La gouvernance des systèmes d’information se nourrit des réglementations

  • Publié le : 02 avril 2013
  • Ecrit par : Aurélie Chandèze
  • Revue / Numéro : Best Practices SI n°106
2,50 € HT
soit 3,00 € TTC

La multiplication des réglementations contraint les DSI à adapter les systèmes d’information. Ces évolutions réglementaires débordent en effet leur périmètre sectoriel d’origine (la finance, l’assurance, la santé…). Un document de synthèse (*) publié par le cabinet Mazars et l’éditeur de logiciels Wallix fait le point sur les conséquences pour les systèmes d’information.

Sur le plan réglementaire, la prise en compte du rôle des systèmes d’information dans les organisations est une évolution récente, qu’il s’agisse des moyens de paiement, des transactions en ligne, des systèmes industriels ou des sites Web. Si, dès 2002, des lois comme celle nommée « Sarbanes-Oxley » ont mis en place les premiers jalons d’un contrôle interne cohérent, elles ciblaient avant tout les aspects financiers, sans détailler outre mesure les implications au niveau de l’informatique. Depuis, plusieurs évolutions réglementaires ont suivi, et les législateurs commencent à s’intéresser davantage aux risques associés aux systèmes d’information.

En France, la loi sur la confiance dans l’économie numérique (2004), l’Arjel, l'Autorité de régulation des jeux en ligne (2010), la procédure d’agrément pour l’hébergement des données de santé (décret de 2006), le contrôle fiscal des comptabilités informatisées et bien entendu Bâle 2 et 3 pour les banques et Solvabilité 2 pour les assureurs abordent des sujets liés aux systèmes d’information. Des instances sectorielles comme la PCI DSS (Payment Card Industry Security Standards Council) ou génériques, comme la Cnil, réfléchissent également à ces questions. « Certaines de ces réglementations sont spécifiques à un type d’activité ou à une industrie, d’autres ont une portée plus globale », constate François Nogaret, associé consulting, responsable de l’activité gouvernance et maîtrise des risques chez Mazars. « L’informatique y est de moins en moins annexe, mais les entreprises se retrouvent confrontées à un véritable maquis de textes. »

2,50 € HT
soit 3,00 € TTC

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Aurélie Chandèze

Aurélie Chandèze

Titulaire de deux masters en informatique et en sciences de l’information, Aurélie Chandèze a débuté en tant que journaliste IT. Après avoir été analyste chez Yphise puis consultante chez Acadys, elle a rejoint Best Practices fin 2009.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris