Le management du digital
Rechercher

Travail collaboraté

Cela devait arriver ! La pression a été trop forte… à force de recruter des jeunes chez Moudelab & Flouze Industrie, ceux-ci, devenus de fait des utilisateurs du système d’information, se sont mis à réclamer les outils dont ils disposent chez eux. Et des outils, ils en ont, les bougres !

Du réseau social de type « Copains d’y a pas longtemps », du « tchatte », de la vidéo effet surround, des univers virtuels en 15,42 dimensions... Bref, toute la panoplie du digne représentant de la génération Y. Les directions métiers nous ont remonté de nombreuses récriminations, de la part de ces nouveaux collaborateurs, sur la rusticité de nos postes de travail (bon, d’accord on a encore du Windows 95, mais c’est pour les usines ...), sur la lenteur de nos réseaux (je planque déjà la facture de France Télécom à mon DAF de peur qu’il ne succombe à un bug cardiaque, ce n’est pas pour augmenter les débits), sur la lourdeur des processus d’échanges de simples documents (ben... la pièce jointe dans un e-mail, comme on a toujours fait, c’est quand même pas compliqué !) et, surtout, sur la « ringardise » de nos applications dites de « productivité personnelle ». Bon d’accord, on a pas Google Apps mais un truc plus lourd pour la messagerie, avec, cela va de soi, parce qu’on est pas des sauvages, des tailles de boîtes e-mails limitées à 2 Go. J’ai même vu l’un de ces petits jeûnots arrêter de travailler deux jours seulement après sa prise de fonction, sa boîte e-mail étant pleine de, m’a-t-il rétorqué, « docs multimédias super importants pour son job ».

Il a donc fallu caser un projet supplémentaire dans la liste déjà bien fournie : système d’information collaboratif : SIC. Tant qu’à faire, me suis-je dit, autant en mettre un maximum.
- « Ah, ils veulent du collaboratif, eh bien ils vont en avoir ! » ai-je expliqué devant mes équipes qui n’avaient pas besoin d’une charge de travail supplémentaire. Déjà que les délais ne sont pas tenus.

Nous avons quand même réussi à mettre en place les toutes dernières fonctionnalités : du push, du pull, du push-pull en mode alterné asynchronisé en temps bi-réel, du RSS, du podcast, du vidéocast (notre PDG adore montrer sa bobine chaque semaine sur les postes de travail). Nous avons aussi mis en place des portails par métiers, des forums, des agendas partagés multi-tâches interactifs, des communautés, des blogs, des commentaires (sans correcteur d’orthographe, c’est plus rigolo...), des votes, de la cartographie. Bref, la totale !

Et quel succès ! Dans les couloirs et à la machine à café, on ne parle que de ça. Entre ceux qui s’amusent avec l’application cartographique pour se situer en trois dimensions dans les bureaux et pré-réserver leur place pour les réunions (celles près des portes sont les plus demandées), ceux qui ont créé des blogs pour leur service et qui font la course pour décrocher la meilleure audience des articles les plus lus, ou ceux qui passent leur temps à commenter les textes de leurs collègues, notre intranet n’a jamais autant été sollicité.

Malheureusement, notre bel édifice s’est écroulé quasiment du jour au lendemain. Non pas que la direction des ressources humaines soit venue nous sermonner pour avoir distrait les collaborateurs qui passent désormais leur temps à commenter des commentaires déjà commentés. Ou nous vilipender pour avoir favorisé les syndicats : c’est vrai que les blogs « FUC-you » de la Fédération unitaire confédérale, et « SOT-toujours », du Syndicat des ouvriers et travailleurs, sont les plus consultés. Non pas que la direction financière soit venue nous reprocher nos dépenses (on a utilisé des solutions Open Source), ni la direction de la communication pour avoir court-circuité le discours officiel au profit de circuits incontrôlables mais ô combien plus intéressants.

Non pas que la direction générale soit venue nous contester d’avoir resserré les liens entre les collaborateurs avec une bonne dose de Web 2.0 ; il ne manquerait plus que ça ! Notre vaillant PDG, Pierre-Henri Sapert-Bocoup, si téméraire devant les clients et les actionnaires, s’est dégonflé : il n’a pas apprécié d’être en queue de classement des votes. Pour sa dernière contribution, dont il était très fier, sur « les dix best practices sur le capital humain et la gestion des talents en période de crise », à la question « cet article est-il utile ? », il n’a recueilli que 0,002 % d’opinions positives : la sienne et celle du dircom. Vexé, il a exigé la désactivation de la fonction vote sur tous les contenus de l’intranet. Dommage, nous étions vraiment dans le collaboratif : mais certains ne sont pas encore prêts et considèrent que le Web 2.0, c’est 2 pour eux et 0 pour les autres...

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud est le pseudonyme du DSI d’un grand groupe industriel français. Il nous livre en exclusivité ses réflexions sur son métier et les technologies de l’information.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Comment rater...
sa stratégie Big Data

    Une stratégie Big Data ne s'improvise pas. Quoique... Ce nouveau titre de la collection "Comment rater..." propose les douze commandements pour tous ceux qui veulent vraiment rater leur stratégie Big Data.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris