Le décisionnel déteint sur le pilotage financier

  • Publié le : 01 mars 2010
  • Ecrit par : Dominique Herbert
  • Revue / Numéro : Best Practices SI n°41
4,50 € HT
soit 5,40 € TTC

Les applications décisionnelles sont de plus en plus intégrées au système de pilotage financier. Objectif : mieux mesurer et améliorer la performance d’entreprise.

« La Business Intelligence (BI) est un sujet au carrefour des systèmes d’information, des métiers et de la direction générale : elle s’apparente plus à un processus continu au sein des entreprises, cadré par une stratégie, qu’à un projet ponctuel », notait le Cigref dans son dernier rapport sur le sujet, paru en novembre 2009. Le Club informatique des grandes entreprises françaises précisait : « L’organisation de la BI dans l’entreprise est fortement dépendante de l’organisation de l’entreprise elle-même. Cependant, la BI peut avoir un impact structurant pour l’entreprise, notamment par la formalisation de référentiels de données et par la mise en place de centres de compétences. La BI a aussi un rôle fédérateur entre DSI, métiers, DG, et renforce le rôle du DSI par rapport à la performance globale de l’entreprise. » Une mesure de la performance qui passe par la case finance.

Début 2010, la plupart des études montrent que les DSI plébiscitent toujours autant la BI. Le décisionnel reste, certes, une affaire de grandes entreprises (52 % des organisations équipées emploient plus de mille salariés, selon le dernier baromètre Decideo, publié fin 2009) mais les cas d’entreprises qui ne possèdent qu’une seule application décisionnelle deviennent anecdotiques : 84 % des entreprises en gèrent plusieurs. Outre la consolidation des applications décisionnelles, les refontes de systèmes d’information sont l’occasion d’intégrer encore plus finement le décisionnel pour répondre aux besoins de pilotage financier.

Par exemple, Sonepar, groupe industriel spécialisé, entre autres, dans le génie climatique, l’éclairage et le câblage, a engagé la migration de cinq systèmes d’information vers un système centralisé. « Nous voulions à cette occasion réduire notre risque métier et avons opté pour un choix de progiciels plutôt qu’un logiciel ERP unique », souligne Jacques Peccaud, DSI de CGE Distribution du groupe Sonepar (*). Le projet, réalisé entre 2007 et 2009 (avec les outils Open Text), portait sur la synchronisation et la diffusion d’un nouveau référentiel métier ainsi que sur l’intégration d’un décisionnel unique et de l’application finance.

4,50 € HT
soit 5,40 € TTC

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Dominique Herbert

Dominique Herbert

Consultant en systèmes d’information depuis plus de vingt ans, Dominique Herbert collabore à Best Practices sur les thématiques de gouvernance, d’organisation de la DSI et de stratégie SI.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris