Le management du digital
Rechercher

Trophées trop faits

Vous vous en doutez : cette année, comme les années précédentes, je n’ai pas été consacré DSI de l’année, ni même DSIN (c’est à la mode de rajouter le N pour Numérique). Ce n’est pas grave, je m’en remettrai, d’autant que la cérémonie est vite oubliée par ceux qui y participent et par ceux qui en ont entendu parler.

Combien d’entre vous peuvent citer les noms des trois derniers DSI à qui on a décerné le titre de DSI de l’année ? A part les intéressés, s’ils ne sont pas atteints de la maladie d’Alzheimer, très peu.

C’est normal, tout le monde est passé à autre chose et ces cérémonies ne servent, pour les organisateurs, qu’à pomper une partie des budgets marketing de fournisseurs qui pensent qu’ils vont vendre plus et, pour les participants, à passer une bonne soirée entre collègues. C’est déjà ça de pris… Quant aux discours prononcés à l’occasion de la cérémonie des Trophées du DSI de l’année, personne ne s’en souvient non plus…

Peut-être faut-il revisiter le concept de DSI de l’année. Ne serait-ce que pour que tout le monde s’en souvienne. Les idées ne manquent pas, on pourrait ainsi imaginer :

  • Le trophée du DSI connard de l’année : décerné par les métiers, pour récompenser le DSI tendance dictateur qui n’en fait qu’à sa tête et méprise ce que les métiers veulent.
  • Le trophée du DSI fayot de l’année : pour celui qui aura systématiquement accepté tous les projets demandés par la DAF ou la DG, au détriment des autres.
  • Le trophée « Jean-Claude Dusse » de l’année : pour celui qui a réussi à mener un projet dans les délais et les budgets, alors que tous les ingrédients étaient réunis pour échouer et dont la phrase fétiche est « on ne sait jamais, sur un malentendu, un projet peut réussir. »
  • Le trophée du DSI stupide de l’année : pour celui qui a pris pour argent comptant les arguments des commerciaux des fournisseurs, sans se renseigner auprès de ses pairs.
  • Le trophée « Apocalypse Now » : pour celui qui aura tellement sacrifié ses budgets sécurité qu’il aura planté le SI à la suite d’une sévère attaque de ransomware.
  • Le trophée « Titanic » : pour le DSI qui aura lancé un mégaprojet d’implémentation d’un ERP en pensant réaliser d’énormes économies en moins de six mois.
  • Le trophée « Fast & Furious » : pour le DSI qui aura imposé l’agilité totale dans les développements, à coup de Lean, de DevOps, de Lateral Thinking, de Lead Users, d’Outcome Driven et de sérendipité.
  • Le trophée « Clint Eastwood » : pour le DSI qui aura mis en pratique dans son organisation, pour manager ses équipes, le principe édicté par le héros du film « Le bon, la brute et le truand » : « Le monde se divise en deux catégories d’informaticiens : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi, tu creuses… »
  • Le trophée « Retour vers le futur » : pour le DSI qui aura réussi l’exploit de migrer toutes ses applications cloud vers un AS/400 acheté d’occasion.
  • Le trophée « Développement-durable-pourvu-que-ça-dure » : pour le DSI qui affichera l’ancienneté la plus élevée dans son poste alors que, rappelons-le, la moyenne est d’environ six ans et six mois.
  • Le trophée du DSI pervers narcissique de l’année : décerné à celui qui pense qu’il est un gourou des technologies de l’information et considère que ses collègues managers sont tous des cons qui ne comprennent rien à la révolution digitale. Pour ce trophée, il peut y avoir des ex-aequo.
  • Le trophée du DSI schizophrène de l’année : statistiquement, cette maladie touche 0,7 % de la population, on peut estimer que sur 10 000 DSI, 70 en sont atteints, c’est suffisant pour constituer la liste des nominés afin d’élire celui qui aura eu le plus de bouffées délirantes sur le digital, d’attitudes mégalomaniaques dans la gestion de projet et de pertes de repères technologiques.
  • Le trophée du DSI globe-trotter de l’année : décerné à celui qui aura assisté au plus grand nombre de petits-déjeuners, de déjeuners, de dîners, de salons, de séminaires, de voyages et d’événements. Le gagnant toutes catégories sera celui qui ne se souviendra même plus où est son bureau.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud est le pseudonyme du DSI d’un grand groupe industriel français. Il nous livre en exclusivité ses réflexions sur son métier et les technologies de l’information.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Comment rater...
sa stratégie Big Data

    Une stratégie Big Data ne s'improvise pas. Quoique... Ce nouveau titre de la collection "Comment rater..." propose les douze commandements pour tous ceux qui veulent vraiment rater leur stratégie Big Data.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris