Le management du digital
Rechercher

Valise diplomatique

Depuis que, nous, DSI, bataillons pour faire reconnaître notre fonction à sa juste valeur, pour être plus visibles auprès de tous les autres managers de l’entreprise et que nous cherchons à nous rendre populaires auprès des utilisateurs, il s’est créé un effet pervers : tout le monde veut se mêler du système d’information !

Certes, le plus souvent, cela part d’une bonne intention. « Tu devrais faire plutôt ça... », « Tu devrais regarder telle techno, je n’en ai entendu que du bien », « Il me semble que le problème serait plus vite résolu si... ». Nous connaissons depuis longtemps les récriminations faites à la DSI, aussi anciennes que la fonction, nous nous y sommes habitués. Mais je trouve que les « conseils d’amis » que l’on nous prodigue deviennent légions. À tel point que cela devient une réelle contrainte. D’autant que les catégories de « conseilleurs » s’élargissent.

Ainsi, le responsable qualité nous tanne pour respecter les normes ISO ; le responsable RSE (« Responsabilité sociétale et environnementale », pas « Reste Surtout à l’Écart ») nous enjoint de tenir compte des principes du développement durable dans tous les projets dont nous avons la responsabilité ; les auditeurs se chargent régulièrement de nous rappeler les règles très strictes de la comptabilité ; les hérauts de la gouvernance Corporate ne manquent pas de nous ralentir avec des principes qui relèvent davantage de la politique que des bonnes pratiques ; les commissaires aux comptes traquent chaque élément de notre budget pour y déceler une once de non-conformité à Sarbanes-Oxley, les deux célèbres duettistes américains qui ont mis le bazar dans toutes les grandes entreprises ; les contrôleurs de gestion nous questionnent régulièrement sur la pertinence d’avoir mis en œuvre la méthode DEF (Dissimulation, Enfumage, Fabulation), qui complète bien utilement la méthode ABC (Activity-Based Costing) ; les membres du comité de direction s’interrogent sur la valeur que nous générons ; la direction générale exige que nous allions plus vite... La liste est longue et gérer toutes ces sollicitations ralentit notre productivité, l’essentiel de notre mission consiste à parler avec les métiers, le plus souvent possible, le mieux possible et de la manière la plus constructive possible... Sans que les messages, émis de part et d’autre, soient parasités par des tiers qui prennent leur boulot trop à cœur.

Comment faire ? Je me suis inspiré des pratiques en vigueur dans toutes les chancelleries du monde : la valise diplomatique. C’est un canal de communication qui s’avère bien pratique et que j’utilise avec les collaborateurs de la DSI qui sont envoyés en mission dans les directions métiers. Ne sont-ils pas les ambassadeurs de la DSI ?

J’ai mis en œuvre cette approche depuis six mois, avec des collaborateurs de confiance, et les résultats sont là : les quelques conflits que nous avions encore avec les métiers sont rapidement désamorcés. L’information me remonte rapidement par la « valise diplomatique », j’arbitre et l’information redescend par le même canal. Pas de réunion interminable, pas d’ordre du jour, pas de compte rendu, pas d’interlocuteurs parasites...

Aucun sujet n’est tabou, la communication entre la DSI et les métiers n’a jamais été aussi fluide ! Si, à chaque fois que l’on doit modifier un cahier des charges, on nous met dans les pattes les contrôleurs de gestion de la DAF (qui refuserons par principe), le responsable qualité (qui voudra « étudier le problème ») ou les gugusses de la gouvernance Corporate (qui diront « faut se réunir pour conjecturer sur les implications stratégiques ») ou le responsable de la RSE (qui vérifiera que nos comptes rendus sont imprimés sur du papier recyclable), on n'en finit pas !

Évidemment, je n’ai pas acheté de valise, même à roulettes ; je ne vais quand même pas arpenter les couloirs de l’entreprise avec, déjà que beaucoup estiment que je ne travaille pas assez, je suis bon pour les quolibets sur ma surconsommation de RTT ! En fait, nous utilisons une boîte mail spécifique, anonyme, avec des messages cryptés, ou des face-à-face, hors des locaux de l’entreprise. Mais, comme dans toute problématique diplomatique, je dois me méfier des agents doubles. Ceux qui seraient tentés sont prévenus : ils seront mutés à la salle machine avec service de nuit obligatoire...

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud est le pseudonyme du DSI d’un grand groupe industriel français. Il nous livre en exclusivité ses réflexions sur son métier et les technologies de l’information.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Comment rater...
sa stratégie Big Data

    Une stratégie Big Data ne s'improvise pas. Quoique... Ce nouveau titre de la collection "Comment rater..." propose les douze commandements pour tous ceux qui veulent vraiment rater leur stratégie Big Data.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris