Le management du digital
Rechercher

Les consultants, rois de la récup'

Je me rends rarement dans les conférences organisées par les fournisseurs, les cabinets d’études ou la presse professionnelle, du moins ce qu’il en reste. Une ou deux fois par mois, c’est suffisant. S’il me fallait répondre à toutes les invitations que je reçois, je passerais plus de temps au dehors que dans mon bureau !

Même le plus petit des éditeurs de logiciels se doit de créer son « événementiel » autour de ses produits dont, il faut bien le dire, la plupart nous laissent complètement indifférents. Et, c’est sûr, mes chers collègues ne manqueraient pas de me reprocher de passer le plus gros de mon temps hors de l'entreprise, avec des arguments du style : « Au lieu de fanfaronner dans les cocktails ou de t’assoupir devant des slides marketing avec plein de morceaux de langue de bois dedans, tu ferais mieux de t’occuper de la qualité de service de l’informatique. » Ce n’est pas faux. D’autant que les sujets que l’on nous propose ne sont pas toujours passionnants.

Pour ceux qui veulent petit-déjeuner à l’œil, déjeuner copieusement dans les plus grands restaurants et finir sur un cocktail exotique, histoire de ne pas clôturer la journée le ventre vide, il y a toujours des opportunités. Mais il faut que je pratique de temps en temps la veille technologique. C’est l’un des avantages de ces conférences dites thématiques : on obtient en quelques heures l’état de l’art de ce que font nos fournisseurs. J’en profite aussi, puisque c’est à la mode, pour faire du networking pour préparer mes jobs futurs. On ne sait jamais. Le mois dernier, je me suis rendu dans un lieu prestigieux, le Cyclomoteur Club de Navarre, en plein centre de Paris, place de la Concorde.

Au programme, plusieurs interventions de consultants qui ont présenté des slides intéressants sur les enjeux et l'évolution du marché de la chaîne logistique, le fameux Supply Chain Management (ou SCM, à ne pas confondre avec le Supplice Chinois du Manager qui consiste à arracher délicatement la peau de ses compétences pour mieux la clouer au pilori des réorganisations). J'ai évidemment pris des notes, car j'ai suggéré à la direction générale du groupe de refondre notre chaîne logistique qui a besoin d'un sérieux lifting pour « gagner en agilité ». Il me faut un maximum d'informations pour préparer mes propres slides. Je dois en effet réaliser une présentation pour le comité de direction du mois prochain. J'ai pris soin de noter toutes les meilleures pratiques, présentées par plusieurs responsables marketing d'éditeurs de logiciels, tous leaders sur le marché, il va de soi. Pour mettre en œuvre ce projet stratégique, j'ai fait appel à notre prestataire historique, le cabinet de conseil Meyer-Sainou-Laimeyer. Rendez-vous est pris une semaine plus tard avec un consultant, que je n'avais jamais vu jusqu'à présent.

- Nous avons conçu spécialement pour vous une synthèse de notre approche particulièrement originale et innovante pour adresser votre problématique de gestion de la chaîne logistique, m'explique-t-il, après avoir branché son ordinateur portable pour me présenter la quintessence de ses réflexions.

Au prix où l’on paie les consultants de Meyer-Sainou-Laimeyer, j'attends au moins de la valeur ajoutée par rapport à mes propres connaissances et, surtout, un gain de temps. Je suis même certain que le travail de synthèse de ce jeune consultant va m'être très utile pour redresser mon aura auprès du Codir. Au bout de quelques minutes, j'éprouve une désagréable impression de déjà-vu. Qui s'accentue au-delà du dixième slide...

Je consulte discrètement mes notes, prises lors de la conférence au Cyclomoteur Club de Navarre. Pas de doute : mot pour mot, ce (cher) consultant me ressert ce que j'ai déjà vu et entendu ! Y compris avec les fautes d'orthographe ! Je renonce à calculer ce que cette prestation a déjà coûté à l'entreprise. Vu le prix de journée que nous facture Meyer-Sainou-Laimeyer, je préfère ne pas ébruiter l'affaire... J'ai enfin compris pourquoi les conférences des fournisseurs font toujours le plein ! Une bonne moitié de l'audience est constituée de consultants en mal d'idées. Qu'ils resservent à leurs clients. Vous voici prévenu...

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud est le pseudonyme du DSI d’un grand groupe industriel français. Il nous livre en exclusivité ses réflexions sur son métier et les technologies de l’information.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Comment rater...
sa stratégie Big Data

    Une stratégie Big Data ne s'improvise pas. Quoique... Ce nouveau titre de la collection "Comment rater..." propose les douze commandements pour tous ceux qui veulent vraiment rater leur stratégie Big Data.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris