en soi, ni une menace, ni une opportunité. C’est juste l’évolution naturelle des systèmes d’information.. Tout comme l’on est passé des mainframes propriétaires au Web. Il reste aux DSI à saisir l’opportunité de passer de l’informatique au capital immatériel...

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Philippe Rosé

Philippe Rosé

Docteur en sciences économiques et auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur le management des systèmes d’information, Philippe Rosé est rédacteur en chef des publications Best Practices.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris