Cyber (super) women

  • Publié le : 16 novembre 2020
  • Ecrit par : La rédaction
  • Revue / Numéro : Best Practices SI n°265

Si les investissements en cybersécurité n’en finissent pas de croître, il n’en est pas de même pour la proportion de femmes dans ce domaine. Elles ne représentent, par exemple, que moins de 10 % des effectifs des responsables sécurité, 13 % des DSI et 15 % des métiers du numérique.

Heureusement, certaines femmes ont réussi à « se frayer des chemins qui ne peuvent que nous inspirer », pour reprendre l’expression de Guillaume Poupard, qui signe la préface de cet ouvrage, écrit par la journaliste Sylvaine Luckx et Alain Zimeray (pour les photos). On peut espérer que la situation s’améliorera, même si, de l’avis d’Henri d’Agrain, délégué général du Cigref, qui a écrit la post-face de cet ouvrage, « depuis plus de trente ans, la parité dans les filières IT se détériore. Et si rien n’est fait à l’horizon des années 2020, pour stopper cette érosion, la situation peut devenir catastrophique. Vraiment. » Ce livre, qui a obtenu le coup de cœur du jury du Prix du Livre Cyber 2020, apporte une contribution à l’ambition de combler ce fossé. Agréable à lire, il présente une galerie de portraits de femmes, choisies sans complaisance, dans le domaine de la cybersécurité. Une vingtaine d’entre elles ont été interviewées et photographiées, pour la plupart dans leur environnement professionnel. Leurs parcours très divers et toujours hors-normes mettent en avant leurs qualités, qui leur ont permis de devenir ce qu’elles sont aujourd’hui : des « cyberwomen » « décomplexées et pionnières dans des métiers d’avenir où les femmes ont toute leur place », explique l’auteure.

Les domaines couverts par ces portraits sont les plus larges : entreprises, acteurs informatiques, re­cherche, police, armée, justice, institutions, représentation nationale… De Myriam Quemener, avocat Général à la Cour d’Appel de Paris et Isabelle Falque Pierrotin, ancienne présidente de la CNIL, à la cryptologue Aurélie Bauer et Astrid Lang, déléguée à la protection des données personnelles de l’Institut Curie, en passant par Nora Cuppens, directrice de recherche à l’IMT Atlantique Pays de Loire et Mylène Jarossay, présidente du Cesin, cette galerie de portraits nous fait découvrir à la fois des métiers et, surtout, des personnalités diverses, emblématiques de la place des femmes dans la cybersécurité, attachantes, car elles abordent aussi, outre leur itinéraire professionnel, leur enfance et leur environnement familial, souvent déterminants pour la suite de leurs carrières. On y apprend notamment que beaucoup ont intégré le milieu de la cybersécurité alors qu’elles se destinaient à tout autre chose. Avec des parcours qui mêlent études de médecine, d’œnologie, d’histoire de l’art, de linguistique, de journalisme, de gestion… D’autres étaient plus proches du numérique, aimant les chiffres, les mathématiques, le droit ou l’informatique. Illustrés par les photographies d’Alain Zimeray, les vingt-deux portraits que nous propose l’auteure se lisent facilement et indépendamment les uns des autres. « Toutes ces femmes ont dû affronter, à des degrés plus ou moins forts, des cassures personnelles et suivre des chemins parfois complexes, en venant de cultures et de mondes différents. Aucune n’est véritablement lisse et normée. La richesse, la difficulté, voire l’âpreté de leurs parcours pour certaines, les ont conduites parfois à tailler à coup de hache un chemin qui n’appartient qu’à elles, et cette contrainte a considérablement enrichi leur façon de concevoir leur métier dans la cybersécurité », assure l’auteure, qui ne tombe pas dans le travers d’avoir écrit un ouvrage à vocation féministe et qui certifie que le monde de la cybersécurité est « un des milieux les moins sexistes. »

265 biblio

Cyberwomen, des parcours hors normes, une filière d’avenir, par Sylvaine Luckx, photographies d’Alain Zimeray, Editions Michel de Maule, 2020, 166 pages.

Les portraits réunis dans l’ouvrage

  • Aurélie Bauer, cryptologue, adjointe au chef du CFSSI, ANSSI.
  • Brigitte Bouquot, présidente de l’AMRAE.
  • Véronique Brunet, déléguée à la sécurité du numérique, région Bourgogne Franche-Comté, ANSSI.
  • Agnieska Bruyère, directrice exécutive cybersécurité, IBM France.
  • Catherine Chambon, sous-directrice de la Police judiciaire, lutte contre la cybercriminalité, DCPJ.
  • Nora Cuppens, directrice de recherche, IMT Atlantique Pays de Loire.
  • Isabelle Falque Pierrotin, ancienne présidente de la CNIL.
  • Christiane Feral-Schuhl, avocate, présidente du Conseil National des Barreaux.
  • Solange Ghernaouti, professeur, Université de Lausanne.
  • Julie Gommes, experte en cybersécurité.
  • Coralie Héritier, PDG d’ID Nomic.
  • Mylène Jarossay, présidente du Cesin.
  • Nathalie Kosciusko-Morizet, responsable de la division Cloud Infrastructure et Cybersécurité, CapGemini États-Unis.
  • Astrid Lang, déléguée à la protection des données personnelles, Institut Curie.
  • Laure de la Raudière, députée d’Eure et Loir.
  • Véronique Loquet, présidente d’AL’X Communication.
  • Bénédicte Pïlliet, présidente du CyberCercle.
  • Myriam Quemener, avocat général à la Cour d’appel de Paris.
  • Nacira Salvan, présidente du CEFCYS.
  • Rayna Stamboliyska, co-fondatrice du Defensive Lab Agency.
  • Isabelle Tisserand, experte Défense et sécurité spatiale, vice-présidente de 3i3s.
  • Gadha Zakaria, manager, X Force Command Center IBM à Wroclaw.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

La rédaction

La rédaction

La rédaction de Best Practices fédère les meilleurs experts sur le management des systèmes d’information.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris