Le management du digital
Rechercher

Ouf-shore

Notre patron, l’inamovible Pierre-Henri Sapert-Bocoup, se lamente de plus en plus. Non pas, pour une fois, à cause du système d’information qu’il ne trouve pas assez à son goût. Mais parce qu’il a eu le malheur de placer ses quelques (!) économies au Luxembourg, dans un établissement qui lui a garanti une rémunération record et régulière de près de 10 % par an.

Et il est arrivé ce qui devait arriver, selon l’adage que tout le monde connaît mais que personne n’applique : « Si c’est trop beau pour être vrai, c’est que c’est trop beau pour être vrai ! ». Il a tout perdu, ignorant que toutes ses économies avaient été placées chez un admirateur de l’honorable Bernard Madoff. Notre bien-aimé PDG a donc fait une croix, selon les mauvaises langues, sur quelques centaines de milliers d’euros. Passons sur ce que nous aurions pu réaliser, à la DSI, avec une somme pareille. Non pas un nouveau système ERP (c’est juste le prix d’un bout de licence...) mais au moins un petit ravalement de quelques applications vieillissantes. Toujours est-il que l’ambiance, au comité de direction est plombée. Plus personne n’ose parler d’argent, sujet qui fâche, alors que c’est le moment de revoir notre politique d’investissements. En ce qui me concerne, ce genre de désagréments m’indiffère...

Tant je suis le nez dans le guidon. Et si je me préoccupe de mon portefeuille, c’est plutôt de celui des applicatifs, que je dois optimiser. Moi qui avais plutôt tendance à sourire de l’imprudence et de la naïveté de notre patron, je ne ris plus. Depuis que le responsable grands comptes de notre SSII favorite Meyer-Sainou-Laimeyeur m’a appelé, un brin affolé :
- Nous allons avoir du retard sur les développements de l’application de gestion de trésorerie, bredouille-t-il.
- Un retard ?
- Heu... un certain retard.
Et il m’explique que, pour tenir les prix dont nous étions convenus (j’ai âprement négocié, on va s’gêner... c’est la crise !), il a sous-traité une partie de nos développements en Inde, à une SSII locale qui elle-même, pour tenir ses prix, a sous-traité à une autre.
- Le problème, c’est que le sous-traitant de notre sous-traitant est en difficulté.
- Le patron n’est quand même pas parti avec la caisse ?
J’espérais un peu détendre l’atmosphère en proférant une énormité.
- Heu... Si, en quelque sorte. Vos développements informatiques étaient confiés à notre SSII partenaire Ramenmoitâpar. Tous les informaticiens affectés au projet sont passés à la concurrence, il faut repartir de zéro. Personne ne sait où est la documentation, notre interlocuteur sur place a lui aussi quitté son poste.

Le commercial de Meyer-Sainou-Laimeyeur m’explique alors tous les malheurs qui se sont abattus : les développements n’avaient pas été suffisamment découpés en lots, les mécanismes contractuels de résiliation étaient insuffisants, aucune clause d’audit étendu n’était prévue et nos amis de Meyer-Sainou-Laimeyeur octroyaient à leurs sous-traitants indiens une totale autonomie pour réaliser les développements, se contentant d’une vague réunion téléphonique hebdomadaire entre un chef de projet français qui avait appris l’anglais par des cours du soir et un Indien qui traînait un accent du Bhubaneshwar, l’un des plus costauds à comprendre pour un occidental.

Je vois d’ici la tête de notre directeur financier quand je vais devoir lui expliquer que l’optimisation de la trésorerie qu’il a voulu développer spécifiquement, pour des raisons stratégiques et de confidentialité (et aussi parce qu'il est radin...), alors qu’existent sur le marché de nombreux progiciels d’excellente qualité, ne sera pas opérationnelle avant plusieurs mois.

Quant à la réaction de Sapert-Bocoup... Elle a été plutôt violente, surtout qu’il a bien fallu parler d’argent : le retard dans le développement de notre application d’optimisation de trésorerie baptisée PLM (Par ici La Monnaie), va nous coûter un maximum, même si nos amis de Meyer-Sainou-Laimeyeur vont contribuer, je vais m’y employer.
- Séhiaud, vous n’êtes qu’un incompétent ! Vous être laissé embarquer dans ce projet sans vérifier ne serait-ce qu’un minimum sur la santé financière des prestataires à qui vous confiez l’argent de nos actionnaires est une démarche insensée !
Curieusement, les budgets supplémentaires pour terminer l’application PLM m’ont été alloués sans difficultés. Il faut dire que j’avais rétorqué à notre patron un tonitruant « Vous avez du simili-Madoff, j’ai du Ramenmoitâpar, donc match nul ! » qui a laissé sans voix les autres membres du comité de direction.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud est le pseudonyme du DSI d’un grand groupe industriel français. Il nous livre en exclusivité ses réflexions sur son métier et les technologies de l’information.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Comment rater...
sa stratégie Big Data

    Une stratégie Big Data ne s'improvise pas. Quoique... Ce nouveau titre de la collection "Comment rater..." propose les douze commandements pour tous ceux qui veulent vraiment rater leur stratégie Big Data.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris