Contrat à durée aléatoire

Le métier de DSI est par définition aléatoire, même si celui qui l’exerce a signé un contrat à durée indéterminée. Pour certaines entreprises et pour répondre à des besoins spécifiques, le recours à un DSI de transition peut se révéler tout à fait pertinent

Exemple : pour les start-up, du moins celles qui ont un fort taux de croissance et de solides fondations technologiques, et qui n’ont pas toujours les budgets pour recruter un DSI à temps plein. À l’image d’Excico, qui développe des équipements de traitement lasers pour les industries de la microélectronique et du photovoltaïque. Son directeur général, Dominique Bérard, a opté pour un DSI à temps partagé, et non pas recouru à une SSII : « Parce que cela nécessite des ressources internes pour piloter le ou les prestataires de services, et nos métiers sont caractérisés par des cycles de projets très irréguliers. » Pourquoi un DSI à temps partagé ? Essentiellement pour des raisons de budget et de flexibilité. De son côté, le DSI d’Excico, Maximilien Stebler, se considère comme un collaborateur à part entière et non comme un prestataire, même si certains sont tentés de le lui rappeler de temps en temps. « Nous ne nous positionnons pas comme des consultants ou des intérimaires : j’ai vraiment la responsabilité de l’ensemble du système d’information avec tout ce que cela comporte. » Lire cet article.

Autre exemple : pour des groupes bien établis, mais qui ont besoin de gagner en rapidité et de faire appel à des compétences qui ne sont pas disponibles en interne. Chez les Nouveaux Constructeurs, un manager de transition a intégré la DSI avec une mission pour le moins étendue : de l’analyse de l’existant et la remise d’un rapport sur la gouvernance, la sécurité, le développement, les projets et les infrastructures, jusqu’à la présentation au comité de direction des grandes orientations de la DSI. Lire cet article.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

L'avis de la rédaction

L'avis de la rédaction

La rédaction de Best practices propose son point de vue, ses recommandations et ses analyses sur l’actualité et le management des systèmes d’information.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris