Le management du digital
Rechercher

Sortie de crise en UVWXYZ

Les économistes sont quelquefois amusants. Ils nous ont inventé un petit jeu que l’on pourrait baptiser « la sortie de crise pour les nuls ». Principe : avec des lettres, on imagine des scénarios de sortie de crise, par exemple en J (retour rapide à la croissance), en U ou en V (une bonne dépression entre deux périodes d’euphorie) ou encore en W, avec un répit de courte durée avant de retomber dans une nouvelle crise.

Je préfère la reprise en M, au moins, il n’y a qu’un creux... Tant que ces analogies restent dans des formes compréhensibles, on peut prévoir ce que sera l’évolution des systèmes d’information. Avec une reprise en J, le nombre de projets va exploser, avec un U également (mais sans les budgets qui vont avec, on s’est habitué à ne plus en avoir dans le creux du U...) et avec un W on a intérêt à se ménager ses arrières car la prochaine crise pointera son PIB atone peu de temps après que nos directions générales se croiront sorties d’affaire. Problème : si la sortie de crise prend des allures bizarres que même les économistes distingués n’ont pas imaginées, je ne vous raconte pas les acrobaties que nous allons devoir faire. La reprise en Z ou en S ? Elle annonce des changements de stratégie tous les mois. Bon, c’est vrai, on connaît déjà depuis longtemps le principe de « un coup à gauche, un coup à droite » comme principe de management de nos organisations. La reprise en O va nous ramener deux ans en arrière, selon le principe bien connu qu’O n’est qu’une ligne droite qui revient à son point de départ... Tout comme la reprise en Q, mais au moins, par rapport au O, on a une échappatoire. La reprise en L n’annonce rien de bon, nous entrerons dans une ère quasi glaciaire : on ne combattra plus le réchauffement des systèmes d’information mais la déforestation des projets... Clairement, avec la reprise en I, on va dans le mur... La reprise en H suppose, pour passer d’un côté à l’autre, de s’engager sur un étroit passage et on a vite fait de se retrouver au fond d’un U ! à choisir, je préfère la reprise en racine carré : une bonne descente en récession (ça, c’est fait), une bonne purge (ca, c’est fait aussi), une remontée rapide (on attend toujours) et une stabilisation à un niveau encore plus haut qu’avant la crise. Il faut en tout cas éviter la reprise en X, c’est un mauvais présage, on peut carrément faire une croix sur notre métier. Si en plus on double les consonnes, nous sommes irrémédiablement fichus !

Mon referentiel SehiaudMon référentiel des métiers improbables de la DSI

Il existe des métiers improbables mais néanmoins indispensables pour une DSI. Au sommaire de cet ouvrage : les 106 métiers dont un DSI ne pourra pas se passer, depuis l'aboyeur d'appel à projets jusqu'au désillusionniste de carré magique, en passant par le goûteur de recette applicative ou le tordeur de bases de données massivement parallèles...

Lire le sommaire de ce numéro : cliquer ici

Acheter cet ouvrages : cliquer ici

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud est le pseudonyme du DSI d’un grand groupe industriel français. Il nous livre en exclusivité ses réflexions sur son métier et les technologies de l’information.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Comment rater...
sa stratégie Big Data

    Une stratégie Big Data ne s'improvise pas. Quoique... Ce nouveau titre de la collection "Comment rater..." propose les douze commandements pour tous ceux qui veulent vraiment rater leur stratégie Big Data.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris