Le management du digital
Rechercher

Watson, Einstein, Holmes et les autres

L’intelligence artificielle est cuisinée à toutes les sauces. N’importe quelle start-up se revendique reine de l’IA, n’importe quel fournisseur en a mis des morceaux dans ses offres existantes, n’importe quelle ESN affirmera, sans rire, qu’elle dispose des meilleurs experts et n’importe quel gourou, qui se positionne sur ce créneau, verra sa notoriété dopée avant qu’un autre mode ne prenne le relais.

Et dans ce domaine, l’imagination est au rendez-vous pour associer les algorithmes à des personnages censés représenter cette révolution technologique, comme ils disent. On trouve ainsi le cher Watson chez IBM (« L’intelligence en œuvre pour construire l’entreprise cognitive », rien que ça…), le non moins célèbre Einstein chez Salesforce (« L’intelligence artificielle pour tous », ben voyons…), le brillant Holmes chez Wipro (« L’intelligence artificielle ici et maintenant », qui sonne comme un slogan politique) ou encore le visionnaire Darwin chez Engie (« Plateforme digitale pour libérer un potentiel considérable de performances », pourquoi pas…).

On s’en doute : le concours ne va s’arrêter en si bon chemin. Je dispose d’informations exclusives, que vous serez les seuls à avoir : comme ce domaine de l’intelligence m’intrigue depuis longtemps, j’ai passé quelques jours dans la Silicon Valley. Dans ce territoire quand même relativement vaste (5 000 km², l’équivalent des Bouches-du-Rhône ou de la Lozère), il en existe un plus petit, de quelques hectares, dans lequel se concentrent de nombreux chercheurs travaillant sur l’intelligence artificielle. C’est un endroit assez isolé, mais c’est quand même là que se joue l’avenir du monde ! Ils ont baptisé ce coin reculé : Siliconne Valley. « Comme ça, personne ne se doute que nous travaillons, dans le plus grand secret, sur l’intelligence », m’a révélé l’un des patrons des multiples start-up qui peuplent l’endroit.

Tous ces honorables experts travaillent sur les prochaines applications que nous verrons arriver dans nos systèmes d’information dans un avenir pas si lointain. Et dont j’ai pu avoir la primeur :

  • César, application utile pour conquérir par la force de nouveaux territoires marketing et faire en sorte que les commerciaux aient le pouvoir absolu. Toutefois, cette application doit encore être paramétrée, car elle a une fâcheuse tendance à déclencher une guerre d’égos entre commerciaux et marketeurs.
  • Ghandhi, algorithme qui détecte les affinités entre les personnes et, ainsi, les amènent à ne plus pratiquer la violence verbale pour privilégier la paix organisationnelle dans l’entreprise. Cette application, testée entre des CDO, des DAF et des DSI, n’a, pour l’instant, pas donné de résultats probants.
  • Freud, algorithme qui détecte le sens caché de tout texte qui lui est soumis. Mais ce n’est pas encore au point, car les auteurs desdits textes ont tendance à devenir dépressifs après que l’application leur montre que tout le monde se fiche de ce qu’ils ont écrit, surtout dans les domaines de la gouvernance corporate, du consulting en stratégie, du marketing et de la communication.
  • Ramses, application conçue par la star de la Siliconne Valley : Mickey Rynoss. Elle est destinée aux bâtisseurs de schémas directeurs massifs et détecte automatiquement si les projets respectent la hiérarchie des besoins, telle qu’elle est décrite par la fameuse pyramide de Maslow. Elle en profite également pour déchiffrer les hiéroglyphes qui parsèment encore les carnets de notes des chefs de projets.
  • Attila, application qui automatise le décommissionnement d’applications sans intervention humaine. Cela résout un problème récurrent dans les DSI, qui entretiennent de nombreux logiciels que peu ou personne n’utilise. Attila fait le boulot à la place du DSI, qui a autre chose à faire. Et surtout, l’algorithme étant particulièrement rigide dans ses critères, les équipes de la DSI peuvent dégager leurs responsabilités face aux mécontentements inévitables des utilisateurs. Les concepteurs ont imaginé un argument de vente sous la forme « Là où Attila passe, l’application trépasse et les fonctionnalités ne repoussent plus. »
  • Borgia, un algorithme qui est plutôt destiné aux directions des ressources humaines. Il mesure le niveau de maturité de la culture d’entreprise et l’engagement des salariés vis-à-vis de leur organisation. Son secret réside dans la détection automatique précoce de tous les éléments qui pourraient conduire à managericides (c’est pareil que les fratricides ou les parricides, mais entre collègues), à des trahisons, au népotisme et à l’empoisonnement à la réunionite aigüe (redoutable substance toxique à action lente qui, à haute dose, annihile les capacités de réflexion et la prise de recul).

Cet article ne bénéficie pas de la garantie Best Practices « Satisfait ou pas remboursé de deux fois de la différence d’on ne sait quoi. »

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud est le pseudonyme du DSI d’un grand groupe industriel français. Il nous livre en exclusivité ses réflexions sur son métier et les technologies de l’information.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Comment rater...
sa stratégie Big Data

    Une stratégie Big Data ne s'improvise pas. Quoique... Ce nouveau titre de la collection "Comment rater..." propose les douze commandements pour tous ceux qui veulent vraiment rater leur stratégie Big Data.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris