Le management du digital
Rechercher

Tweet

Les anglo-saxons adorent les classements, depuis celui des plus riches jusqu’aux entreprises où il fait bon travailler, en passant par les individus les plus puissants. On trouve même le classement des 50 DSI les plus actifs sur Twitter, publié régulièrement par Vala Afshar, le directeur marketing d’Enterasys.

Dans le dernier classement, on ne trouve qu’un seul français (Laurent Maumet, DSI de Soitec), avec 1 258 abonnés. Au-delà des choix méthodologiques, de l’évaluation de la qualité de ce qui est publié sur Twitter et des profils des « followers », la présence sur ce réseau social est-elle indispensable ? Pour les DSI des fournisseurs, qui sont plutôt actifs sur Twitter, cela peut être pertinent, car ils contribuent ainsi à véhiculer l’image de leur employeur. L’un des plus actifs est Oliver Bussmann, le DSI de SAP, suivi par près de 11 000 personnes. D’autres sont aussi présents, tels Kim Stevenson, la CIO d’Intel (près de 4 000 abonnés), Adriana Karaboutis, la CIO de Dell (1 852 abonnés), ou Ramon Baez, le DSI de HP (2 003 abonnés). On remarquera que, à l’échelle de la puissance de leur entreprise, l’audience mondiale de leurs DSI reste relativement faible. Il n’existe pas de classement des DSI français, mais les grandes entreprises sont peu ou pas représentées sur Twitter : par exemple, parmi les quinze DSI qui composent le conseil d’administration du Cigref, seuls deux sont actifs sur Twitter, avec quelques centaines de « followers ». On pourra en conclure, soit que les DSI français sont en réel décalage avec la mode du « social », soit... que l’on peut parfaitement exercer son métier sans Twitter !

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Philippe Rosé

Philippe Rosé

Docteur en sciences économiques et auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur le management des systèmes d’information, Philippe Rosé est rédacteur en chef des publications Best Practices.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner Rétrospective 2017-2021

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 157

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2021, qui s’est déroulé en novembre, à distance.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 156

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2021, qui s’est déroulé en novembre, à distance.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Comment rater...
sa stratégie Big Data

    Une stratégie Big Data ne s'improvise pas. Quoique... Ce nouveau titre de la collection "Comment rater..." propose les douze commandements pour tous ceux qui veulent vraiment rater leur stratégie Big Data.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris