Risques

  • Publié le : 28 février 2011
  • Ecrit par : Philippe Rosé
  • Revue / Numéro : Best Practices SI n°62

Les évènements tunisiens et égyptiens viennent nous rappeler qu’il ne faut pas trop sous-estimer les risques politiques dans une stratégie d’internationalisation, notamment pour les développements offshore.

C’est souvent un critère qui vient bien après celui du prix et de l’apport de compétences. Si l’on regarde le Top 30 des pays privilégiés pour les développements offshore, une partie, pour ne pas dire une nette majorité, se caractérise par une instabilité politique potentielle, surtout en Asie et en Amérique latine, mais aussi, on l’a vu, en Afrique du Nord. Certes, les risques paraissent faibles, mais la probabilité d’une grave altération de la qualité de service (par exemple pour les centre d’appels, nombreux en Afrique du Nord), de délais supplémentaires pénalisants ou, pire, de sabotage et de perte de données, n'est hélas pas nulle. Dans une récente étude, commanditée par le gouvernement égyptien, on lit que « l’Égypte présente un environnement favorable grâce à la politique gouvernementale menée en faveur de l’externalisation », ce pays étant présenté comme une « plateforme multilingue à bas coût pour les entreprises évoluant à l’échelon européen ». Il serait pertinent d’accroître la pondération du risque politique dans le processus de choix du recours à l’offshore. Surtout pour les entreprises qui se sont engagées ou vont s’engager dans la voie du BPO (Business Process Outsourcing), bien plus stratégique que de simples développements logiciels.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Philippe Rosé

Philippe Rosé

Docteur en sciences économiques et auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur le management des systèmes d’information, Philippe Rosé est rédacteur en chef des publications Best Practices.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris