Cloud, numérique et compétences

Le cloud ne s’est pas encore fait une place de choix dans les budgets IT des entreprises françaises, qu’il interpelle sur l’adaptation des compétences. Selon IDC, dans une étude présentée au Club de la Presse B2B par Alain Pétrissans, vice-président du consulting chez IDC France, le cloud au sens large (privé, hybride et public) pèsera, cette année, seulement 5,4 % des budgets des entreprises françaises.

Certes, on peut considérer que c’est beaucoup en valeur absolue, soit 2,5 milliards d’euros, mais c’est inférieur aux seules dépenses en infogérance d’infrastructures (environ trois milliards d’euros). Les taux de croissance ne sont évidemment pas les mêmes (moins de 1 % pour l’infogérance, contre 20 % à 50 % pour le cloud), d’où les interrogations légitimes sur l’adaptation des compétences dans les DSI.

Lors des derniers Tech Days, IDC et Microsoft ont présenté une autre étude qui évalue « l’employabilité des professionnels IT », 80 % de ceux-ci estiment que le cloud va changer leur métier plus ou moins en profondeur, en particulier dans les domaines de la sécurité, de l’architecture des infrastructures, du juridique et du support aux utilisateurs. Pour ceux qui voient le cloud comme une opportunité de carrière (seulement un tiers), c’est tant mieux. En revanche, les plus nombreux, qui voient le cloud comme une menace plus ou moins sérieuse, risquent d’être frustrés : selon l’étude IDC, six professionnels sur dix (dont quatre sont contraints de se former seuls) affirment que leur manager n’est pas suffisamment impliqué dans leur évolution de carrière.

Au-delà du cloud computing, ce sont les compétences liées au numérique qu’il faut trouver et/ou reconfigurer. Heureusement, les organisations professionnelles ont conscience du problème : le Cigref et le CNAM viennent ainsi de créer l’Institut de la Transformation Numérique des Entreprises, avec un premier cycle de formation pour les dirigeants, afin de les aider à « comprendre les enjeux de la transformation numérique ». De son côté, Syntec Numérique a publié dix propositions pour un plan national de formation pour « créer la génération numérique de demain ». Heureusement, l’adoption du cloud devrait être moins rapide que prévue et, ainsi, laisser aux DSI le temps de s’adapter : « Une bonne moitié des fournisseurs qui portent leurs offres dans le cloud ne sont pas au point techniquement et leurs clients vont connaître quelques déboires », affirme Alain Pétrissans.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

L'avis de la rédaction

L'avis de la rédaction

La rédaction de Best practices propose son point de vue, ses recommandations et ses analyses sur l’actualité et le management des systèmes d’information.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris