Le management du digital
Rechercher

Webinarholic, une nouvelle addiction

Depuis que la crise sanitaire s’est durablement installée, nous ne recevons plus aucune invitation à des événements physiques. Certains ne s’en plaindront pas, mais c’étaient des occasions de sortir de notre bureau, d’économiser quelques déjeuners et dîners (pour les DSI les plus nécessiteux), de rencontrer des collègues, de discuter avec nos fournisseurs (pas trop longtemps quand même, sinon on finit par leur acheter quelque chose).

Mais ça c’était avant ! En attendant un hypothétique retour « à la normale », comme la nature a horreur du vide, les fournisseurs et les organisateurs d’événements se sont rués sur les webinaires pour occuper le terrain. Nos boîtes e-mails sont désormais remplies d’invitations nous demandant de nous inscrire à des événements virtuels sur tout et n’importe quoi.

Auparavant, il y avait quand même une barrière à l’entrée : un fournisseur qui voulait organiser un événement devait dégager un budget, pour nous accueillir dans de bonnes conditions et avec des mets de qualité, à défaut d’un programme attrayant… Ayons une pensée émue pour certains de nos collègues DSI (heureusement ils ne sont qu’une poignée) qui fréquentaient assidûment les événements et dîners proposés par les fournisseurs, non pas par intérêt professionnel, mais pour discuter avec d’autres autour d’un verre de champagne et d’un repas dans les plus grands restaurants. Je n’en fais pas partie, mais je comprends que la situation actuelle ne les ravisse pas, car ils sont obligés de passer plus de temps au bureau ou chez eux pour travailler.

Désormais, n’importe qui peut proposer un webinaire, c’est quasiment gratuit. « Créez votre premier webinaire en cinq minutes », nous promet l’un des fournisseurs de ce type de services, en tête des liens sponsorisés sur le moteur de recherche de Google. On reconnaît d’ailleurs les organisateurs radins : ce sont ceux qui avertissent que le nombre de places pour assister à leur événement virtuel est limité, parce qu’ils ont souscrit à une offre gratuite qui restreint le nombre de participants.

L’avantage c’est que l’on a une telle diversité de sujets qu’il y en aura pour tout le monde. C’est open bar puisque cela ne coûte quasiment rien. Et il n’y a plus besoin de se préoccuper de la qualité des intervenants, si l’audience n’est pas au rendez-vous, ce n’est pas grave. Je suis persuadé que dans les prochains mois, nous allons assister à une explosion du nombre de webinaires qui nous seront proposés, ce qui ne facilitera pas le tri entre les quelques sujets intéressants et la masse des autres, trop commerciaux pour être honnêtes.

Il n’empêche : cette profusion d’événements virtuels risque de créer des effets d’accoutumance parmi les managers IT. La participation à des événements physiques se heurte à la contrainte de temps, dans la mesure où on ne peut être à deux endroits à la fois, mais cette contrainte a disparu. Qu’est-ce qui empêche de participer à dix webinaires en même temps ? Rien. Verra-t-on les psychologues s’intéresser à des cas de webinarholics, à l’image des workaholics (bourreaux de travail) ? Et étudier le comportement de ceux qui ne veulent rien rater de peur de perdre en compétences, victimes du célèbre syndrome FOMO (Fear Of Missing Out), anxiété que l’on retrouve chez les utilisateurs compulsifs des réseaux sociaux, inquiets de manquer une information, souvent sans intérêt ?

Je suggère de créer sans délai une nouvelle association : les Webinarholics Anonymes, sur le modèle des alcooliques anonymes. Elle réunirait régulièrement tous ceux qui ne peuvent décrocher des webinaires sans l’aide des autres. Et si beaucoup de DSI s’y pressent, nul doute que des éditeurs de logiciels et des cabinets de conseil auront l’idée de les sponsoriser, afin d’accéder à une audience qualifiée pour alimenter leurs bases de prospects… On ne se refait pas ! 

 

Cet article est accessible en LLD (Lecture Longue Durée) pour la modique somme de 250 euros, avec un premier loyer majoré de 2 000 000 d’euros.

 

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud est le pseudonyme du DSI d’un grand groupe industriel français. Il nous livre en exclusivité ses réflexions sur son métier et les technologies de l’information.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Comment rater...
sa stratégie Big Data

    Une stratégie Big Data ne s'improvise pas. Quoique... Ce nouveau titre de la collection "Comment rater..." propose les douze commandements pour tous ceux qui veulent vraiment rater leur stratégie Big Data.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris