Le management du digital
Rechercher

Audits de licences : Oh, dites !

Je suppose que, comme moi, vous recevez régulièrement des lettres de la part de vos éditeurs favoris, vous invitant à vous mettre en conformité avec leurs politiques de licences.

Missives qui nous annoncent aussi que nous aurons, « dans les meilleurs délais », la visite d’auditeurs sympathiques d’un grand cabinet de conseil, type Ernest & Lejeune, Cap & MG ou Deux-Loites, dûment mandaté par l’éditeur pour faire le sale boulot à sa place. J’avais vu les statistiques de fréquence d’audit et je me doutais que je n’y couperais pas, comme la plupart des DSI.

Il est évidemment hors de question de payer un centime pour remplir encore plus les poches des éditeurs, impatients de boucler leurs fins de trimestre avec de l’argent qu’ils estiment vite gagné. Les audits de licences sont d’ailleurs devenus, pour beaucoup, un élément central de leur business modèle, jusqu’à représenter 25 % ou plus de leur chiffre d’affaires. C’est vrai que, à la place des éditeurs, je ne me gênerais pas non plus pour presser le citron des clients. Ça évite de trop fatiguer les commerciaux, qui ont déjà assez de boulot à essayer de nous joindre sans succès. Ça doit les énerver, il n’est pas étonnant qu’ils se vengent avec des audits...

Si encore on piratait leurs logiciels, je comprendrais que les éditeurs viennent réclamer leur dû. Je ferais pareil si l’un d’entre eux s’avisait de reproduire l’un de mes textes dans leur newsletter interne pour faire rigoler leurs commerciaux. Ils y en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes ! Mais, vous comme moi, sommes de bonne foi.

J’ai donc reçu l’auditeur envoyé par un grand nom du logiciel, apparemment un commercial recyclé, tout comme on recycle les policiers de terrain chez les « bœufs-carottes » pour s’en débarrasser dans une arrière-cuisine.

- Au vu de votre architecture et des produits que vous avez installés, vous nous devez 1,265 million d’euros.

- Non.

- Heu... combien pouvez-vous nous donner ? insiste-t-il.

Déjà prêt à battre en retraite ? C’est bon signe.

- Zéro euro...

- Ce n’est pas une réponse acceptable ! me rétorque-t-il, visiblement mal à l’aise.

À mon avis, ce n’est pas la première fois qu’il entend cette réponse...

- C’est la mienne et il faudra vous en contenter.

- Cela ne se passera pas comme ça, je vais en référer à mon manager.

- Faites et cela me ferait plaisir de le rencontrer !

Il est revenu deux semaines plus tard, avec le patron de la filiale française. J’ai droit aux VIP. Il est vrai que la perspective d’engranger plus d’un million d’euros est susceptible de faire lever n’importe quel patron de son fauteuil confortable. Surtout si sa rémunération est indexée sur le chiffre d’affaires trimestriel.

- J’ai juste deux questions à vous poser. La première : êtes-vous mandataire social de votre entreprise ? La seconde : connaissez-vous la prison de la Santé ?

A la première question, le patron de la filiale répond oui et, à la seconde, il répond non. Classique, ils répondent tous de cette manière...

- Question subsidiaire : je suppose que vous ne souhaitez pas y faire un séjour ?

- Évidemment que non ! Vous vous moquez de moi ? Nous venons faire respecter nos droits et vous le prenez de haut ! Vous devez payer ce que vous nous devez, le montant repose sur une analyse précise de l’usage que vous faites de nos logiciels, qui n’est pas conforme à ce qui a été convenu.

- Je suis de bonne foi et ma proposition tient toujours : zéro euro.

- Nous allons désactiver à distance tous vos droits d’accès à nos logiciels !

- À votre place, je n’en ferai rien... Savez-vous ce que nous fabriquons, chez Moudelab & Flouze Industries ?

- Des pièces détachées industrielles, je crois.

- Oui, et aussi des composants utilisés par les fabricants de matériel médical pour les salles d’opération.

- Et alors ?

- Alors, vous avez deux solutions... Soit vous insistez, mais si nos clients ne sont plus approvisionnés en composants stratégiques et que, par malheur, les clients de nos clients, en l’occurrence les plus grands hôpitaux de France, se retrouvent avec quelques décès fâcheux parce que la maintenance de leurs appareils n’a pas pu avoir lieu, nous serons contraints de leur expliquer que c’est de votre faute. Rassurez-vous, les cellules de la Santé sont quand même confortables et vous vous ferez de nouveaux amis. Seconde solution : j’oublie cette conversation et nous restons bons amis.

Devinez quoi ? Ma facture a été réduite à zéro ! Pour ceux d’entre vous qui n’ont pas la chance de jouer la carte « danger de mort », je vous suggère un plan en trois points : gagnez du temps (demandez aux éditeurs de retrouver la copie des contrats de licences signés il y a plusieurs années, vous grapillerez quelques mois), faites semblant de collaborer mais faites trainer le dossier, surtout en fin de trimestre fiscal, et menacez d’un procès. En général, les éditeurs n’aiment pas... Pour ceux d’entre vous qui auraient été imprudents, par exemple pour avoir abusé des licences « Open bar », je ne peux malheureusement rien faire...

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud est le pseudonyme du DSI d’un grand groupe industriel français. Il nous livre en exclusivité ses réflexions sur son métier et les technologies de l’information.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Comment rater...
sa stratégie Big Data

    Une stratégie Big Data ne s'improvise pas. Quoique... Ce nouveau titre de la collection "Comment rater..." propose les douze commandements pour tous ceux qui veulent vraiment rater leur stratégie Big Data.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris