Le management du digital
Rechercher

Consultants en stratégie : de bonnes têtes de vainqueurs

Après plus de quinze ans comme DSI, j’avais encore des illusions. Notamment envers les consultants en stratégie. Notre direction générale fait régulièrement appel aux plus grands cabinets, en particulier Mackinesairien (pour ceux qui veulent compléter leurs collections de slides) et le Baston Consulting Group (pour les projets difficiles).

Et moi-même, j’ai déjà eu recours à leurs services. Il m’avait semblé, en observant la succession des missions pour définir la stratégie système d’information, que c’était toujours les mêmes consultants qui opéraient dans nos locaux alors que, en réalité, ce n’était pas les mêmes. Peut-être ma mémoire me jouait-elle des tours tant j’étais persuadé que l’habillement, les mimiques, les tics de langage et les comportements de nos chers consultants étaient similaires ?

J’ai aujourd’hui la réponse ! Et ce n’est pas ma mémoire qui flanche. S’il m’avait semblé que tous les consultants se ressemblaient tant, c’est que c’était bien la réalité. Une étude réalisée il y a quelques années, mais probablement toujours d'actualité, nous en avait approté la confirmation et, par là-même la confirmation que mes capacités mentales ne sont pas altérées.

Réalisée par WIT Associés, cette étude dressait le portrait robot du consultant en stratégie à partir de l’analyse de 219 CV. « Les consultants en stratégie ont des profils presque à l’identique, très marqués par l’élitisme de leur parcours, par leur réussite académique et par leur formation », nous explique-t-on. Leur parcours ? Écoles d’ingénieurs et écoles de commerce à 50-50. Et ils ont presque tous un bac scientifique (90 % sont titulaires d’un bac S). L’étude montre également l’élitisme des grandes écoles parisiennes (HEC, Polytechnique et Centrale Paris notamment) dans le parcours des consultants : 86 % des consultants diplômés d’écoles de commerce sont issus d’une de ces écoles parisiennes, 80 % pour les consultants ingénieurs.

Pire, même dans leur vie privée, ils sont quasiment tous pareils. Ils sont surreprésentés dans la pratique de la voile (16 % des consultants en font, contre seulement 3 % de la population), de la plongée (10 % contre moins de 1%), et du golf (10 % contre 1,5 %). Je comprends mieux : la voile, c’est pour pouvoir changer leurs slides en fonction du sens du vent... La plongée, c’est pour être performant quand il s’agit d’aller à la pêche aux avenants... Et le golf parce que Rolex et BMW sont des sponsors officiels de la fédération française de golf...

Et ces mêmes cabinets de conseil en stratégie vont nous faire croire qu’ils ont les meilleurs ? C’est probable si l’on veut que tout le monde agisse de la même manière, applique les mêmes stratégies et ressasse les mêmes arguments pour justifier tout et son contraire. Il y a plusieurs décennies, c’était certainement pertinent... Il y a plusieurs années, peut être aussi.

Mais aujourd’hui, de quoi a-t-on besoin à tous les niveaux de l’entreprise ? De créativité, d’innovation, de différenciation, d’agilité, d’idées originales, et de consultants dotés d’une culture générale autrement plus profonde que celle de l’étude des mathématiques... Bref de tout ce que ne proposent guère nos consultants en stratégie, malgré leurs têtes de vainqueurs...

En sont-ils conscients ? Si oui, il va falloir qu’ils adaptent sans plus tarder leurs offres et, surtout, que leur mode de recrutement consanguin soit remis sérieusement en cause. Sinon, c’est plus grave : un cabinet de conseil en stratégie qui n’a pas pensé à « revisiter » (comme ils disent) sa propre stratégie, ou à la "disrupter", c’est à désespérer...

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud est le pseudonyme du DSI d’un grand groupe industriel français. Il nous livre en exclusivité ses réflexions sur son métier et les technologies de l’information.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Comment rater...
sa stratégie Big Data

    Une stratégie Big Data ne s'improvise pas. Quoique... Ce nouveau titre de la collection "Comment rater..." propose les douze commandements pour tous ceux qui veulent vraiment rater leur stratégie Big Data.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris